Tchorski
Tchorski
Mine SSDA (1/2)

C'est une mine de plomb-zinc argentifère. On en a surtout tiré du zinc et accessoirement de la pyrite. La mine des acides daterait du 19ème siècle tandis que la mine du châtaignier daterait de la toute fin du 17ème siècle. La fin d'exploitation se situe dans les années 30. Ce site est la proie d'une pollution dont la vue est impressionnante. Les eaux d'une rivière sont contaminées aux métaux lourds et la source l'est à l'arsenic. Les photos décrivent bien l'état de mort de ce lieu. La visite a été abrégée à la source. Les pentes devenaient touffues. Je ne pouvais pas prendre le risque de glisser dans la rivière.

La pollution a fait l'objet de plusieurs essais de traitements. Les installations donnent l'apparence que c'est abandonné, mais ce n'est pas le cas. La source a été canalisée vers une zone de traitement passif aux bactéries. Ces bactéries se développent en milieu acide et aident fortement à l'oxydation de l'arsenic. Elles produisent en abondance de l'arséniate ferrique, entraînant un peu de plomb au passage.

Plus les arsenics sont précipités (de As3+, soluble et hautement toxique, vers As5+), au moins les eaux d'aval sont polluées, ça se dépose sous forme de boue jaunâtre. Les eaux de la source contiennent plus de 2000 fois la concentration maximale admissible pour l'eau potable. En aval, 2 kilomètres plus loin, la rivière comporte environ 300 fois moins d'arsenic.
Sur les photos, on verra les dépôts d'arséniate ferrique sous forme de bourrelets jaunes.

Le problème qui se présente, c'est que les dépôts d'arséniate ferrique sont fragiles : ils peuvent être érodés ou emportés par la première grande pluie.

Pour des raisons d'organisation interne, les photos ont été bâclées.

La mine des acides


L'entrée de la mine des acides.

Vous pouvez écouter cette mine ici :


Ce sont des lieux en chambres et piliers qui parfois sont fortement inondés,
comme en atteste le niveau de boue sur la gauche.