Tchorski
Tchorski
Les papeteries de Genval

Auguste Lannoye est né en 1874. Il fut le fondateur et directeur des papeteries de Genval. Il débute aux papeteries Bernard en France puis aux papeteries Saint Servais. Il continuera son parcours au grand site de Mont-Saint Guibert, devenu aujourd'hui le siège de Bachy Belgique, puis aux papeteries de La Hulpe, devenues propriété de Swift. Ce n'est qu'après cela qu'il s'installe définitivement comme directeur des papeteries de Genval.

Aujourd'hui, les vestiges des papeteries sont lourdement reconvertis. Les bâtiments sont devenus des centres commerciaux de proximité, les corons sont massivement transformés, certains bâtiments ont disparu. Une friche qui renaît de ses cendres. Les photos ne présentent pratiquement pas de bâtiments reconvertis, cela va de soi que les vestiges de la papeterie sont méconnaissables.

La société est crée en 1920 et les bâtiments s'étalent très vite. La proximité de la gare et de la Lasne en font un lieu à peu près idéal. Lannoye créera un produit de renommée mondiale : le balatum. C'est un revêtement de sol établi à base de pâtes cartonneuses, un prix de revient très peu élevé et une solidité à toute épreuve. Ce revêtement aura ses heures de gloire, surtout entre 1950 et 1970. Il créera aussi le papier d'emballage kraft. Ce papier marron au prix dérisoire convient à toutes sortes d'emballages, surtout grâce à sa solidité.

Les papeteries s'étendent jusqu'en 1950. Il y avait près de la gare de Genval un bâtiment élevé appelé Tour à Charbon. Celle-ci servait à l'alimentation en charbon des locomotives vapeur dédiées au transport des produits de la papeteries. Aujourd'hui, cette tour est démolie. Juste à côté des bâtiments du personnel (près de l'actuelle gendarmerie), une tour élevée couverte de tuiles en ardoises. C'est la tour du tir à l'arc. On y pratique le tir vertical et le tir à la perche. On appréciera les jolis corons de la Place Lannoye, surtout dans la Rue de Rixensart des numéros 7 à 30, puis la rue longeant la tour du tir à l'arc. La place montre d'ailleurs un joli buste en bronze d'Auguste Lannoye.

Vers la gare, l'église de Maubroux (Eglise Saint-Pierre) a été aussi construite par les papeteries. C'est pour cette raison qu'on y retrouve une architecture industrielle : les montants de l'église sont en béton. Le clocher ne manque pas de rappeler un chevalement minier. Il ne manque plus que les molettes !

En 1936, un incendie ravageur détruit une partie de l'usine. Malgré tout, les fonds permettent une reprise et même un développement. Auguste Lannoye meurt en 1938. Le développement continue jusqu'en 1950, où 2500 employés travaillent quotidiennement à la fabrication du balatum. Le déclin survient par manque de modernisation de l'usine. Le manque de volonté manifeste fait tomber l'usine en 1980.

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI

TCHORSKI
Ancien poste électrique de la papeterie, aujourd'hui reconverti pour la desserte du quartier.

TCHORSKI
Les logements ouvriers, qui ont subi une réhabilitation.

TCHORSKI
Autre type de réhabilitation, rue de Rixensart.

TCHORSKI
Sur la place, le buste d'Auguste Lannoye.

TCHORSKI
Un reste des bâtiments administratifs, aujourd'hui reconverti en logement.

TCHORSKI
La tour du tir à l'arc.

TCHORSKI

TCHORSKI
L'église Saint Pierre de Maubroux.

TCHORSKI

ACCUEIL