Tchorski
Tchorski
Les creutes F (1/2)

Cette page comporte des photos d'un petit séjour au coeur des creutes de l'Aisne. La lettre F ne correspond à rien, si ce n'est un ordonnancement des sites étudiés. Les localisations ne sont pas données afin de protéger le patrimoine, lequel est déjà fort malmené par les dépôts de déchets et les graffitis à la peinture sur les bas-reliefs.

La creute F186

C'est une assez vaste carrière dont une promenade agréable et pas forcément exhaustive demande deux heures avec photos. Non loin du cavage se trouve un mur possédant de beaux bas-reliefs sculptés, d'inspiration plus ou moins biblique. C'est une chapelle souterraine joliment préservée. Plus loin dans la carrière, on croise un certain nombre d'inscriptions intéressantes, dont un témoignage assez abondant de patronymes américains, avec quelquefois la présence de gravures sommaires qui accompagnent.

Le reste du site est globalement vide mais en rien désagréable : ce n'est ni sale ni tagué à outrance. On retrouve des mentions de l'AEF (American Expeditionary Force).

La creute F188 - Presles et Boves

Il n'est pas pris de précaution quant à la localisation car le lieu est déjà massacré. Les photos ont fait l'objet de restauration numérique. Non loin de la chapelle Notre-Dame des Boves, dans la forêt, petit but de promenade pour les randonneurs, il s'agit d'une tripotée d'entrées à flanc de coteau. Les entrées sont globalement jointives, même s'il se trouve ça et là des tarns qui ne communiquent pas. Tout ce qui est proche des entrées est globalement tagué et victime de déchets.

Lorsqu'on s'enfonce dans l'ex-champignonnière, c'est plutôt vaste, on dirait plus ou moins une heure pour en faire le tour. De nombreux graffitis à la flamme témoignent de champignonnistes peu heureux de leurs conditions de travail. Aux abords des entrées se trouvent quelques bas-reliefs, dont surtout un profil de vieil homme barbu, joli à voir. Presque toutes les entrées sont colonisées par des abeilles (maçonnes ?) qui volent bruyamment et sont perturbées par nos lumières.

SUITE >