Tchorski
Tchorski
Les galeries de Marche-Les-Dames


L'abbaye du Vivier

Cette page concerne les galeries présentes aux alentours de l'abbaye de Marche-Les-Dames, dite abbaye du Vivier. Cela remplace un documentaire médiocre de 2004. Il s'agit des pages 50 à 56 du Caubergs. J'utilise la même numérotation que lui afin de faciliter la lecture.

0.1) Hors Caubergs. Galerie hydraulique. 50.481872, 4.960976. Existe. Dans le site des commandos de l'armée. Château extraordinairement splendide.
0.2) Hors Caubergs. Galerie hydraulique. 50.484284, 4.959777. Existe visiblement, mais inaccessible à cause des casques à pointe.
0.3) Hors Caubergs. Galerie hydraulique. 50.487616, 4.958086. Existe. Galerie basse de 103 mètres de long, qui débouche dans le jardin de l'abbaye en contrebas du cimetière.

1) Galerie de Bayet. Mine. Au fond d'une impasse avec chien. 50.488404, 4.965591. Existe. Une quantité de branchages sont bennés sur l'élargissement où se trouve l'entrée. Elle est remblayée sévère. Cette cavité est réputée comme étant une ancienne mine de fer. C'était une galerie de 200 mètres de long débouchant sur un effondrement. Elle aurait été ouverte en 1856 par la Société de l'Espérance. Elle aurait servi de refuge durant la guerre 14-18.

2) Galerie du Chianti. Mine. Caubergs la place mal sur son croquis, qui est trop approximatif. 50.487813, 4.958973. Présence de 6 grosses dolines, dont deux ont une amorce d'entrée. Tout est effondré et remblayé et ... aucun espoir ne subsiste. Mine située dans la pente le long de la route, au niveau du mur de l'Abbaye Notre Dame du Vivier. Au vu des tas de schistes déversés sur les pentes, j'y verrais bien des mines de lignite tout à fait artisanales.

3) Galerie hydraulique dite de l'abbaye. Longue galerie, 790 mètres d'après Caubergs, 540 m d'après moi. Présence de trois puisards d'après Caubergs, deux d'après moi. Soyons simple, on connaît la précision de Caubergs, ainsi il est à déduire qu'une section a été démolie. Le plan qu'il en établit à l'époque corrobore totalement cette hypothèse. La visite de la galerie est épique. Il y a 20 centimètres d'eau, 40 centimètres d'eau… et… et… et... Bon bah ça baque ! La galerie n'a pas le moindre soupçon d'intérêt, si ce n'est la présence de deux salamandres, de très nombreux tritons et… et… et... merde, une boue extrêmement amoureuse qui s'agrippe sauvagement aux bottes. Cette galerie n'a rien de minier. Il s'agit probablement d'une dérivation d'un ruisseau, qui rendait le site de l'abbaye marécageux. Nous n'imaginons pas d'autre fonction à un ouvrage à ce point sans intérêt.

4) Galerie hydraulique dite du Vivier. 50.493334, 4.954453. Petit tunnel de 17 mètres. Ouvrage d'art sans intérêt, localisé au niveau de la chute du trop plein de l'étang. La galerie est très fortement encombrée de boue et d'eau.


Une des entrées. Comme on le voit, c'est peu confortable.


La galerie de l'abbaye est très monotone.


Les seules variations sont les légères courbes !


Soudainement apparaît l'éclairage. Mais pourquoi ? Quel mystère.


Des câbles passent dans une cheminée.


Et c'est reparti pour l'infini morne.


Une habitante du lieu.


Le second puits est très joli avec la végétation.


Il y avait des dizaines de tritons dans la boue. Il fallait avancer avec précautions.


Doline de la mine du Chianti.


Il ne reste plus rien de visitable, comme en 2004.


Six entrées existaient.


La mine de Bayet Wartet. Il n'en reste plus rien.

ACCUEIL