Doué-La-Fontaine, Les Perrieres

Quelques mots à propos de ce souterrain
Juste après le repas, nous partons aux Perrières de Doué la Fontaine. C'est un ancien site d'extraction de faluns, ce n'est pas du tuffeau. Les faluns sont beaucoup plus grossiers que le tuffeau, c'est une roche à gros grains agglomérés, entre le gris et le brun, ça dépend des endroits. Le falun n'est pas gélif. L'accueil est vraiment très sympathique (Madame Leroi) et ça efface la pluie. Il peut tomber tout ce qu'il veut, ce n'est pas grave.

Le site des Perrières est de toute beauté. C'est une carrière souterraine qui a des magnifiques alignements, comme peuvent en témoigner les photos. Quelquefois, la hauteur des galeries avoisine les 20 mètres. L'éclairage met le site en valeur, la même chose sans ces lumières, ce serait très différent. Je me demande vraiment ce que j'aurais tiré au flash seul. La spécificité de ce lieu, c'est le type d'exploitation qui est très différent aux carrières habituelles. Même système de catiches qu'à Lezennes, on exploite à partir de la surface. On creuse un puits qui ressemble à la forme d'une bouteille. Ensuite, une fois que c'est fini, ce puits est obturé avec des pierres. Comme ça, on peut cultiver les terres de surface. Les différences avec Lezennes sont simples. Premièrement, l'obturation du puits n'est pas faite avec un enroulement de pierres. On le voit bien sur les photos, ce sont des plaques mises bout à bout. Deuxièmement, les puits ne sont pas distincts. A Lezennes, on perçoit parfaitement quand on passe d'un puits à un autre. Ici à Doué, on se retrouve dans des galeries très linéaires, parce que les puits ont vraiment été collés les uns aux autres.

C'est un site magnifique. François ne sort pas de baillements brézétiques, c'est dire ! Nous y restons deux bonnes heures. Une fois sortis, le temps est toujours au gris, il n'y a plus personne. De ce fait, nous laissons un petit mot (qui aura été réceptionné !) Juste à côté, il y a d'autres galeries similaires, mais elles ne sont pas accessibles au tourisme. Elles sont dégradées et apparemment, il y aurait eu un incendie. Nous n'avons pas été à La Hasquinerie non plus, manque de temps. Ce n'est pas un drame… Maintenant que vous avez eu le courage de lire, vous pouvez profiter des photos !


Les Perrières servent aussi de chambre d'hôte et gîte d'étape. Un bon nombre de chambres sont disponibles.


A l'entrée du site, une catiche dont l'obturation n'existe plus.


Ici, c'est l'obturation d'une catiche. Au contraire de Lezennes, ce n'est pas rond. C'est linéaire et ça suit la longueur de la galerie. On y voit bien les plaques de pierre servant à obturer.


Et voici les grands alignements de galeries. c'est ce qu'il y a de plus beau !


L'éclairage de différentes couleurs pastel met merveilleusement le site en valeur.


Un graffiti difficile à mettre en valeur : Henri Borné. La plupart des carriers ne savaient pas écrire. Ainsi, il est fréquent de voir des N à l'envers.

Un site merveilleux que je conseille à tous les gens de passage dans la région.
Ville de Doué la Fontaine, infos disponibles ici.

HOME