Tchorski
Tchorski
Carrière Sainte Anne

Commune : Dinant, entité d'Yvoir
Minerai : Marbre Noir
Accès : Libre

En partant de Dinant et en allant vers Yvoir, à droite,il y a un petit chemin qui part en grimpant le talus. Un panneau indique "Minière". Cette carrière souterraine est située dans l'enceinte d'une carrière à ciel ouvert relativement vaste. Ce lieu est massacré par un club de ball-trap. La pollution visuelle est atroce. Les deux entrées en forme de yeux de chats sont visibles de loin. Cette exploitation souterraine n'est pas très intéressante.

C'est une vaste chambre à peu près carrée, de 50 mètres de côté. On y trouve 12 piliers massifs. Cela suffit à tenir le volume, cette carrière est en bon état. Les parois sont lisses, comme découpées à la haveuse. L'exploitation suit un pendage de 35 degrés, le fond est rempli d'eau. Il semblerait que l'exploitation ne se poursuive pas sous l'eau, il n'y a pas trop de doutes à ce sujet. Il n'y a pas de renseignements historiques sur ce souterrain. Au niveau géologique, on remarquera que ce marbre noir est similaire à celui de la carrière des Grands Malades à Namur.


Le lieu est utilisé pour du ball-trap. C'est une catastrophe pour l'environnement.


Le site suit un pendage important. Ici, c'est une vue en plongée.



C'est une carrière de marbre noir, comme à Mazy, pas bien grande mais esthétique.


AUTRES SITES SOUTERRAINS

Carrière souterraine de Rhisnes
Le long de la voie ferrée, il y a une vaste carrière à ciel ouvert, très visible. Il en part une galerie mais celle-ci est entièrement sous eau.

Carrière de Longuene
Commune de Aywaille. C'est une vaste galerie qui est noyée. Elle sert régulièrement d'entraînement aux spéléo-plongeurs.

Carrière de Warnant
Cette carrière est complètement noyée.

Carrière Saint-Laurent
Commune de Evrehailles. Cette carrière est entièrement noyée et dangereuse.

Carrière de Bouvignes
Introuvable sur le terrain.

Carrière de Sainte-Aldegonde
Commune de Balâtre. Il semblerait qu'il n'y ait jamais eu de carrière souterraine.

Carrière de Ligny
Le site des carrières à ciel ouvert est entièrement noyé. On ne sait pas ce qu'il y a en dessous.

Carrière de Gèmechène
Commune de Dinant. Ancienne exploitation de marbre noir, abandonnée vers 1930. Aujourd'hui, cette carrière est inaccessible, l'entrée est nivelée.

Carrière d'Angre
Aucune trace de carrière souterraine.

Carrières de grès ferrugineux de Wavre
Aucune trace de carrière souterraine.

Carrière du Romont
Commune d'Eben-Emaël. Cette magnifique et riche carrière n'existe plus, alle a été grignotée par une carrière à ciel ouvert.

Carrière d'Eben-Ezer
Commune d'Eben-Emaël. Elle était gérée comme musée. Aucun renseignement à ce jour. Probablement fermée et sous le statut de propriété privée.

La Well Fra Haus
Commune de Bonnert. N'est pas considérée comme carrière souterraine.

Carrière de la Porte de Hal
Commune de Bruxelles. Pourtant largement présentes dans les sources bibliographiques, il semblerait que ces carrières souterraines n'existent plus.

Carrières de l'ULB Solbosch
Commune de Ixelles. Il est mentionné une carrière souterraine sous l'ULB. Il est fort probable que tous les accès ont été détruits et les carrières plongées dans l'oubli.

Carrière de la Place Jambline de Meux
Commune d'Etterbeek. Il semblerait que ces vides de carrières aient été rongés par la construction d'un tunnel routier.
Il est également cité de manière extrêmement vague des carrières souterraines à Schaerbeek, à Boitsfort, à saint-Gilles et Auderghem. Je n'en ai jamais trouvé la moindre trace bibliographique, mis à part une carte de situation à laquelle on ne sait dire s'il s'agit de faits précis ou de rêveries.

Carrière du Bois de Lamsoul
Commune de Jemelle. C'est une carrière de grès dont le développement approche les 400 mètres et possédant 5 entrées. Les galeries sont larges et hautes de 10 mètres, aucun reste de matériel.


Carrière de Noire Terre
Commune de Bioul. Carrière de grès. Située dans une zone de haldes très visible, cette exploitation a un développement approximatif de 250 mètres. On y trouve deux descenderies très inclinées, équipées d'échelles. Les galeries ont une section de 10 mètres sur 10. On y trouve un pompage de la SNDE, de nombreux tuyaux parcourent le souterrain. Le site est entièrement cloturé et fermé par des grilles.


Carrières de Saint Martin Villeret
Commune : Saint-Martin (Jemeppe)
Minerai : Non identifié
Accès : Impossible (noyé et pompage)

Ce sont quatre très vastes carrières, entièrement noyées et sources d'un pompage d'eau potable. Elles sont vidées de temps à autre pour inspection, très rarement.


Carrière du Heyoul
Commune : Eben-Emaël
Minerai : tuffeau et silex
Accès : non déterminé

C'est une grande carrière de tuffeau possédant 5 entrées le long du Geer. Exploitée jusqu'en 1981, elle aurait servi de champignonnière et il resterait encore beaucoup de matériel. Son développement approche les deux kilomètres. Une visite sera nécessaire pour confirmer et détailler.


Carrière de Wonck

Il y a six carrières sur la commune de Wonck. Ce sont toutes d'anciens réseaux d'exploitation de tuffeau et de silex, conservés en bon état et servant de stockage pour le matériel agricole.

Wonck 1 - Exploitation située dans un champ et servant massivement de garage pour les charettes agricoles et même un tracteur. Le réseau a un aspect franchement ancien et fait penser aux jolies carrières de la Touraine. Une partie du réseau est fermée avec une porte en tôle ondulée. Il n'y a rien de particulier derrière. Dans certaines parties du réseau, on trouvera des auges en ciment pour les ovins.

Wonck 2 - Réseau plus petit, pas encore visité à ce jour.

Wonck 3, Wonck 4 et Wonck 5 - C'est un vaste réseau coupé en deux par la route Wonck-Zichen. Les entrées sont très soigneusement obturées avec de tôles ondulées. Il semblerait que ce soit là deux champignonnières en activité.
La carrière Wonck 5 est très vaste et il semblerait que le lieu serve de restaurant une fois par an.

Les baumes de Vivegnis
Commune de Liège, quartier Vivegnis.
Ce sont d'anciennes carrières de grès houiller, dont le creusement remonte au moyen-âge. Il est probable qu'à ce jour, il n'en reste rien sinon quelques amorces de galeries inintéressantes.

Baume Vivegnis 1 (non visité). Michel Caubergs décrit une exploitationse ramifiant en 3 galeries, longue de 130 mètres et dont la hauteur dépasse rarement le mètre. Les couloirs sont très ébouleux. Les boisages en bois sont dans un état désastreux.

Baume Vivegnis 2 (non visité). Développement 8 mètres, sans intérêt.

Baume Vivegnis 3 (non visité). Développement 10 mètres, une petite salle.


Les Baumes de Herstal

Baume Baré (non visité)
Commune de Vottem. Chez Monsieur Baré, Rue Joseph Truffaut 53, 4410 Vottem. Exploitation longue de 80 mètres pour 2 mètres de hauteur. Quelques chambres. Ce site est en très mauvais état et possède une teneur élevée en CO2.

Baume Locigno (non visité)
Commune de Herstal. Chez Monsieur Locigno, Rue du Bois l'Evèque 46, 4400 Herstal.
Couloir oblique se subdivisant en 3 galeries. Longueur 50 mètres. Etat dégradé et noyage dans la galerie la plus à droite.

Baume Bois l'Eveque 6 (non visité)
Commune de Herstal. Au numéro 6 de la rue du Bois l'Eveque. Couloir de 12 mètres se terminant sur un front de taille.


Carrières du Fond de Leffe

Commune de Dinant. Carrière de grès.
Fond 1 - Galerie de 18 mètres, haute de 4 mètres se terminant sur un front de taille et sur le côté, un éboulis. L'entrée est un effondrement.
Fond 2 - Galerie de 70 mètres, mais pratiquement introuvable dans les bois au milieu des propriétés. Hauteur 10 mètres, largeur 5 mètres. Rien de particulier à voir.


Carrière de Lives
Commune de Lives sur Meuse. Carrière de grès. Galerie sinueuse de 70 mètres de long, se terminant sur un noyage. Cette carrière est très probablement détruite à ce jour par la carrière à ciel ouvert.


Carrière de Thon
Commune de Thon. Carrière de grès. Une salle unique de 10 mètres de long.


Carrière de Anhée

Commune de Anhée. Galerie longue de 50 mètres, haute de 30 mètres. La galerie suit un pendage de 55 degrés. Le fond est noyé. L'accès à cette galerie est très probablement effondré.


Carrière de Salet
Commune de Anhée. Deux galeries (15 et 10 mètres), sans grand intérêt.

Carrière de Biesmerée
Commune de Biesmerée. Carrière comportant deux descenderies se rejoignat sous terre. Galerie bizarre ne comportant pas d'intérêt particulier.


Carrière de Orp Jauche

A droite de la Villa Rose, immense manoir dominant le village de Orp le Petit, près du stade de foot. Les galeries sont hautes et larges, en mauvais état près de l'entrée. Cette entrée est obturée pour la protection des chauves-souris, ce qui rend la visite bien évidemment et comme d'habitude impossible, même avec des demandes. Le développement approche le kilomètre. Il s'agirait d'une ancienne exploitation de phosphates, ensuite reconvertie en champignonnière. Il n'y a pas de documentation historique sur ce site, sauf erreur de ma part.


Carrière de Bassenge
Au flanc d'un chemin creux, 4 entrées. Creusées dans le tuffeau et exploitations de silex comme toutes les autres carrières de la région, il s'agirait ici d'un souterrain-refuge en plusieurs parties. Le creusement est ancien et les aménagements nombreux. Le développement total de toutes ces exploitations approche 150 mètres.

Carrière de Wansin
Commune de Wansin, près de Hannut. C'est une carrière de phosphates située dans une propriété privée. On y cessa l'extraction en 1951, elle servit ensuite de champignonnière.


Carrières de Grez Doiceau

Commune : Grez-Doiceau, lieu dit Biez-Cocrou
Minerai : Phosphates
Accès : Interdit.

C'est une vaste carrière de phosphates, ressemblant parait-il à l'aspect de La Malogne. Etant donné qu'il y a un pompage dans cette carrière, personne n'a réussi à y faire de reportage pour l'instant. On y accède par un puits de 40 mètres situé dans une propriété privée. L'accès n'est pas possible sans autorisation de la Compagnie des Eaux.
Le souterrain aurait été exploité pour les champignons jusqu'en 1950. A ce jour, il ne reste plus aucun cavage.

Carrière Mergelgroeven
C'est une vaste exploitation s'ouvrant tout le long du Canal Albert. De manière tout à fait étonnante, le réseau ne va jamais en profondeur. Il suit la route et ne s'enfonce jamais plus de 50 mètres sous terre. On y a exploité un tuffeau extrêmement sableux ayant servi à la confection de ciments. La technique de creusement est très particulière. Il semblerait que des plaques équipées de multiples perforateurs venait labourer le matériau, dans le but d'en sortir des blocs plus ou moins informes, voire même du sable.
Il ne reste aucun vestige matériel. Sur chaque entrée, il est indiqué qu'il est interdit de rentrer dans ce réseau.


Exploitations néolithiques de Spienne
On est pratiquement plus dans le domaine des exploitations industrielles. Cité juste pour mémoire. Sur la commune de Spienne, il s'agit de très nombreuses exploitations de Silex creusées un peu n'importe où sous les champs, remontant au néolithique, comme le titre l'indique. La visite n'est pas possible, le site est réservé aux études archéologiques.

HOME