Sonorités de Charleroi - Paysage sonore

Paysage sonore de la ville de Charleroi, Belgique.

Il y a quelques mois démarrait un projet consistant à dresser un paysage sonore d'une heure pour chaque ville de Belgique de plus de 65.000 habitants. Le travail est pour le moins faramineux. A ce jour déjà 9 villes sont parcourues, sur les 18 répertoriées. Si certaines ont réservé de franches bonnes surprises comme j'ai déjà pu l'évoquer (Malines, Anvers), une autre une assez mauvaise impression (Namur), il se posait franchement la question de savoir comment j'allais traiter Charleroi et La Louvière, peut-être cette dernière plus que tout, mais soit, ce n'est pas encore abordé.

S'il y a bien une chose à laquelle je me refuse, c'est de venir dans la ville à un moment spécifique de l'année : les fêtes de Wallonie, le doudou de Mons, les gilles de Binche. Ou alors oui, mais seulement complémentairement. Le paysage sonore retraduit la ville comme elle est, dans sa vie quotidienne. Si c'est exubérant de vie, c'est exubérant de vie, si c'est morne, c'est morne. C'est dès lors dans cet état d'esprit que je me suis pointé à Charleroi à quatre reprises, pour ce paysage sonore qui a été jusqu'à présent le plus difficile à réaliser toutes catégories confondues.

- Rue Turenne (dont photo d'illustration), un gars me demande si je veux quelque chose. Je réponds non. Il agrippe mon sac à dos. Comme ma veste est assez dégradée, elle s'ouvre à la limite de se déchirer. Dis, tu veux quelque chose ? Il doit avoir 16 ans, il n'a jamais vu une douche de sa vie, il est accompagné de castards à l'air louche. Un samedi à 13 heures, il m'est ouvertement proposé de l'héroïne. A peine je quitte cette scène, une horde de jeunes viens vers moi en faisant pssst pssst. D'autres dealers. Entre les poubelles, je me fais la malle à toute vitesse.
- A la gare de Charleroi-Sud, une discussion de clochards : je suis quelqu'un de très calme mais je suis très violent.
- A la rue Neuve (ou l'avenue de Waterloo, je ne m'en souviens plus). Au milieu de snacks tous halal et/ou magasins de contrefaçons, une discussion animée a lieu : tout le monde sait que c'est moi qui l'a tué (sic), je lui ai fait péter une bouteille d'axe à la gueule pendant qu'il dormait.

Plus loin à Roux, mais d'autres secteurs sont concernés, au milieu des sacs poubelles incendiés, aux murs d'immenses tags : DYLAN DILEURE BALANCE.

D'habitude je me pointe toujours les matins très tôt à Charloose ; jamais l'après-midi et encore moins le soir. Il faut dire qu'en vue d'un paysage sonore, ce n'est pas possible. Je savais le centre-ville assez dangereux et notamment le cas de la ville-haute préoccupant. Voilà ce que donne l'accumulation de 40 ans de fauxcialisme. Charleroi est dévastée et peine à renaître de son chaos. J'aurais franchement apprécié de sortir du stéréotype de Charleking-Ville-De-Merde. Que l'on m'en excuse (ou pas), ça n'a pas été possible. Le paysage sonore est érigé en vue de l'exhaustivité, il n'y a guère d'autre attractivité. Il peut être en quelque sorte critique de décrire Charleroi par une photo de la rue Turenne. J'assume. Mon travail est apolitique, descriptif et artistique. Quelque part quand on vit des choses comme ce fut, il faut le dire.

Les titres sont les suivants :

0:00 - A la gare de Charleroi-Sud, une discussion banale entre drogués a lieu. L'un se vante de ce qu'il a pu voler en tel ou tel établissement, puis un conflit oppose deux protagonistes. Dans le hall de la gare défile une musique assourdissante aux relents angoissants. Au travers de files de gens faisant la manche, je me dirige vers le quai de la gare. Sous le brouhaha d'une autoroute perchée quasiment au-dessus des quais, un train démarre pour Namur.
14:34 - En bord de Sambre, l'usine Thy-Marcinelle décharge une péniche chargée de scrapes tandis qu'une grue manutentionne des bobines issues de la tréfilerie.
19:26 - Sur la Sambre et à une écluse, la péniche Red-Bull (IMO 226001090) passe lentement. Derrière, un bulldozer défonce lentement un tas de laitier, en vue de l'évacuer.
29:54 - A Roux, au sein de la vaste friche industrielle AGC, un rouge-queue témoigne son vif mécontentement que je sois sur son territoire. Au-dessus de cet environnement solitaire, un avion en provenance de Gosselies passe à basse altitude.
34:18 - Station de métro Waterloo, quasiment déserte, plusieurs trams passent à la suite soit en direction d'Anderlues ou de Charleroi-Sud. Le tournant sec de la voie provoque des grincements stridents.
40:30 - Place de la Digue, le Marché de Noël. Rue de Dampremy, au magasin Chrysalide, un papa-noël automatique salue les passants avec une musique sur-glauque et très angoissante. On se croirait dans un film d'horreur en présence de poupées tueuses !
51:10 - A la gare des tramways de Charleroi-Sud, passage de plusieurs véhicules. Attente au milieu des gens qui discutent tranquillement.
Durée totale : 59:26 mn.

Enregistré les 5 août, 11 août, 15 août et 15 décembre 2018.

ACCUEIL