Tchorski
Tchorski
La restauration des cahiers de surveillants

En novembre 2008, Nicau Elias a sauvegardé un grand nombre de cahiers de surveillance de l'ancienne cokerie d'Anderlues. En voici la restauration, pas à pas.

Tous ces documents ont été déposés pour conservation et protection auprès du musée de la mine de Halanzy - Musson en 2014, et ont été totalement détruits par Jean-Claude Noben, gérant du musée, en 2018.

Les ouvrages avaient deux deux principaux défauts :
-Une crasse de poussier de coke, extrêmement incrustée dans les couvertures, gouttières, soufflet, et les dos. Quand la couverture était en percaline, il fallait frotter avec une éponge abrasive, avec les deux mains et de tout son poids, pour espérer enlever la moitié du noir. Les tranches étaient aussi gravement touchées, mais c'est fort difficile à corriger, si ce n'est à la balayette...
-Une déchirure des dos, particulièrement pour les couvertures bon marché cartonnées. Du coup, les plats étaient célibataire, le soufflet était déchiré, le dos de toile était déchiqueté et partiellement inexistant.

Le lavage


La première étape consiste à nettoyer les couvertures du poussier de coke. Comme en témoigne la couleur de l'eau et la celle de l'éponge, c'est une étape capitale ! Les couvertures de percalines sont brossées car la poussière noire s'insère dans les rainures.


Un ouvrage rouge avant nettoyage.


Après un premier nettoyage, il est déjà plus rouge ! Par contre, les coins et les bords ne sont pas encore bien nettoyés. C'est plus délicat à faire parce que le pelliculage plastique est déchiré, c'est une fragilité du plat.


Les ouvrages sont déposés à sécher. On se rend compte alors qu'ils n'étaient pas tous noirs !


Après séchage, le plat et surtout les gouttières du bradel sont nettoyées à nouveau avec un essuie-tout. On voit une fois de plus que ce n'est pas inutile.


Si les couvertures en percaline ont bien tenu, celles en carton sont fort dégradées.


Quelques ouvrages au séchage.

Le chemisage

Les dos étaient très abîmés. Il a été choisi de les recoller par une méthode
très simple, du papier collant à large bande.


Détail sur une toile de jute fort dégradée à cause de l'humidité.


Le résultat après recollage n'est pas fondamentalement esthétique, mais ça permet une bonne préservation.


C'est donc le même livre, avant - après.

Le souffletage


Les ouvrages ont perdu leurs couvertures. Il faut recoller avec une colle à chaud (dégueulasse !) et ensuite maintenir les couvertures avec du papier collant large bande.


Certaines couvertures défoncées sont recouvertes intégralement d'un film plastique.

Affaire à suivre (avril 2009).

ACCUEIL