Tchorski
Tchorski
La carrière de Courville

 

Il s'agit d'une carrière souterraine à Courville, dans la Marne. C'est une petite commune située au sud de Fismes. Dans le bois de la Barbotte sont indiquées deux carrières souterraines. Il y avait auparavant deux entrées distinctes. Lors de notre passage en 2005, une entrée était encore valable (entrée sud) tandis que l'entrée nord était effondrée et remblayée. La mairie a décidé de faire provoquer un éboulement de l'entrée sud, afin d'éradiquer la fréquentation de ce site souterrain, jugé dangereux. Cette carrière est quelquefois appelée la carrière de la Barbotte, ou la carrière de Bonne Maison.

C'est une carrière creusée en hagues et bourrages. On trouve de longues galeries assez basses, avec un ciel en très mauvais état quoique le sol soit propre, ce qui dénote une certaine incohérence. Les murs sont systématiquement bourrés, obturés par des murs en pierres sèches - le reste des vides étant consolidé par une armée entière de piliers à bras fissurés. On se croirait à Herblay, tant la similitude de la méthode de creusement est flagrante. A noter la présence d'un puits, obturé par quelques pierres sèches.

C'est une carrière qui demande une heure et demi de visite. Les ciels sont la plupart du temps fort peu rassurants. C'est fracturé de partout et certains aciers de consolidation sont bien tordus. Les ciels sont victimes de triangularisation. Cela signifie que de multiples fractures dessinent des triangles au ciel. Les pierres n'ont plus de cohérence entre elles, elles ne sont plus retenues que par le toit. Cette déstructuration du ciel peut entrainer la chute d'un ou plusieurs blocs, de poids compris entre 10 kilos à plusieurs tonnes. C'est dangereux pour le visiteur, non pas en risque d'effondrement généralisé, de fontis crevant la surface, mais dans le cadre de chutes de blocs épars.

Cette carrière est en réalité nettement plus connue par le nom de son produit : la pierre de Courville. Cette pierre a servi à bâtir de nombreux édifices. On y compte de manière certaine la cathédrale de Reims, la Place Royale de Reims, la porte des Tisserands. Cette pierre du lutécien est caractérisée comme prestigieuse, tout comme les autres sites d'extraction de la vallée de l'Ardre. Cette pierre est très dure, peu poreuse, fort blanche. En vieillissant, elle acquiert une patine de calcite ocre. Au vu du nombre de bâtiments évoqués dans le Rémois, il apparait comme assez évident que la pierre provenait de plusieurs sites d'extraction.

Les photographies ont servi à une exposition à la Bonne Maison, réalisée par l'association Courville Patrimoine.


Un endroit où les champs kilométriques sont seulement interrompus par les toits des granges.


Le vent se promène dans ces grands espaces vides.


La carrière que nous allons visiter est située là.


Ce sont de longues galeries dont les parois sont toutes consolidées.


Des piliers à bras soutiennent les voutes.


On voit encore les traces d'un ancien roulage de voie ferrée.


Certains secteurs sont en très très mauvais état.


Ici, ça ressemble franchement à Herblay.


Le puits, rempli de brume.


Une carrière surprenante, à l'aspect particulier.

ACCUEIL