Tchorski
Tchorski
Les caniveaux du Solbosch (1/3)
(Solbosch technical tunnels below an university)

Avis à la population : il y a une alarme avec trois détecteurs de mouvements placés dans les tunnels.

Je remercie Mlle Géraldine Dupont pour l'autorisation, Monsieur Stéphane Priem pour l'ouverture des portes et les précieuses informations techniques, et Monsieur Audry Drapier pour la coordination..

Il s'agit des galeries techniques situées sous le bâtiment U du campus du Solbosch, à Ixelles, une des 19 communes de Bruxelles. Cette université s'appelle l'ULB. Tous campus confondus, l'université draine environ 20.000 étudiants. Le campus du Solbosch à lui seul en totalise environ 13.000. Dans la vaste avenue Héger, les étudiants naviguent entre les bâtiments avec l'air affairé, on sent que les examens approchent. Mon guide est le responsable des techniques spéciales à l'université. Ca signifie que tout ce qui peut concerner l'électricité, le chauffage, le câble, le téléphone, l'adduction d'eau, c'est pour lui, aucun doute que ça représente un vaste programme. Les caniveaux du Solbosch, même s'il faut ramper parfois, ne doivent pas avoir de secrets dans son métier. Lorsqu'il ouvre la porte du premier tunnel éclairé par des néons, la bouffée de chaleur qui arrive au visage prévient tout de suite : il ne va pas geler par là ! Le réseau de chauffage dissémine une chaleur agréable, quelquefois étouffante. Stéphane Priem explique alors les différentes structures et les câbles qui y passent, les galeries suivent l'architecture du bâtiment U, ça en a donc la forme, sauf ça et là quelques diverticules pour égayer la visite. Un sourire se dessine sur son visage lorsqu'il dit : si vous avez le nez fin, vous pourrez même sentir la bière, les galeries passent sous les cercles (NdT pour les non-Belges : il s'agit des associations d'étudiants et accessoirement, les bars estudiantins dans les sous-sols de l'université).

La visite commence donc avec une douce idée que les étudiants sont au dessus, sans ce soucier de ce rat de tunnel que je suis. Les canalisations sont omniprésentes, quelquefois il faut enjamber des câbles haute tension ou éviter de mettre les mains sur la canalisation brûlante de chauffage, l'attention est de mise. Les grandes coursives sont à hauteur d'homme tandis que quelques-unes sont plus basses, je dirais un mètre. Dans la galerie de la chaufferie, la température est fort élevée. Je transpire fort, autant dire que le pull est resté dans le sac. A quelques autres endroits, on relèvera des infiltrations d'eau. Les eaux de pluie sont pompées dans des puisards judicieusement placés. Même si dans ces tunnels, on collecte une part des eaux usées, le terme caniveau n'a rien à voir avec une canalisation d'égout. Il y a fort à parier que c'est une approximation de langage ancienne. D'après mon guide, la construction de ce bâtiment de l'ULB remonterait aux environs des années 30.

Si ce réseau était peu accueillant il y a 6 - 7 ans, à cause de l'amiante qui entourait les canalisations de chauffage, aujourd'hui tout a été désamianté. Les galeries sont dans un très bon état d'entretien. Je vous propose donc d'aller sous les pieds des étudiants, pour une promenade souterraine rare et instructive.

Vous pouvez écouter ces galeries ci-dessous :




Bienvenue dans la galerie technique.


Dans le reflet d'une flaque.


Les deux grosses canalisations de gauche sont le chauffage.


La grille du paradis.


A droite, c'est un diverticule pas très haut.


Les indications de nord et sud sont données 'Bruxelles' et 'Boitsfort'.


Une structure obsolète qui ne manque pas de charme.


Un des principaux croisements.

SUITE >