Tchorski
Tchorski
Miniere di Cogne (1/7)

 

C'est une mine d'altitude de magnétite, subdivisée en trois carreaux distincts. Elle est située à Cogne, dans le Val d'Aoste. Les carreaux sont : laverie-musée, Costa del Pino, Colonna. Cette mine d'altitude se révèle avec lenteur, au fil de longues pentes raides. Il a fallu de la patience pour la découvrir, et tout autant vous concernant lorsque vous irez parcourir ces pages, c'est un lieu éloigné et aride.

LA LAVERIE


Les images anciennes proviennent de panneaux d'information disséminés sur le chemin d'accès aux carreaux des mines. Ici, on voit ce que nous imaginons être la laverie, un bâtiment qui n'a pas pu être visité. C'est l'ensemble de bâtiments le plus près du village.


Photo prise à travers le grillage, c'est ce que nous pensons être un carreau.
On devine la présence d'une molette.


Le bâtiment de la laverie, depuis le musée de la mine.


Le musée de la mine. Aucun de ces bâtiments n'a pu être visité.

LA MINE LARSINAZ


Avec le filon Liconi, le filon Larsinaz aurait été la première mine exploitée dans le secteur. Nous n'avons pas réussi à nous y rendre. Il faut traverser cette zone d'éboulis et après, il est impossible de retrouver le sentier, qui a probablement disparu dans la nature. Cette mine nécessiterait un GPS...

LA MINE COSTA DEL PINO


C'est le début de notre promenade, nous allons suivre un téléphérique. De tout temps, le transport a été un problème pour cette mine d'altitude. On estime que les premiers filons auraient été ouverts à l'antiquité. Dans le passé, on transportait en luge dans les pentes puis à dos de mulet. La mégnétite est un minerai fort dense et les gros chargements auraient cassé les pattes d'une bête de somme dans de telles pentes. Un homme, s'il tombe, il ne faut qu'un de profundis... Cette citation d'un panneau explicatif montre bien la rudesse du métier.


Les hommes descendaient le minerai sur des luges, dans le sens de la plus grande pente. Lorsqu'on est sur place, c'est difficilement imaginable ! Entre la ville et le filon Liconi, il doit y avoir quelque chose comme 1000 mètres de dénivelée.


Au début du XXème siècle, on opta pour un transport mixte : installation de trois téléphériques (un pour le minerai, un pour le personnel et un pour les vivres et matériaux) et d'une voie ferrée de 12 kilomètres, dont plus de 7 en tunnel. C'est dire combien l'exploitation fut importante dans ce secteur.


Ils firent monter une ligne de godets, dont il ne reste à ce jour que les supports en bois, qui mènent à la mine la plus élevée, Colonna (pas le carreau Costa del Pino). Les éléments de la noria ont probablement été ferraillés, sauf (au moins) un présent dans un musée.


Voici une photo ancienne du carreau de la mine. On y voit le départ de la noria. Cette forme existe toujours aujourd'hui, elle est plutôt unique dans le paysage minier que nous connaissons. Heureusement, on sent qu'il y a une volonté de préservation au niveau régional, donc elle ne serait pas amenée à disparaître dans les prochaines années.


En bas à droite, on peut apprécier la dimension du tambour de treuillage !


Sans parler de la taille du câble. Décidément, c'est lourd !


Ici, c'est le bâtiment du carreau. A l'intérieur, c'est l'installation de treuillage.


Dont on voit le moteur, qui était à ciel ouvert à l'époque sur cette photo ancienne.

SUITE >