Tchorski
Tchorski

Carcoke, Buda Marly

Il s'agit d'une ancienne cokerie, partiellement démolie en 2001, entièrement démolie en décembre 2003.
Elle était située à Neder-Over-Henbeek, au nord de Bruxelles, le long du canal de Willebroeck.

La cokerie est une usine où l'on produit du coke, une roche carbonée qui sert dans le processus de fabrication du métal, comme comburant dans le gueulard du haut-fourneau.

Buda Marly aurait ouvert ses portes en 1929. J'ai très peu de traces du personnel, je suis arrivé sur le site trop longtemps après la fermeture. Le directeur lors de la fermeture de l'usine était J. DE BROUWER, l'ingénieur principal J. FIRKET. Les surveillants et ouvriers étaient R. JANSSENS, Mr BAKELAND, Mr VAN ROOSE, A. RENIERS, Mr TUCCI, Mr ALVAREZ, Mr RENSONNET, Mr ALVARCA, T. JANSSENS, Arthur JANSSENS, Mr GILLARD, Mr SAMUEL, Mr GUICHART, Mr DE CONNINCK, Mr GUICHART, Mr TIELMAN, Mr ISTACE, Mr HIJETTE, Jean-Bernard DRUART.

Selon les informations en ma possession, La société carolorégienne de cokéfaction (Carcoke), était constituée de trois sites : Carcoke Zeebrugge, Carcoke Tertre et Carcoke Marly. Le Marly est le plus petit site et a toujours causé des problèmes du fait de sa proximité avec la capitale. Le principal fait reproché, outre les fumées, était l'odeur. On imagine avec aisance qu'il s'agissait des benzols. A chaque pause, les ouvriers contrôlaient : Sulfate sel blanc - Contrôle O2 - Purge chaufferie - température extrait sec - Benzol, Station 10M. L'entreprise aurait fermé ses portes en 1991.

En décembre 2003, une entreprise intervenait pour le compte de la Spaque pour démolir les vestiges de l'usine. Les opérateurs ont donné des coups de disqueuse thermique dans les colonnes de distillation. Avec l'échauffement et les étincelles, les goudrons et les résidus benzolés se sont enflammés. Cela a provoqué un incendie catastrophique, une fumée très épaisse et intensément noire s'est dégagée durant une semaine, le nuage a été jusqu'en Allemagne. Si l'évènement a défrayé la chronique, il y a fort à parier que l'entreprise n'a pas été sanctionnée, mais soit... je me tais parce que je ne sais pas. Le marché avait été attribué à des entreprises conjointes : Katoen, Jan de Nul, Envisan. Durant l'incendie, une grue élévateur de haute taille a été massacrée. Ils ont voulu l'enlever, mais ils n'ont pu à cause du danger. Les colonnes ont explosé à plusieurs reprises. A la fin de l'incendie au bout d'une semaine, ils ont abattu les colonnes, ce qui a provoqué une reprise de l'incendie avec l'appel d'air, mais dans des conditions beaucoup plus maîtrisables.

La pollution sur le site était importante. Hormis les vestiges de coke et de charbon, on peut citer : goudrons, benzol / benzène, huiles minérales, hydrocarbures aromatiques monocycliques et polycycliques (HAM et HAP), métaux lourds, cyanure, phénols. 200.000 tonnes de terres auraient été évacuées vers Anvers.

Aujourd'hui novembre 2008, le terrain est presque entièrement dépollué. L'espace va servir à une nouvelle zone économique.


Les photos de la cokerie

La cokerie en feu

Documents récupérés dans la cokerie

ACCUEIL