Les ardoisières de Trélazé (2/10)

Une chambre pas encore active, en préparation


Dans cette chambre, pas d'éclairage. Quelques outils préparent les travaux, un perforateur, un purgeur, une scie. D'ici quelques semaines règnera l'agitation des chargeurs et des tirs.

Une chambre active


Ici, c'est à côté du front de taille. Dans ce trou, on place les remblais inutiles. Ca permet
de ne pas les stocker en surface, car les terrils sont gênants dans le paysage pour les riverains. Et de plus, ça coûte cher à charrier, sans compter le coût des terrains ainsi occupés dans une région où le foncier est cher.

Cette photo montre le seul aspect visible de l'exploitation remontante. En haut, le front de taille de la prochaine couche à exploiter. Le dessous de cette masse est la voûte de l'étage exploité précédemment. En dessous, les remblais sont les déchets de l'exploitation des étages inférieurs. Il y a peut-être des dizaines de mètres de tels remblais sous nos pieds, mais ça ne se voit pas. La veine fait plusieurs dizaines de mètres de large, on l'exploite par tranches de quelques mètres. Ces tranches sont homogènes et elles ne correspondent pas à des bancs de qualités différentes.


L'opérateur pousse les déblais là dessous dans un va-et-viens incessant.


Les photos sont très sombres. Cela retrace l'ambiance de cette chambre, où tout est noir d'encre.


Ici, il faut presque deviner le sujet tellement c'est noir. C'est un chargeur qui met une pierre dans un dumper. Les Grands Carreaux, l'ambiance est très différente (Trélazé 8)

SUITE >

 

Le reportage a été réalisé par Vincent Duseigne, Sandy de Wilde, François Marchand et Juliette Fraisse.
Toutefois, les droits d'utilisation et de reproduction appartiennent aux Ardoisières d'Angers. Merci de ne pas utiliser ces images sans l'accord du Directeur Commercial. Ardoisières d'Angers, 56 Rue Albert Camus, BP148, 49800, Trélazé. Tél : 02 41 96 70 04. Site : www.ardoise-angers.fr