Tchorski
Tchorski
La mine des Souris

Cette page contient des photographies de deux carrières souterraines situées dans le bassin de tuffeau de Maastricht. Ces sites sont éloignés l’un de l’autre, mais ont la particularité de posséder un point commun : ça fait un an que la visite devait être faite. Comme quoi tout arrive à qui sait attendre. Ces sites souterrains sont à franchement parler secondaires. Toutefois il est agréable de progresser vers une belle documentation du secteur, non pas une exhaustivité car c’est impossible, mais au moins une recherche sérieuse et méthodique.

La première carrière est appelée celle des souris. Il n’est pas besoin de faire un dessin pour expliquer le pourquoi de la chose ! A signaler d’ailleurs plusieurs chats sur le chemin d’accès, dont un qui était incroyablement miaulant ! Ce souterrain, on y accède par un secteur remarquablement dégradé. Ces longs couloirs chaotiques sont à la fois labyrinthiques et dangereux. Les voutes sont à tel point tombées que sur plusieurs centaines de mètres, plus rien des galeries initiales n’existe. Ce n’est à vrai dire plus que du ciel tombé.

Derrière c’est un piliers tournés assez conventionnel pour le secteur, d’une étendue géographique plutôt restreinte. L’intérêt majeur du site, c’est en réalité le squat, repérable de loin grâce à son odeur de ganja ! Ce squat est de loin le plus beau de toute la région. Il vaut le détour. C’est pourquoi je m’y attarde en photos, le reste de l’exploitation étant somme toute récente et sans histoire particulière.

La seconde carrière s’appelle la chambre des fous. Là-encore, point besoin de s’étendre sur la raison de cette toponymie : ça a été exploité comme un grand n’importe quoi. Le réseau, peu étendu, est exploité de manière totalement anarchique, sans maître à penser ; mais qu’ont-ils voulu ? Les stériles sont amoncelés ça et là en tas de gravats. Ca rend parfois la marche malaisée. Heureusement qu’il existe quelques dessins à la sanguine, car sinon les lieux seraient dénués d’intérêt.

Deux exploitations de plus sur les quelques 300 que comporte le bassin de Maastricht, soit, c’est peu, j’en conviens. Petit à petit l’oiseau fait son nid. Je vous invite dès lors à une petite promenade sympathique et sans prétention.

La mine des souris


Le secteur régulier. Je vous épargne le chaos près de l'entrée.


Une ancienne entrée, à ce jour comblée par des stériles.


Joseph Kolen, 1882.


Un secteur un peu courtaud et malaisé se situe sur deux niveaux.


Sinon l'exploitation est tout ce qu'il y a de plus maastrichtien, pour autant que ça se dise.


Bref mettons les voiles sur un tout autre style.

La chambre des fous


Dans la forêt s'ouvre une carrière répertoriée sur aucune carte.


Dedans c'est un bazar mes gens !


Un beau dessin à la sanguine.


De partout, des gravas sont amoncelés sans soin.


Il est difficile d'en tirer une quelconque esthétique.


Très en hauteur, un second dessin ancien.


Mais... nous aussi ! :-D


Le réseau, peu étendu, est très anarchique.


Heureusement que ce n'est pas développé, on aurait vite fait de se perdre.


Près de la surface, les pipes karstiques se déversent.


L'allée principale.


Au revoir et à bientôt !

ACCUEIL