Les ardoisières de Martelange (2/2)


Avec du matériel un peu plus conséquent, les photos sont meilleures.
Par contre, la visite est très décevante. Les niveaux les plus intéressants sont devenus inaccessibles.
-L'arrêt de pompage, qui daterait de novembre 2004, entraîne un noyage progressif de l'ardoisière. L'eau est lors de notre visite entre le niveau -112 et le -130. Donc, le -170, on oublie.
-La passerelle en bois du -100 et quelques a été broyée. Du coup, il est devenu impossible de descendre plus profond. Impossible de dire si ça a été broyé par une pierre ou un humain qui tentait de passer sur ce truc en bois à l'état carrément plus qu'incertain. On va espérer que c'est la première solution, bien que je ne vois vraiment pas comment une pierre peut tomber là...

Pour cette visite, points positifs : un matériel photo plus adapté et une demie heure d'enregistrements effectués.
Points négatifs : le plus intéressant est définitivement perdu, c'est une visite d'adieu.


Vue partielle d'une grande salle. Ce n'est pas la plus grande, mais ça donne une idée.


Vue plongeante dans une grande salle. On voit un tout petit peu que dans la fosse, un pont en bois est broyé (sur la gauche, des planches en bois qui pendouillent). De ce fait les étages situés en dessous de ce niveau -100 sont inaccessibles. Avant, on passait là-dessus... Oui oui, et d'ailleurs, c'était loin d'être rassurant.


Une vue représentative des échelles qu'on doit s'enfiler pour descendre.


Une galerie de desserte des chambres.


Un appareil que je peine à identifier, un treuil ?


Le bain des pied des carriers.


D'une chambre à l'autre, niveau -40.


Dans l'une des chambres les plus près de la surface. On voit clairement qu'elle est remblayée.


La traditionnelle photo pour François II (oui, je suis bien sali, comme d'habitude !)


Une autre chambre remblayée.


Voici l'échelle qu'on s'enfile au départ du puits de secours, elle longe le grand puits ou descendait l'ascenseur.


Près de la surface.

ACCUEIL