Tchorski
Tchorski
Les ardoisières de Rimogne (2/5)

 


Le pont d'ardoises, qui permet le passage au dessus d'un petit canal d'eau.


Cette canalisation d'eau n'est pas sous pression, mais gravitaire.


Une autre canalisation, qui plonge dans les eaux des niveaux inférieurs.


La galerie de la turbine. Les anciens avaient fixé des rails à quarante centimètres au dessus du sol. Dessus, ils avaient posé des traverses en bois, pour que cela fasse un cheminement piéton, tout en laissant passer l'eau en dessous. Aujourd'hui, toutes les planches sont pourries. Il faut donc rechercher en permanence les rails pour marcher dessus, sinon, c'est la gamelle !


Selon François, ce n'est pas une salle de pompes mais de turbines. Depuis le sommet, dans la salle des génératrices, les anciens auraient canalisé une rivière, afin de la faire descendre dans le puits. Il va de soi que c'est totalement contraire à ce qu'on fait d'habitude, puisque par tous les moyens, on cherche plutôt à évacuer l'eau. Cette chute d'eau dans le puits aurait permis d'alimenter cette turbine. Ensuite, l'eau aurait été évacuée gravitairement dans le canal P, juqu'au jour, situé un joyeux 1500 mètres plus loin. Il n'a pas été possible de faire une photo du puits, il y tombait beaucoup trop d'eau.


Le poële. Par où étaient évacuées les fumées, par le puits ?


Le régulateur d'injection de la turbine pour maintenir la vitesse de rotation constante, ce qui est indispensable pour l'alternateur. Si l'on compare avec une carte postale ancienne, on se rend compte que les deux courroies d'entraînement ont été enlevées.


Au loin, la turbine à eau ; au premier plan l'injecteur, au dessus la vanne réglable d'injection


Il est étrange de constater que la partie supérieure de l'alternateur a été démontée et déplacée. C'était peut-être pour récupérer du cuivre ? Malheureusement pour eux et heureusement pour nous, c'en était pas.


Ce qu'on ne voit pas, malheureusement, c'est que cette salle est recouverte d'un toit d'ardoises, comme s'il s'agissait d'une maison. Ici, le détail de la machine est franchement superbe, ce genre de matériel sous terre devient très rare, surtout dans cet état de conservation.


Un peu plus loin, peut-être au dessus de l'ancienne ardoisière T, un petit canal d'évacuation.


Le ciel de la galerie est plutôt atypique, on voit tous les redans de la découpe.


Une niche étrange, dont la destination est inconnue...


Ici, on peut admirer la découpe de la roche. Il est rare de voir aussi bien les traces du travail des mineurs ardoisiers. Il y en avait des pans de plusieurs mètres, planes et immaculés.

SUITE >