Tchorski
Tchorski
La rivière de l'Abbaye de Villers la Ville

Il s'agit de la partie souterraine de la Thyle sous l'Abbaye de Villers la Ville. Il y a un ancien réseau de rivière couverte dont les voutes datent du 13ème siècle. Si le début est aisé car il y a 30 centimètres d'eau, la fin est plus difficile, il faut s'immerger dans un mélange d'eau et de boue jusqu'au cou.

Sous les yeux de touristes curieux, nous nous engouffrons dans une galerie un peu vaseuse, en faisant fuir avec grandes protestations quelques canards à moitié endormis. Très vite, le niveau d'eau monte. Avancer se fait sans grandes difficultés, c'est juste embêtant d'être empêtré dans une vase bien collante. Les sorties de tunnels sont toujours difficiles. A cause des courants en forme de tourbillons, il y a toujours -ou presque- des fosses remplies de vases dangereuses. Cela aura empêché la traversée, à quelques mètres près. Il faut bien préciser que la visite en bateau n'a pas été possible à cause de la voute trop basse à la fin du tunnel.

Le réseau souterrain est joli, c'est une rivière qui zigzague un peu, la couverture est faite en vieilles briques et en pierres de taille (pierre du pays de Villers). On retrouve de temps à autre des micro-affluents qui viennent se jeter dans la Thyle. Des puits de lumière donnent parfois de beaux effets. Au niveau de l'activité monastique, nous n'aurons retrouvé bien évidemment aucune trace.


L'entrée est constituée d'une première galerie basse et étroite.


C'est la galerie qui rejoint le parking à l'actuelle porterie.


Sous la propriété de l'abbaye, la canalisation de la Thyle est déjà plus large.


On voit bien qu'il y a peu d'eau, le passage est facile.


Les puits de lumière au milieu du tracé.


Ces puits communiquent avec la surface par de petites canalisations, on entendait les touristes.


La fin de la rivière se complique très nettement. Sous la voute surbaissée, c'est de l'eau jusqu'au cou.


Sous la porterie, lors du chemin du retour.

HOME