Tchorski
Tchorski
Usine dP - Factory dP

Reportage de juin-juillet 2005.

Quelques mots à propos de cette usine abandonnée : Un début de journée radieux. Le ciel est magnifiquement bleu. Le temps de bouger un petit doigt, c'est devenu tout grisouillant. Nous retrouvons Michaël au même endroit que la semaine dernière, au Château Beaulieu de Machelen, définitivement sa nouvelle demeure. Aussitôt, nous partons pour la même destination que la dernière fois. Henk décrit l'usine comme étant "merveilleuse". Il avait raison. L'aspect extérieur peu engageant cache une usine esthétique à l'intérieur, très agréable à visiter.

Les premiers pas dans l'usine ne sont pas du plus extraordinaire. Grands halls vraiment très sombres, humides, lieux plutôt vides. On se trouve devant de la friche bien traditionnelle. Là où ça commence à changer, c'est lorsqu'on découvre les premières pièces avec des posters aux murs. Ce sont de belles dames avec des collants, dans toutes les postures et situations possibles et imaginables. C'est là comme si ça avait été attaché la semaine dernière.

Plus ça ira, plus on trouvera des lieux préservés et étonnants. A l'étage, on découvrira un vaste hall comportant deux machines à coudre. Il faut préciser que ce sont des machines grosses comme des voitures. Elles sont intactes, même le fil y est encore tendu. D'ailleurs, il n'y a quasiment pas une seule vitre cassée. Plus loin, ce sera découverte sur découverte. Grands tas de bobines de fil, sapin de noël, tas de collants, tas de dentelles, tas d'échantillons de chaussettes, une montagne de bordel. On passerait sans peine des heures et des heures à fouiller là-dedans.

Dans un second vaste hall, on trouve un métier à tisser tellement neuf qu'on se demande s'il va se mettre en marche lorsque j'appuie sur on. Les Astres s'amusent à faire une sculpture de bobines et de dentelle tandis qu'avec Michaël, nous ne cessons de faire les pitres. Par la suite, Les Astres sèmeront à tous vents des jarretières, des soutiens-gorge et autres dentelles fines qui plairaient beaucoup à François. Hall après hall, on trouve des machines de teinture, des ateliers de réparation, des hall de stockage, des magasins d'usine, etc...

Le choc, c'est l'administratif. C'est situé complètement devant l'usine et donc à deux pas de là où était le gardien deux semaines auparavant. Lorsque je vois le bureau du chef, j'ai un choc. Ouargh, on est rentré dans un truc en activité là... Un pont au dessus de la route relie les deux lieux ensemble. Dans le bureau du chef, il y a encore tout. Dans la salle de réunion, pimpante, il y a la carafe en étain et la bouteille de genièvre, encore à moitié pleine. Certaines tasses ont encore du café. Un mail imprimé nous informe que la curatelle aurait agi jusqu'en mai 2002. Ensuite, gardiennage, et puis nous voilà aujourd'hui.

Le site est livré à lui-même. Un ferrailleur est en train de démonter les huit ascenseurs. On ne l'a pas vu et je n'ai pas vu de traces de son travail. Malgré tout, la découverte de ce site par les pilleurs et les ferrailleurs viendra sans trop tarder, bien malheureusement. J'espère que tous les passionnés pourront visiter avant que ce soit massacré...


Bienvenue dans le Monde Perdu de la chaussette.


A l'ancienne entrée officielle de l'usine, on trouve un grand panneau vitré où trônent ad vitam eternam de vieilles chaussettes épinglées, pendouillant tristement dans une ambiance moisie.


Ici, à la bonnetterie, on fabriquait des chaussettes et des collants.


A droite à gauche de manière éparse, on trouve des vestiges de chaussettes originales. Spécificité : il est pratiquement impossible de mettre la main sur une paire...


Dans les bureaux, des publicités omniprésentes.


Certaines y auraient même perdu une jambe...


Les modèles, les plaques d'essais et de mesures trainent un peu partout dans l'usine.


Vélo à quatre, ça vous tente ?!


Pas une seule chaussette identique, de celle pour enfant à la dentelle ourlée, de celle pour vieux à la vieille chaussette pro-américaine, il y en a pour tous les goûts.


Il semblerait qu'il y ait aussi de la dentelle ;)


Oui, il y a effectivement de la dentelle, des montagnes de hauts de jarretières.


Il semblerait qu'il y ait aussi d'autres genres de dentelles !


Petites étiquettes de culottes.


Lieu paradisiaque, surtout pour François, qui serait aux anges dans un tel environnement :p

SUITE >