Tchorski
Tchorski
Engis, la vallée de la Meuse

 

L'usine Vieille-Montagne de Flône

Source de la documentation : La SA des Mines et Fonderies de Vieille-Montagne, Pierre Bricteux, Philippe Tomsin. Editions du Perron, p390-392.
Charles Wirtgen-Bernard, Visages industriels d'hier et d'aujourd'hui en pays de Liège, p112-118.

Il s'agit d'une ancienne usine Vieille Montagne située à Amay, au lieu-dit Flône. Ce sont deux bâtiments industriels, récupérés à des fins de stockage par la société cimentière Dumont-Wautier. Au delà de la vocation de stockage, on vient à se demander si certaines infrastructures n'ont pas été profondément modifiées afin de participer au processus de création de la chaux. l'un des deux bâtiments (celui à front de Meuse) avait visiblement aussi une fonction administrative.

Ces usines ont été placées sur d'anciens gisements de houille et de calamine, exploités par les chanoines de l'abbaye de Flône. L'exploitation cessera à la fermeture de l'abbaye en 1796. De 1846 à 1818, il sera installé un hall de 18 fours silésiens pour y réduire le zinc. La métallurgie et spécialement celle du zinc, se développera de manière fulgurante grâce à la découverte d’un procédé de fabrication inventé par le liégeois Dony. Après diverses fusions administratives, Vieille-Montagne créera la société des mines et fonderies de zinc de la Meuse. On y ajoutera plus tard 16 nouveaux fours, et en 1907, l'usine totalisera 40 fours à 108 creusets. Plus tard, on mettra en route un process de fabrication de poussière de zinc, complété par du tamisage et de l'embarillage. L'usine fermera ses portes en 1979. La fermeture est dûe non pas à une faillite mais un changement de process : de nos jours on produit le zinc par électrolyse et non des fours de réduction.

Il subiste aujourd'hui deux friches relativement bien préservées, puisque la société Lhoist l'entretient. Les tas de chaux sont très apparents à l'étage. Un tunnel traverse la montagne, ce tunnel avait visiblement une vocation de refuge, éventuellement durant la guerre 1914-1918. Certaines sources (dont moi !) mentionnent avec beaucoup d'applomb qu'il s'agit de l'ancienne mine de la Mallieule, Mallieue avec l'orthographe récente.


Le hall des fours à réduction.


Le hall des cuves à poussière de zinc (?)


On la remercie.


L'entrée de la probable mine de la Mallieue.


Base de cheminée.


Le hall de stockage des chaux pulvérisées.


La façade du bâtiment supposé administratif.


Sur lequel on trouve une magnifique inscription : société américaine, la Vieille Montagne.


Détail sur le blason, dont le dessin est visible ici.

Le four à chaux d'Engis

Un peu plus loin en allant vers Liège et le long de l'exploitation Dumont-Wautier, on trouve ce grand four à chaux le long de la route. C'est l'un des plus vastes vestiges de Belgique.

ACCUEIL