Tchorski
Tchorski
Les creutes E (1/5)

Cette page comporte des photos d'un voyage au cœur des creutes de l'Aisne et de l'Oise. La lettre E ne correspond à rien, si ce n'est un ordonnancement des sites étudiés. Les localisations ne sont pas données afin de protéger le patrimoine, lequel est déjà parfois malmené par le brûlage de véhicules. De surcroît certains sites étant médiévaux, des dégradations volontaires seraient extrêmement dommageables.

Vous pouvez écouter un de ces sites souterrains ci-dessous :

Il s'agit d'un filet d'eau qui tombe depuis un puits. En bas est placé tout un fatras de bouteilles et d'objets métalliques, lesquels deviennent graduellement calcifiés.

La creute E144

Il s'agit d'une creute ancienne. Le réseau est très intéressant et fait certainement partie des plus belles carrières du coin (si ce n'est d'ailleurs la plus belle de toutes). Ce sont des galeries qui serpentent au milieu de hagues. La hauteur moyenne est de 1,40 mètres, bien que souvent réduite à 1,10 mètres. Il y a des piliers à bras partout. C'est remarquablement esthétique et purée ce que ça va loin sous les forêts ! La visite est bien entendu épuisante. Collection de courbatures disponible en preuve !


La galerie d'accès est une large voie, rectiligne, menant sous quelques habitations et les champs. On voit d'office que cette galerie a subi un remblaiement au sol avec des stériles, ce qui limite sa hauteur à 1,50m.


Les quartiers d'exploitation sont tous des galeries qui serpentent, en hagues et bourrages.


De nombreux piliers à bras soutiennent le ciel et au vu de l'âge très avancé de cette excavation, l'état de conservation est remarquablement bon.


Cette exploitation fut spécialement dédiée à la taille de pierres tombales.


Il s'agit d'un calcaire souvent coquillier. Cette pierre donne une apparence de grande dureté.


Les galeries ont toutes une hauteur faible, comprise entre 1m40 et 1m10. Autant dire que la visite
n'est pas de tout repos !


La totalité de cette exploitation a été travaillée à genoux. Imaginez le labeur des carriers...


Les paysages sont extrêmement semblables, en quelque sorte chambre après chambre.


Ca file sous le plateau sur une longueur interpellante. Mazette quel beau site d'exploitation.


La visite en est toutefois difficile et pour cette raison, ne fut pas complète.

La creute E145

Cette courte excavation est un site étonnant. Ce n'est pas une champignonnière vide, insipide et taguée, comme on le suspectait. C'est une médiévale, de hauteur raisonnable, en bon état de conservation. Trois galeries rayonnantes desservent quelques chantiers en hagues et bourrages. On s'y promène avec plaisir.


L'ancien portail de l'excavation, il est bien joli !


C'est une petite carrière creusée sur un développement en fin de compte assez faible.


En contrepartie les forêts de piliers à bras donnent un aspect avenant à cet endroit, qui plus est n'est pas rampatoire ! On ne s'en plaint pas !


Quelques secteurs restreints démontrent l'épreuve du temps, des fissures et des décollements sont observables. C'est le destin de chacun de ces lieux.


Au vu de cet aspect globalement ancien, mais malgré tout préservé, il est à penser que ce fut un site exploité de manière légèrement antérieur au début de la révolution industrielle.


A chaque galerie son petit charme bien particulier.


La galerie d'accès, qui dessert les quelques chantiers d'exploitation.

La creute E160

Cette exploitation forme un paysage semblable à la médiévale très basse E144, bien que moins jolie, mais restant malgré tout d'un esthétisme certain. Ce sont des galeries rectilignes, à hauteur raisonnable, s'enfonçant sous la forêt à faible profondeur. On y trouve une récurrence de fontis, dont un débouche au jour. Les autres sont percés de chatières ou sont fermés. Au fond, c'est un long réseau de galeries serpentant dans les hagues, étroites et basses. La hauteur avoisine 1m50. Il y a relativement peu de piliers à bras. Ça file à perpette les alouettes puis débouche sur une zone fontissée. La visite est un peu fatigante mais plutôt intéressante.


C'est un site assez étonnant car il fut manifestement vaste et donc dans un certain sens, un grand centre d'extraction de la pierre.


Cette carrière est localisée à proximité du centre du village et quelque part la plus proche, on en déduit ce qu'on veut et ce qui nous arrange, mais quoi qu'il en soit, la question se pose de savoir si ce fut le principal approvisionnement en pierre du hameau.


Comme on le voit, c'est un site qui est en certains passages dégradé. En cause la faible profondeur, d'où quand même pas mal de fontis.


Les galeries d'accès sont répétitives et mènent à chaque fois (sauf fontis) sur des chantiers assez bas.


Ces galeries sont toutes linéaires et forment un maillage rayonnant.


Le fond, ce sont donc les chantiers, qui une fois de plus ne manquent pas d'ampleur en ce qui concerne le linéaire ! Les piliers à bras sont moins nombreux ou pour ainsi dire absents, ce ne sont quasiment que des bourrages. Des vestiges de champis sont visibles.


Certaines fissurations au ciel sont extrêmement inquiétantes. Reste toutefois que ce site souterrain est en pleine forêt et pas accessible.


Depuis le jour, la forêt colore d'une ambiance verdoyante.


L'ancien portail, à ce jour pourrissant et presque effondré.

SUITE >