Tchorski
Tchorski
Les ateliers centraux (1/6)


Les ateliers centraux en 2006.

Ce documentaire concerne deux établissements attenants qui furent visités à Seraing : les ateliers centraux et l'atelier loco d'Ougrée. Le premier bâtiment est situé à front de la rue Ferdinand Nicolay et le second rue Champs du Mont. Ces deux bâtiments ont subi une requalification urbaine, ce qui engendre que plus rien des photographies présentées, réalisées en octobre 2017, n'est comme tel à ce jour. Les bâtiments, prévus à la démolition, sont aujourd'hui rayés de la carte.

Les ateliers centraux

Il s'agit de l'administration centrale de toute la métallurgie du bassin Liégois. On retrouve donc en ce lieu une foule de bureaux administratifs, au moins un bureau d'étude, une salle de dessins de plans, le classique attirail de salles de réunions, quelques locaux techniques, deux très vastes halles industrielles. Emblématiques à Seraing du fait d'une position franchement centrale, ces locaux sont abandonnés de longue date et sont restés très longtemps inaccessibles.

La structure du site est difficile à lire au vu que ce sont des activités mixées : il y a aussi bien de l'administratif que de l'industriel, avec même la présence d'une imprimerie à destination interne des sites métallurgiques. De plus, les locaux étant vides et dégradés, ça n'aide pas à comprendre. Cela explique la structure succincte de ce documentaire.

En contrepartie le site est immense (4 hectares), complexe, et demande beaucoup d'attention afin de tout visiter. Les bâtiments initiaux ont été bâtis en 1920, sur le site d'une ancienne cokerie qui fut en l'occasion totalement rasée. L'affectataire du site a constamment changé les fonctions des locaux. Les lieux sont devenus peu à peu inusités au cours de l'année 2000 et ont été définitivement abandonnés en cours des quelques années suivantes. La dernière date que nous relevons est un adieu du personnel de la section XPT / DMR, en date du 19 janvier 2006. De cette section, nous ne comprenons même pas l'abbréviation, c'est dire si nous savons peu de cet établissement.

Voici la liste du personnel des ateliers centraux de Seraing en 2002. Il s'agit de 162 personnes.

ALDRIGO Eros, ARDU Mariano, ARGUELLES José, BALANT Philippe, BEAULEN Jean-Marie, BOLS Philippe, BORGNET Fernand, BOURCY Francis , BOUTET Dominique, BOUYSSOU Claude, BOVE Franco, BRONCKART Andre, BROUNS Alfred, BUTERA Diego, CACCIATO Sylvana , CALCAGNINI Sergio, CARUZZI Jean-Marc, CAVRENNE Freddy, CEUNEN Pierre, CILLIS Christophe, CLESSE Martine, CLOSSET Elisabeth, COLLIN Michel, COLLINET Jose, COMERON Francis, CONINX Serge, COUNE Bernard, CROUGHS Jean-Marie, DALEMANS Christian, DALL ZUFFO Daniel, DAUGE Daniel, DE CONCHY Philippe, DE FELICE Claudio, DEBIEVE Jean-Claude, DEFRERE Eddy, DEGEE Alain, DEHALU Philippe, DEJASSE Jean-Yves, DEL VALLE José, DELARGE Marc, DEMET Jean-Pierre, DETHIER Claude, DEVALERIOLA Thierry, D'HONDT Bernard, DI CROCE Elio, DI MARCO Giacomo, DIEU Michel, DOMANGE Gerard, DUBOIS Jean-Claude, DUPLOUY Alain, ETIENNE Henri, FANCHON Karl, FERNANDEZ Y LEAL Miguel, FLANDRE Christian, FOCANT Christian, FONTAINE Jean-Paul, FORQUET José, FRANCOIS Dominique, GALLER Jean, GARATE Manolo, GASTALDO Daniel, GATEZ Michel, GERARD Philippe, GERMAY Pierre, GHEERAERT Vincent, GHISLAIN Albert, GILLOT Christian, GLINEUR Florent, GUSTINE Jean, HALUSIAK Dany, HENNES Patrick, HENRICHS Philippe, HERMAN Jean-Pol, HONTIENS Jacqueline, JACOBS Ghislaine, JAMINET Christian, JONET Luc, JOWAT Jacqueline, JULIN Daniel, KEMPENAIRE Pierre, KESSELER Jean-Claude, KIEKEN Philippe, KLAIKENS Valérie, KNAPEN Nicolas, KNAPIC Valter, KNUBBEN Patricia, LACOSTE Alain, LAMBERT Eric, LAMBINON Daniel, LANDUYT Hubert, LAURENT Daniel, LAURENT Emmanuel, LEBLANC Philippe, LEIJNEN Alain, LEMAIRE Anne, LEMLIN Jean, LESCOT Jean-Michel, LIMET Christian, LOBET Marc, LORIANO Francis, LOWETTE Jean-Marie, MANZAN Luigino, MAQUET Dominique, MARNEFFE Didier, MENDES DUARTE Manuel, MESTDAGT Christophe, MICHEL Jean-Francois, MORGANTE Atillio, MOULIN Willy, MOUTON Raphael, MULLER Jean-Claude, NOEL Albert, NUCIFORO Domenico, ORTMANS Thierry, OSAER Marc, PAQUAY Philippe, PARTOENS Eric, PASLEAU Alain, PATERNOTTE Xavier, PELZER Francis, PIERART Jean, POISMANS Maurice, PONIEDZIALEK Jean, PROST Charles, PYRE John, QUOIDBACH Maurice, RENARD Paul, RENKIN Patrick, RENNOTTE Stany, ROBEERST Robert, ROTOLO Lucio, ROUFOSSE José, ROZENWALD David, SAENEN Francis, SCABAAB Philippe, SCHMITZ Alain, SERVAIS Danielle, SEVENANTS Daniel, SEVRIN Guy, SOLDATI Daniel, SORCE Carmelo, SPECIA Flavio, STIEVENART Claude, STIFKENS Jean-Luc, SUWAJ Wladyslaw, SWINE Jean-Jacques, TESTA Angelo, THEUNISSEN Alexandre, THIRION Eli, TILLIEUX Elie, TIXHON Claude, TOUSSAINT Bernard, URBAIN Yves, VAN DE PUT Alex, VAN HOOF Pierre, VANDER EECKEN Joelle, VERLY Nicole, VIOLLE Eric, WARNOTTE Paul, WILS José, WIONMONT Patrick, ZARATTIN Georges.

L'atelier loco d'Ougrée

Ce bâtiment assez simple est un atelier mécanique où furent opérés des travaux de maintenance sur du matériel lourd de roulage ferroviaire. Ces maintenances ont eu lieu exclusivement sur du matériel roulant lié aux divers établissements de la métallurgie dans la région Liégeoise. En vérité, une majorité des travaux ont concerné, de toute apparence, le site de Chertal.

Dès lors, le lieu est un vaste atelier où sont entreposés deux locomotives industrielle ainsi qu'une nombre important d'outils de maintenance. Au même titre que les ateliers centraux, le bâtiment a connu une foule d'affectations différentes selon les âges, l'atelier loco semble en être l'affectation majeure. Méconnus, nous ne trouvons aucune information complémentaire sur les lieux.

L'abandon du site pourrait dater de 2012, bien que cette donnée soit quelque peu floue. Citons simplement que c'est la date des derniers calendriers accrochés aux murs. Entre l'atelier loco et les ateliers centraux se trouve une ex-voie ferrée, traversant le site de part en part, où circulaient les poches de fonte.

Voici la liste du personnel de l'atelier loco d'Ougrée, sans date (liste de téléphones). Il s'agit de 37 personnes.

GIARRATANA Vincenzo, HANOSSET Olivier, VAN PUYVELDE P., CABALLERO TENO Antoine, DELHAYE Bernard, FOGAL ou FOGALL Jean-François, GOMEZ-MENDOZA Daniel, HELLA Yohann, HENNES Michael, MONTI NIA Bruno, PIRAUX Jean-Pierre, TURCO Tony, VIGLIOTTI Joseph, DENOO Léon, REYCKENS R., BAEKE, BOONS, DERMET, MAROY, BREDA, FORTHOMME, WOUTERS, WILLEMS, NOTARNICOLA, OTTE, HERNANDEZ, MARINO Giuseppe, AMRAOUI Mohamed, GHIELEN Charly, STREGNAERTS Alain, VITELLO A., PIRET Marc, MARINO Salvatore, GARBA Slim, RENIER Yves, DURUA Jean-Claude, COOKEN V.

Vous pouvez écouter les atelier centraux dans leurs ambiances sonores ci-dessous :

Marcher sur la peinture écaillée des vieux labos de métrologie.

 

Jouer avec les lavabos des bains-douches.

 

Nous allons à présent visiter ces deux lieux.

Les ateliers centraux


La promenade débute par ce splendide chemin bordé de buddléias. Si l'on se sent envahi d'une
douce torpeur en évoluant dans la jungle, il faut savoir avant tout qu'il s'agissait d'une voie ferrée
industrielle. Les poches d'acier passaient ici, transitant entre le haut-fourneau et l'aciérie.


Voici une plante que ne renierait pas Stuart Staples, en vue de la couverture d'un de ses albums.


Le début de notre visite se situe dans des locaux contenant des milliers de documents administratifs.


Malheureusement c'est beaucoup de comptabilité et peu de documentation intéressante.


C'est incroyablement bien rangé même s'il y a eu des effondrements.


Ca fait de sacrés volumes de papiers. Comme c'est moisi, l'odeur est un peu âcre.


L'effondrement à suivre est incroyablement proche, surtout ne touchons à rien.


Plus loin, c'est encore des fardes et des fardes, à en constituer une bibliothèque.


Là aussi c'est bien rangé, mais avec l'humidité, ça ploie sous le poids.


Les rayonnages sont nombreux et invariables.


A quand l'effondrement ?


Une autre pièce, attenante, ce sont des liasses et des liasses de compta pure.


Ca s'accumule comme de vieux parchemins.


C'est le musée de la comptabilité !


Encore du stockage, mais cette fois-ci plus intéressant, ce sont des armoires de plans.


Il y en a des centaines, ce sont de superbes calques et à chaque fois cela parle du bassin liégeois.


Mais au gré des vandalismes et de la démolition, c'est voué aux gémonies.


En tout cas on pourrait l'appeler la salle verte.


Il vaut mieux connaître un peu de chaque femme que tout d'une seule femme. Et en ce qui suit...

Je suis 18+

OUI ------- NON ------- J'ACCEPTE


Oui donc j'ai oublié de dire que mon site d'archéologie industrielle dérive quelque peu ;-)