Tchorski
Tchorski
La montagna dimenticata (partie 4/5) - page 1/5

Ce documentaire est dédié à Abel Hernández.

Nous voici à l’orée du hameau detMartinoi. Il n’y a plus de chemin pour y arriver, c’est loin loin loin dans la forêt. Il faut passer dans un dédale de végétation, des pentes abruptes ravinées, des chemins refermés. Il n’est pas aisé d’atteindre ce petit village. Il faut être motivé.

Martinoitse trouve tout au fond de ce vallon.

Le hameau se situe au dessus d’une pente très abrupte – presque une falaise – dominant le torrentetMolini. Il est directement au sud du hameau detTurbai. Les maisons sont pour la plupart dans un état épouvantable, les toits sont crevés, les arbres poussent dans les pièces d’habitation, éventrant les planchers des étages. Des lianes enserrent les meneaux des fenêtres jusqu’à tout ravager. Quelquefois, il ne reste plus qu’un tas de pierre dominé par une végétation arborescente. Seules deux maisons sortent véritablement du lot, ce sont celles qui malgré les intempéries ont gardé leur toiture. Souvent, il y a un bel et gros arbre à côté, qui protégeait l’habitation des grands vents. Dans ces maisons, il reste un nombre important de courriers et quelques photos. Bien que difficilement lisibles (les courriers sont rongés par les souris et les vermisseaux), on apprendra un certain nombre de petits détail sur la famille.

La maison principale était habitée par AldotNoétCasaril, marié à MaddalenatBressan. Aldotest né le 14/04/1928, il est décédé le 21/09/1988. Je ne possède pas d’information à propos detMaddalena. Ils ont eu une enfant, qui s’appelait Bruna, née en 1953. Il est possible que Bruna ait eu frères et sœurs, mais je n’en possède aucune trace. Ce qui est intéressant, c’est que lors de la naissance de Bruna, de très nombreux petits faire-part ont été envoyés. Cela nous permet aujourd’hui de savoir qui habitait où, au moins partiellement. J’ai ainsi répertorié à Don : DalleyFestetFrancesco, EmmatettBastian. CasariltGiovanni, fils detVittore, père de Bruno. Bruno est décédé à la guerre, son nom est gravé dans la pierre du monument aux morts àtDon. CasariltVittore, fils detMatteo. AtBersai, GiovannitBressan. AtCalifornia, BeniaminotettTibolla. Pietrotet BeatricetBressan. GiacommotMarcon. FamigliatEdoardo. MariatVittorel. AtRozze, MaddalenatettDino. AtMoline,tZia ettYolanda. IdaliatCasaril et famiglia.tGosaldot: BepitElio. RaimondatPongan. Italotet MariatBressan. ZiatOssi et son fils Mario. A VillatSant'Andrea, familletMariatMorei. MariotPaulon. AnnatettPaolo. A DetSanto, WandatBeltranu. Giovanni, Vittoria, Eufemia et Vittore. Angelino. AtCorot, Angelina. La cousine d'Aldo, Emma et GiacomotMarcon.tPattine, la cousine BrunatettNicotMasoch. AtBeltrai, familletBeltrame.

Dans la maison, il a été possible de retrouver une photo de GiovannitCasaril, plus jeune. Il est impossible de le confondre, avec sa grande moustache Napoléon III. Un certain nombre de documents anciens signéstGiovanni ont été localisés. Sans que ça en soit une preuve fondamentale, on peut se demander si les famillestCasariltdetMartinoi ettSpagnoi n’étaient pas fort proches. Aldotétait-il le frère detGiuseppe ? Grande question…

Aldotétait enregistré comme agriculteur sur sa carte d’identité.


tAldo, le chef du ménage.

Fait intéressant, les cahiers d’école de Bruna s’arrêtent en juillet 1966. Il n’a pas été possible d’en trouver un seul qui soit postérieur. Cela conforte l’idée que ces habitants ont été chassés du vallon par les pluies de novembre.

Aldotest enterré au cimetière de DontditGosaldo. Il est seul. Aucune trace detMaria. Était-cetMaria domiciliée àtTurbai ? Très grande question… Même si c’est proche géographiquement, au premier abord, on peut dire que ça n’a rien d’évident. Quant à Bruna, peut-être s’est-elle mariée : elle aurait changé de nom de famille ? Novembre 1966 nous fait entièrement perdre sa trace.

Je vous invite donc à plonger dans le silence de ces habitations. Il faudra s’imprégner des cris des cassenoix, des pépiements des mésanges, du vol discret des chauve-souris dans les greniers. Il faudra faire attention aux nids de guêpes cachés dans les boîtes de courriers, il faudra prier pour que l’escalier vermoulu et à moitié effondré ne rompe pas sous le poids… Nous allons essayer d’imaginer Bruna, enfant, dans ce lieu dur mais beau. Nous imaginerons son désarroi face aux terres ravagées par les flots impétueux et la colère de la montagne. A l’honneur de la familletCasaril, le récit d’une lutte pour la vie.

Avant de partir dans la forêt, vous pouvez vous imprégner de l'ambiance des cris des cassenoix ici :

Il ne faut pas croire que le parcours va être facile. Vous allez voyager avec peine jusqu'àtMartinoi ici aussi dans ces pages. Il faudra d'abord passer toutes les ruines detGiandi, dont il ne reste aucun témoignage humain, avant de pouvoir découvrir le petit hameau abandonné. Le chemin est long, pentu, végétalisé, araignétisé - prenez votre bâton de pèlerin et votre courage à deux mains.


AtGiandi, quelques habitations ruinées. Ici, c'est la plus imposante.


Il n'en reste qu'un tas de cailloux et de bois vermoulus.


Les dépendances sont nombreuses.


Et si les portes sont encore intactes...


Ca ne donne que sur du massacre.


Il reste parfois des vestiges de terrasses.


Ou des bâtiments à vocation agricole.


Mais tout a été démoli et charrié par le torrentetNogher.


Les arbres commencent à éventrer les fondations.


Ce n'est bien sûr pas pour la qualité de la photo mais le devoir de mémoire.


La maison matrimoniale detCampigol.


Avec sa petite niche à affectation inconnue.


Le lavoir, même modèle qu'àtSpagnoi.

SUITE >