Tchorski--------------------------------------
Tchorski
Les cloches de Floreffe (6/10)


L'ancienne horloge de commande de la volée, montée par Alfred Mathieu.


On y trouve sa signature.

Eglise de Soye

Deux cloches Slégers et Causard classiques, une Baron de Rosée.

La cloche du Baron de Rosée est fort rare, ce qui nous rend euphoriques :)
Le décor est très soigné, comme aux habitudes de la maison. La dédicace est simple, elle comporte la mention de Moulins près de Dinant, la mention des usines du baron de Rosée, la mention difficile à lire de Pierre-Henri Michel.

Cette cloche serait donc à considérer comme provenant du fondeur Pierre-Henri Michel. Ce serait d’une grande rareté. En effet, ce fondeur mineur est décédé à 31 ans. Il reprend l’actif de la fonderie de Moulins en 1855. Cela cessera en 1865. De ces dix ans d’activité artisanale, il ne reste que des traces infimes. Seul le dictionnaire des facteurs d’instruments de musique le mentionne. Autrement, il reste inconnu. A sa mort en 1865, c’est Hippolyte Causard qui reprendra l’actif, d’où encore une fois des explications quant aux similitudes Baron De Rosée / Hippolyte Causard.

Il est le fils de Joseph Michel, qui lui-même travaillait pour la fonderie de cuivre du Baron De Rosée.

Est-ce que cette cloche est une De Rosée ? Là franchement, je dirais qu’il n’est pas facile de répondre. La première chose, c’est que dans la fonderie de canons et de cloches, le Baron ne fondait pas lui-même, il faisait exécuter le travail par des artisans. La seconde chose à dire, c’est que finalement les travaux du Baron De Rosée ne sont pas très bien connus. Il est certain que les Michel père & fils fondaient pour lui… mais quant à d’autres artisans ? Une référence bibliographique note que : En 1787, l'empereur Joseph II supprima l'abbaye de Moulins qui fut remplacée par une forge puis, par une fonderie. Le quartier abbatial est devenu l'actuel château de Moulins, toujours habité par la famille de Rosée. Cette fonderie, bâtie sur l'abbaye par le baron de Rosée est devenue une usine qui occupe maintenant, 150 à 250 ouvriers. Une autre source mentionne : il exploite la fonderie de cuivre et le laminoir d'Anthée de 1825 à 1832. Une dernière source mentionne l’exploitation : d’une batterie, tréfilerie de fil de laiton, et laminoirs, de Jacquier de Rosée, Damoiseau et Gédéon de Contamine, entre Landrichamps et Givet, au lieu-dit Vieux-Pré, de 1787 à 1820.

Si l’on en croit donc ces références bibliographiques, l’atelier du Baron mérite bien son nom d’usine, tel que d’ailleurs mentionné en épigraphie. La production de cloches devait être épisodique, vu le faible nombre qu’il nous en reste. Les enlèvements des Allemands en 1943 sont probablement de grands destructeurs.

Le Baron De Rosée, outre sa distinction nobiliaire, est identifié comme étant Alphonse-Marie-Eugène, baron de Jacquier de Rosée, né le 27 septembre 1797 et mort à Moulins le 30 novembre 1854, fils d’Antoine-Laurent de Jacquier, Baron de Rosée, et d’Elisabeth-Marie-Josephe d’Incourt, baronne de Frèchencourt. Il s’est marié avec Marie de Goër de Herve de Forets.

En ce sens donc, étant donné que le Baron est un grand industriel, étant donné qu’il sous-traitait la fonte à ses ouvriers mais la commandait, on pourrait dire que c’est une De Rosée. La date mentionnée en épigraphie est 1856 et non 1836 comme supposé, Pierre-Henri Michel avait 1 an d'actif dans la fonderie. Cela rend les informations cohérentes. C’est donc une cloche De Rosée postérieure à sa mort. En réalité, c'est une reprise de l'actif et donc... une Henri Michel. C'est compliqué mais on s'en sort !

A noter que selon les photos de l'IRPA, il semblerait qu'il faille lire : l'usine de la Baronne de Rosée, et non Baron, peut-être cette mention fut obligatoire suite au décès du Baron. Le blason quant à lui serait de la famille Dehessele.


Le baron de Rosée.

Soye 1 (Causard)
Note et harmoniques : Hum : 250 Hertz. Prime : 553 Hertz. Tierce : 604 Hertz. Quint : 782 Hertz. Nominal : 999 Hertz. Superquint : 1497 Hertz. Oct nom : 2068 Hertz. Nombre d’harmoniques détectées : 10.
Diamètre : 70cm

Soye 2 (Rosée)
Note et harmoniques : Hum : 237 Hertz. Prime : 503 Hertz. Tierce : 576 Hertz. Quint : 706 Hertz. Nominal : 950 Hertz. Superquint : 1420 Hertz. Oct nom : 1963 Hertz. Nombre d’harmoniques détectées : 12.
Diamètre : 69cm

Soye 3 (Slégers)
Note et harmoniques : Hum : 207 Hertz. Prime : 448 Hertz. Tierce : 498 Hertz. Quint : 649 Hertz. Nominal : 822 Hertz. Superquint : 1229 Hertz. Oct nom : 1699 Hertz. Nombre d’harmoniques détectées : 23.
Diamètre : 89cm

Vous pouvez écouter ci-dessous la volée (2,28mn) :


La discrète église de Soye.


L'intérieur est modeste mais joli.


Pour monter au clocher, il faut d'abord passer par là.


Ca nous amène au comble.


Un ustensile pour maintenir le chandelier.


Nous allons à présent monter au clocher.


C'est un petit espace comportant trois cloches.


La cloche Causard, avec ses anses caractéristiques.


En volée ...


Voici la cloche Baron De Rosée.


De l'autre côté.


La décoration ne fait pas dans la dentelle.


Le superbe blason.


La dédicace.


SUITE >