Tchorski
Tchorski
Le fort de Gordolon

Quelques mots à propos de ce fort :
Le site est situé à Lantosque, c'est le fort Maginot de Gordolon. On part depuis depuis Tende. La route est assez longue. On fait environ 90 kilomètres pour une distance à vol d'oiseau de 20 kilomètres ! On passe par le Col de Turini qui est très beau. Je profite d'une pause pour vider l'appareil photo sur l'ordinateur portable au Chamois, une auberge située au col. Ils sont vraiment très sympas. Ils insistent pour m'offrir un café, il faudra que je leur envoie de la photo en remerciement !
Le garde-champêtre parle d'une caserne à Peira-Cava. Il parait qu'il y a un cheval qui s'y promène. Lorsqu'on y va, il faut lui faire des câlins, il parait qu'il est tout gentil. C'est marrant ces histoires de bêtes redevenues sauvages.

L'accès au Gordolon est une route qui devient de plus en plus en mauvais état. A la fin, on bute sur un barrage d'herbe. Le fort est derrière, très massif, au bout de la route. La grimpette dans les taillis pour trouver les casemates de tir est amusante, mais ultra-chaude. La chaleur se réverbère sur les pentes On redescend chercher le matériel spéléo pour la visite et qu'est-ce qu'on trouve ? En plein milieu de la brousse, un papier sur la voiture : un appel pour voter non à la constitution européenne. Quelle bande de ploucs ! Hey, on est belges !

Le fort a été clos par l'armée. Il n'est pas possible d'y rentrer, sauf sur demande. L'intérieur du fort m'a vraiment beaucoup plu. L'ennui, c'est que je n'y connais absolument rien en structure militaire, donc ma description sera novice et succincte. Pour un petit fort, j'ai trouvé ça grand. Il y a deux niveaux séparés de 20 mètres, plus une série d'escaliers vers des postes de tirs. C'est du tout béton, c'est très propre et très peu dégradé par les graffitis. Quelques passages ont des fissures, apparemment à cause de l'humidité. En bas, les fissures sont plus fréquentes à cause de la pression des terrains.

On y trouve : de vastes galeries équipées de multiples tuyaux en très bon état, des postes de communication, des postes de tirs avec les mortiers entiers et nickels, des chambres avec des filtres à air volumineux, une salle des machines vraiment magnifique, des "salles de bain" dans le couloir, des tourelles de tir. En haut, il y a des chauves-souris et elles sont curieuses de nous voir. François II serait heureux ^^

Je pense que les photos seront plus parlantes que ma faible description.

TCHORSKI
L'entrée du fort, au bout de la route qui va nulle part.

TCHORSKI
Fort de Gordolon, do not enter, Artun ! Ils ne savent même pas écrire allemand !

TCHORSKI
En grimpant les pentes, on trouve un tas de coupoles de tirs.

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI
Au sommet de la colline, on trouve des casemates de tir, ce sont des ouvrages cachés dans la nature.

TCHORSKI
François équipe la descente sur corde.

TCHORSKI
A l'intérieur, fait rare, les canons sont encore entiers.

TCHORSKI
Il est possible de les manoeuvrer, bien que cela demande apparemment une certaine expérience.

TCHORSKI

TCHORSKI
A l'étage en dessous, le matériel servant à monter et descendre les obus.

TCHORSKI
Ici, c'est un zoom sur un détail de cet engin de manoeuvre.

TCHORSKI
Dans les escaliers, une petite surprise au mur !

TCHORSKI
Les filtres à air des casemates de tir situées à l'étage.

TCHORSKI
En descendant, on arrive dans une caserne assez vaste.

TCHORSKI
Cette caserne est équipée de rails et d'une pseudo-berline pour le transport d'objets lourds.

SUITE >