Tchorski
Tchorski
La mine de l'opéra (1/7)

Il s'agit de photographies d'une mine que je nomme "la mine de l'opéra comique belge". Je possède de très amples documentations sur les lieux (historique, plans, topographies réalisées sous terre, etc). Mais vu les déferlantes de visites des soit-disant urbexeurs qui respectent ce qu'ils visitent (n'est-ce pas), je suis obligé de tout enlever. Si je ne le fais pas, le monde de l'urbex ira tout détruire.

Ces images ont été réalisées en 1997, 2001, 2002, 2003 et 2005. Des photographies anciennes (1998-2002) sont disponibles ici, bien qu'elles soient de qualité passable (c'est toute une époque aussi, on ne travaillait pas avec les numériques d'aujourd'hui).


Le trajet dure normalement deux heures. Nous sommes restés coincés durant une heure et demi dans une petite portion d'autoroute massacrée par des travaux incessants. Un bonheur à l'état pur.


Pour se reposer gaiement, nous voici enfin dans la mine. Ici, il y a moins d'embouteillages,
moins de bruit, moins de pollution et moins de haine.


Ce sont des photos faites rapidement dans une couche fort humide.



Comme on peut le remarquer, cette couche est boueuse.


Au bout de cette couche , on arrive dans la galerie du train.
Ici, on voit un véhicule de transport du personnel qui a été rénové.



Comme c'est une belle Deutz, j'ai pris en photo son insigne sur le côté de la machine.


Le poste de conduite de la locomotive. Il semblerait que les petites molettes noires en haut à droite soient l'allumage des phares. Il y a dans le même coin le neiman et le klaxon. Ce qu'on voit à gauche avec des crans, c'est probablement les shunts qu'on monte et descend pour avancer.


Notre squat, dans la galerie qui rejoint la mine de l'Opéra.


La galerie qui rejoint la galerie d'assèchement. Le minerai est clair, c'est parce que
cette galerie est creusée dans la couche calcaire de minette, et pas la couche siliceuse.


L'entrée de notre hôtel.


Toujours dans la même galerie, on remarque que la forme est adaptée au passage de câbles de téléphone.


Cette galerie se termine sur un baquage si on continue tout droit, sauf en période d'étiage. Il faut
obliquer à gauche. On y trouvera alors le merveilleux monument commémoratif.

SUITE >