Tchorski
Tchorski
Les égouts de Bruxelles


Je remercie le Service Egouts Pavage de la ville de Bruxelles pour l'accueil très chaleureux.

Un début de journée comme d'habitude : réveil-petit-dej-train, sauf qu'au lieu de mettre mon déguisement et ma carapace pour aller au travail, j'enfile bottes et casque. Au milieu des gens que je côtoie tous les jours dans le train, indifférence. Ils ont bien raison. Je pars ainsi jusque Bruxelles-Centre, j'ai rendez-vous pour un reportage dans les égouts. Quoi ? Mais les égouts c'est sale, ça pue et y'a rien à voir... Quelle idée d'aller là dedans...

Luc arrive juste à l'heure et nous trouvons notre rendez-vous au milieu de couloirs et escaliers tortueux. Après présentations, nous voilà partis au creux de la Terre. Nous avons une équipe pour nous accompagner. Le premier reportage est en deux parties, ce sont les collecteurs et réservoirs de la Bourse. Il y a une porte sur le côté de la Bourse qui amène directement au coeur du réseau par des escaliers. Dès la fin des escaliers, il y a une double porte blindée. Elle s'ouvre sans clés mais avec 6 tirants type coffre-fort. C'est parce que lors d'orages, le collecteur se met en charge. Il faut éviter que cela vienne déborder dans les caves de la Bourse.

Le collecteur est une galerie cylindrique de 3 mètres de diamètre environ, sinueuse. Il y a deux cunettes de 50 centimètres de chaque côté. Le canal central fait au moins 1 mètre cinquante de profondeur. Ce collecteur est unitaire et traverse la quasi totalité de Bruxelles. L'eau n'y est pas puante, juste une odeur bien spécifique aux réseaux dits d'eaux propres. Comme l'eau n'est pas stagnante et les saletés très diluées, on a pas l'odeur pestilentielle à laquelle on fait référence lorsqu'on est jamais descendu là-dedans.

Nous parcourons la canalisation sur un petit kilomètre avant de ressortir au jour. Il n'y a pas d'élément très marquant le long de cette visite, pas de dégrilleur ou de siphon. Juste une chose à signaler, la présence d'un wagon vanne. C'est comme une berline dont les roues s'appuieraient sur les bords des cunettes. Le plancher de la berline n'a pas de godet mais juste un grand volant de manoeuvre. En tournant ce volant, ça fait descendre une plaque qui s'adapte parfaitement à la forme du canal. L'eau coincée derrière la plaque va pousser et faire avancer légèrement le wagon-vanne. C'est une méthode pour nettoyer la canalisation. En effet, ça racle tout jusqu'à un point défini de collecte des encombrants. L'appareillage total fait 5 tonnes. Il faut 12 hommes pour le remonter au point de départ.

Juste ensuite et à quelques pas de là, de retour à la surface, nous ouvrons une plaque et descendons dans un bassin d'épargne. C'est un énorme volume situé à 20 mètres de profondeur, destiné à collecter les eaux en surplus lors d'orages violents (plus ou moins 4 fois par an). Le volume fait 250 mètres de long, 30 mètres de large et 5 de haut. Ca ressemble à un parking souterrain. Il y a deux arrivées latérales. Les photos sont difficiles à faire. Le volume est vide et très sombre. Lors d'un orage, c'est vidé à la pompe.

Suite à cela, nous nous dirigeons vers Bruxelles Nord. Sur le boulevard, une nouvelle plaque et des ouvriers au travail. Là encore, un bassin d'orage. 500 mètres de long, 20 de large, 10 de haut. Il y a un collecteur monstrueux en hauteur. Lors de trop pleins, il déverse dans le vide de réserve. Comme les gens bossent, il y a des spots pour éclairer le tunnel. Le travail qu'ils font est titanesque. Les eaux de déversement laissent de la boue résiduelle et donc encrassent le vide de 20 bons centimètres de boue. Ils vident ça à la pelle et à la brouette. Le volume tampon de ce déversoir est de 300.000 mètres cube.

Pour terminer, nous allons visiter des réseaux situés non loin de Schaarbeek, derrière l'incinérateur. Il y a là le même collecteur (vu à la Bourse) mais en plus de cela, l'arrivée du Maalbeek et de la Senne dans des galeries à l'esthétisme terrible. Les arches se reflètent dans l'eau, c'est à couper le souffle ! La Senne possède un double voûtement large et haut, facilement deux fois 7 mètres de diamètre. Les parois sont mixtes béton et brique, ça dépend des moments. Ce n'est pas praticable, il faut un bateau pour visiter ce tunnel.

TCHORSKI

TCHORSKI
Le collecteur général près de la salle des Vannes, boulevard Lemonnier.

TCHORSKI
Le collecteur dans ses parties linéaires.

TCHORSKI
Grilles de déchargement dans le collecteur général. Au fond, un wagon vanne.

TCHORSKI
Un wagon vanne de plus près.

TCHORSKI
Un ancien pertuis de la Senne, servant aujourd'hui de bassin d'épargne.

TCHORSKI
Ancien lit de la Senne servant de bassin d'épargne. Il est placé sous la place De Brouckeere.

TCHORSKI
Plus au nord, l'arrivée du Maalbeek, toute proche de la jonction avec la Senne.

TCHORSKI
Galerie de jonction Senne Maalbeek.

TCHORSKI
La Senne, avec les déversements de trop-plein.

TCHORSKI
Le bassin d'épargne de la Bourse.

TCHORSKI
Ceci est le lieu d'arrivée des eaux dans le bassin d'épargne.

TCHORSKI
A Bruxelles Nord, un grand déversoir d'orage.

TCHORSKI
Après les charges, il est nécessaire d'évacuer les boues.

TCHORSKI
Nettoyage à la lance du déversoir d'orage.

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI
Vue générale du déversoir.

ACCUEIL