Tchorski
Tchorski
Cinque Torri (1/2)

Cinque Torri est un massif des Dolomites, à proximité du passo Falzarego, cela signifie les 5 tours. Ce lieu est assez impressionnant, ce sont des cimes massives aux formes de colonnes tronquées ou parfois des pointes dressées vers le ciel. Ces masses rocheuses sont plantées au beau milieu d’un décor féerique, dont d’immenses rochers pour certains effondrés depuis des siècles. On ressent la puissance de la montagne. Cependant, une tour s’est écroulée en 2004.

Cette montagne fut le décor d’affrontements. La ligne de frontière passait là. Les italiens y ont creusé un nombre important de tranchées, appelées ‘Trinceas’ ou ‘Trincees’. Le but de ces ouvrages italiens était de protéger le Sasso de Stria et la Tofana di Rozes, deux massifs montagneux clés dans le goulet d’étranglement du Falzarego. Le Roi Vittorio Emanuele III est venu visiter les ouvrages et encourager les soldats. Si les ouvrages d’artillerie et les tranchées couvertes ont été largement restaurées, les toitures en bois ont été remplacées vu leur état de pourrissement, les tranchées sont quant à elles des éléments réels de la guerre. Il est assez impressionnant de voir la quantité de travail qui a été réalisée par les militaires pour garantir une certaine sécurité, le tout dans des conditions climatiques fort difficiles : cuisant en été, gelant en hiver – le paysage est aride. Le seul point décevant, c’est que le site a été touristiquisé, non pas que ce soit un spécialement un souci, mais les panneaux sont tout particulièrement inintéressants. (NdT : Zoula, il y a du travail pour toi !) Les vestiges non restaurés se trouvent de l’autre côté du Cinque Torri et sont moins aisément accessibles. Le passage le plus intéressant est celui intitulé sentiero delle postazioni. Si vous avez du temps, le giro delle torri complète bien le parcours.


Les tranchées se situent autour des montagnes de droite.


Le paysage des Cinque Torri est féerique.


Au pied, des tranchées muraillées ont été bâties.


Certaines sont couvertes par des protections en bois, puis ensuite recouvertes de terre et de roches.


Une tranchée en bois, au pied de deux tours.


Une autre tranchée couverte.


Les murs de pierres dolomitiques ont dû demander beaucoup de travail.


L'une des tours, effondrée.


Vue sur le massif de la Tofana.

SUITE >