Tchorski
Tchorski
La Boulonnerie Boël

Quelques mots à propos de cette usine abandonnée
Située à La Louvière, cette usine n'existe plus aujourd'hui. Inscrit à l'inventaire de la Spaque, cet atelier a été mis dans les priorités des démolitions, au même titre que la Saféa. Ils y ont signalé une pollution importante suite à des sondages réalisés par SGS des Isnes, bureau de géologie ; cette pollution n'est pas flagrante lors de la visite, en tout cas à première vue.

Il s'agissait d'une petite usine remarquablement préservée. Tout a été laissé sur place lors de la fermeture, semble-t'il en décembre 1994 - janvier 1995. Ce lieu a été épargné en grande partie des visiteurs, des ferrailleurs et des vandales. Pas un seul tag, très peu de vol d'outillages. Il est bien dommage que tout cela soit parti à la démolition - une fois de plus - mais des actions ont été entreprises afin de préserver certains matériels de grande valeur patrimoniale.

La famille Boël possédait un vaste panel d'usines : de la fabrique d'acier (encore en fonctionnement à Duferco La Louvière en face de la Saféa) jusqu'à la brasserie, aujourd'hui totalement reconvertie. La boulonnerie s'inscrivait dans cette démarche de concentration horizontale de l'industrie. On fabriquait en cet endroit de la boulonnerie sur mesure pour un vaste panel de clients, une diversité allant de l'Etat Belge à la Malaisie. On ne retrouve par contre aucune activité de visserie ou de pointerie.

L'usine est divisée en quatre parties distinctes :
-Une salle de chaudrons tournants, où l'on chauffait à blanc les pièces à forger.
-Une salle de presses à vis, où l'on forgeait les boulons et les écrous.
-Une salle de filetage, où l'on taillait les embouts de boulons ou les intérieurs d'écrous.
-Des lieux de manutention et d'entretien : stockage, administration, maintenance des machines.

Les trois quart des photos ont été faites par Les Astres.

Tchorski
Pour entrer dans les lieux, suivez le guide !

La salle des fileteuses

Tchorski
Cette usine est une jungle de machines. Voici les fileteuses, servant à faire les pas de vis des boulons.

Tchorski
Chaque machine est photographiée dans tous les sens un peu à outrance, mais il faut dire d'une part que ce matériel est rare car ancien et préservé, et d'autre part, nous sommes arrivés une semaine avant la démolition.
Nous avons préféré en faire trop que trop peu.

Tchorski

Tchorski
Chaque machine, abandonnée depuis 10 ans, fonctionne encore à merveille.
C'est dire la qualité du matériel qui était présent à cet endroit.
Il y a peu de manivelles gripées, ça tourne, ça bouge, ça fonctionne.

Tchorski
Le roulage des filets est l'une des étapes les plus délicates et fondamentales du process de boulonnerie.
Cela doit être fait avec grande précision, sinon on obtient du grippage ou de la corrosion. Les machines à rouler sont les outils qui doivent être à la pointe du progrès. Bien évidemment sur ces photos, il s'agit de matériel ancien, ne représentant pas la technique actuelle de boulonnerie où tout est automatique et contrôlé au laser.

Tchorski

Tchorski
Toute cette jungle de machines était reliée à des arbres de transmission. A chaque fois, des courroies un peu entremêlées témoignent de l'enchevêtrement et la complexité du fonctionnement.

Tchorski
Certains arbres traversant toute la pièce comportaient jusqu'à 33 roues à rayons.

Tchorski

Tchorski

Tchorski

Tchorski

Tchorski
Les roues situées aux extrémités - les plus grandes - étaient reliées à un moteur.
Pas de machines à vapeur, tout fonctionnait à l'électricité.
On trouve beaucoup de moteurs et une belle salle électrique.

Tchorski
Dans les bacs de certaines machines, la rouille a formé des bains sympathiques et colorés.

Tchorski

Tchorski

Tchorski
Si l'on retrouve peu de vestiges de la production, le tout ayant dû partir à bon prix vers les derniers clients, il reste à quelques endroits de petits amoncellements d'écrous usés par le temps.

SUITE >