Tchorski--------------------------------------
Tchorski
Les cloches de Floreffe (4/10)


Les trois cloches sont donc passées en revue une à une.


La troisième.


La cloche Causard qui nous intéresse tant.


Détail sur la dédicace.


La mention du nom de la fonderie de Moulins.


Le nom Hippolyte Causard.


Le rinceau de fourniture.


En volée ...

Eglise de Floreffe

 

Bâtie sur un tertre, on la voit de partout. La tour est monumentale et répond à une architecture ancienne.
Le boîtier de commande est un Tempora. Il est complété par une commande manuelle dans la tour.
Trois cloches sont abritées dans un beffroi en bois spacieux. Le plancher est par contre dans un état inquiétant. Il subsiste une ruine d’un ancien de moteur de traction, provenant probablement de l’électricien Alfred Mathieu de Floreffe.
Deux cloches sont assez classiques et répondent à des décors standardisés : la Michiels de 1949, la Slégers de 1948. Une troisième cloche attire notre attention. Il s’agit une Marcel Michiels de 1961, appelée Successeurs. Là où ça nous pose question, c’est que Michiels Jr est décédé en 1962. Nous savons que Eijsbouts et Petit & Fritsen ont repris son actif, sous le nom « Marcel Michiels Successeurs », après sa mort. Alors, pourquoi une cloche de ce type en 1961 ?
Une minuscule annotation E-P&F au cerveau est pourtant explicite à ce sujet… Cela restera donc probablement un petit mystère !
Du point de vue épigraphie, c’est une belle cloche. On y trouve un rinceau végétal très fin. Un probable blason des Dorlodot, très soigné, est visible sur la face arrière.

Floreffe 1 (Slégers)
Note et harmoniques : Hum : 175 Hertz. Prime : 351 Hertz. Tierce : 417 Hertz. Nominal : 700 Hertz. Superquint : 1051 Hertz. Oct nom : 1453 Hertz. Nombre d’harmoniques détectées : 15.
Diamètre : 105cm
Inscriptions : Je remplace la cloche communale prise en mai 1922. Cette cloche portait l'inscription suivante : cloche communal (sans E) + Anno 1812, a pour parein (faute) monsieur Ludovicus Fromanteau - Eltimus 34 Abbatum - et pour mareine (faute) damme (faute) Marie Josephe Louise Winson, épouse de monsieur Jean-Joseph Dejaifbe, maire de Floreffe, Faite par les Antoine et F. Loiseaux. Sur l'autre face :
J'ai été donnée par l'église paroissiale de Floreffe le 7 novembre 1923 par le baron et la baronne Joseph De Dorlodot et par leurs enfants, Albert, Charles, Renelde et Anne, Michèle, Pimot, appelée Thérèse en mémoire de leur bien-aimée fille et soeur Thérèse De Dorlodot, née à Tournai le 7 novembre 1892 et très pieusement décédée à Floreffe le 10 septembre 1908. J'ai pour parrain le baron Charles De Dorlodot et pour marraine mademoiselle Anne-Michèle De Dorlodot.

Floreffe 2 (Michiels classique)
Note et harmoniques : Hum : 193 Hertz. Prime : 396 Hertz. Tierce : 474 Hertz. Quint : 609 Hertz. Nominal : 801 Hertz. Superquint : 1193 Hertz. Oct nom : 1638 Hertz. Nombre d’harmoniques détectées : 11.
Diamètre : 93cm
Inscriptions : Je suis dédié à Notre-Dame du Saint-Rosaire, je sonne la victoire et la paix. J'ai été offerte à l'église de Floreffe par monsieur le curé Lefèvre, le conseil de fabrique et les paroissiens. Me Fudit Michiels Jr, Tornaci.

Floreffe 3 (Michiels Successeurs)
Note et harmoniques : Hum : 116 Hertz. Prime : 439 Hertz. Tierce : 522 Hertz. Nominal : 863 Hertz. Superquint : 1291 Hertz. Oct nom : 1783 Hertz. Nombre d’harmoniques détectées : 10.
Diamètre : 114cm
Inscriptions : J'ai pour parrain monsieur Gabriel ROBAUX, pour marraire ME. Lucien BIERNAUX-LEMAITRE. L'abbé J. DELVIGNE étant curé, M. MICHIELS SUCCESSEURS ME FECERUNT, P&F 4403.
Dédié au Sacré-Coeur de Jésus. Je m'appelle Achille-Clotilde. Consacrée en décembre 1964 par Monseigneur BLAIMONT, vicaire général de Namur, Je remplace ma soeur, fondue en 1948, qui elle-même succédait à la cloche donnée en 1892 par monsieur le doyen BEGUIN, et enlevée en 1943 par les armées allemandes.

Vous pouvez écouter ci-dessous la volée (2,08mn) :


Floreffe dans le froid.


Voici la tour du carillon, derrière l'abbaye de Floreffe.


Quant à notre église, c'est celle-ci.


La montée y est rude !


Mais l'intérieur est bien joli.


Nous allons donc grimper au clocher.


Les planchers y sont remarquablement fragiles.


La petite vieille est bien édentée...

SUITE >