Tchorski
Tchorski
La carrière Gauthier-Wincqz (1/5)

Ce reportage concerne l'atelier de taille de pierre de Jean Bersoux et l'exploitation en activité de la carrière Gauthier-Wincqz. Pour la grande plaque commémorative de l'exposition universelle, se référer à cette page-ci, où quelques photos en noir et blanc sont disponibles.

La carrière Gauthier-Wincqz est un vaste site d'exploitation à ciel ouvert, dans lequel on tire la pierre bleue Belge, qui est un nom de marque. Ce site d'extraction est situé à Soignies. Cette entreprise n'a pas de rapport avec la pierre du Hainaut, sauf la similitude d'être située à quelques centaines de mètres, dans un autre bassin d'extraction. Le documentaire ci-dessous vise à expliquer les méthodes d'extraction de la pierre bleue, matériau noble. Nous commencerons la visite par l'atelier de Jean Bersoux, qui est un artisan tailleur de pierre. Ensuite, nous descendrons dans la carrière.

Le site d'extraction Gauthier-Wincqz est ouvert depuis fort longtemps. On trouve en tout cas trace de mentions d'extraction de petit granit à Soignies au XIVème siècle. Des produits ont été livrés dans la région de Mons en 1332. Plus de traces de ces chantiers médiévaux ne sont visibles aujourd'hui, les sites d'extraction ayant été profondément agrandis. Certaines pierres et traces de chaux laissent à supposer que des chantiers aient été ouverts sous la période romaine. Soignies se divise en deux logis d'exploitations, l'Ancien Monde et le Nouveau Monde, on devine avec aisance que Gauthier-Wincqz se situe dans le premier. C'est aux alentours de 1850 que se développe l'activité à proprement parler de la carrière Gauthier-Wincqz, en bordure de la Senne. La société est dirigée par Pierre Gauthier-Wincqz, elle possède plusieurs machines à vapeur. Au début du XXème siècle, la société connaît son apogée. Une grande centrale électrique est bâtie, en front de rue Mademoiselle Hanicq. Les carrières seront illustrées sur les vues de la Belgique Industrielle, c'est le signe d'une certaine renommée. L'exploitation ira bon train, jusqu'aujourd'hui - notre documentaire en témoigne.

Cependant, les études géologiques ont démontré que le banc arrive à sa fin, le gisement des carrières Gauthier-Wincqz est en voie d’épuisement. Pour perpétuer l'activité d'extraction, en 1990, une demande a été réalisée pour ouvrir une nouvelle carrière, située à l’intersection des Communes de Soignies, Ecaussinnes et Braine-le-Comte, au lieu-dit Tellier des Prés. En 2006, le premier coup de pelle a été donné et en 2008, la première pierre bleue a été extraite. Graduellement, le site de Soignies va donc vers son abandon.

Dans les pages qui suivent, nous allons nous attacher à décrire les méthodes extractives.

L'atelier Jean Bersoux


Une ancienne locomotive est garée dans le jardin, probable vestige d'une lointaine exploitation.


Voici l'atelier. On y voit un produit presque fini, un Saint-Vincent. Dans le fond, ce sont les esquisses préalables à la réalisation. La pierre bleue est un matériau idéal pour la sculpture, bien meilleur que
le marbre noir, qui est un peu plus cassant.


Saint-Vincent en détail. Le pourtour du personnage comporte des petites lignes. On appelle ceci une finition sclypée ou éventuellement gradinée. Le sclypé est caractérisé par des stries gris clair qui contrastent avec le gris foncé de la pierre brute. C'est une taille exclusivement mécanique réalisée à la fraise fixe. La différence avec la gradine, c'est que celle-ci est réalisée à l'aide d'une gradine, ciseau d'acier en forme de peigne. Souvent, le trait plus clair est un peu plus large.


Un joli compas de compagnon bâtisseur.


Le socle de Saint-Vincent.


Une table, avec la collégiale de Nivelles.


Le dessus de la table.


La main du tailleur de pierre, avec un visage de Saint-Feuillen.


L'atelier est un superbe univers touffu.

La carrière Gauthier-Wincqz


Voici le site d'extraction dans son immensité.


L'extraction suit la pente du gisement, ça dessine un immense escalier.


Reflet de pont roulant.

SUITE >