Tchorski
Tchorski
La carrière Gauthier-Wincqz (2/5)

 


Les blocs sont d'abord découpés verticalement grâce à une haveuse. Les découpes horizontales sont effectuées avec une machine qui s'appelle une rouilleuse.


Eclairage du chantier, pour l'hiver.


La haveuse est placée sur un rail, qui la guide. Cela signifie qu'à chaque nouvelle saignée, il faut monter une petite voie ferrée, qui permet d'accepter la haveuse.


Détail sue la chaîne de la haveuse.


La lame pointée vers le ciel.


Le pupitre de contrôle.


Voici une saignée dans la pierre.


Deux haveuses équipées de lames verticales découpent le gisement selon deux plans de l'espace. Une troisième, équipée d'une lame horizontale, et intervenant au fur et a mesure de l'avancée des précédentes, découpe enfin les blocs selon un troisième plan. Après chaque rangée, les blocs sont évacués de façon à permettre l'accès à la rangée suivante, et ainsi de suite.


Le pupitre de commande et la lame.


La lame est équipée de taillants.


Les blocs sciés sont découpés transversalement par des machines à fil diamanté.


Ce que dans la carrière antique, on appelle des langues. Ce sont en quelque sorte des barres à mines. Le matériel de carrier n'a pas tant changé au fil des siècles.


Les blocs tirés sont préalablement percés.

SUITE >