Tchorski
Tchorski
L'usine aux solvants

Cette courte page de documentaire concerne une société faillie qui fabriquait des résines et des solvants. Cet établissement était une filiale d’un grand groupe connu et reconnu dans le secteurs des peintures. J’ai pris le choix de ne pas écrire le nom de la société afin de ne pas nuire à leur image. Toutefois, les personnes citées dans la reconstruction des listes du personnel se reconnaitront. Cela ampute le travail de mémoire, mais de peu de choses.

L’aspect du site est très peu avenant, avec dans l’ensemble des bâtiments d’aspect années 70, sans le moindre charme ; à l’arrière, une grande quantité de grands halls totalement vides. Il n’y a aucun patrimoine architectural. Suite à l’action d’un curateur, tout le matériel technique a été extrait et revendu. Il s’agit donc d’un site tout particulièrement dénué de patrimoine. En novembre 2016, le site a été ravagé par une rave party, ce qui n'arrange en rien sa situation.

Cette implantation a été créée durant les années 1971-1972. L’établissement était spécialisé dans la fabrication de peintures, de vernis, et de résines industrielles. Il en ressort donc une activité dans le domaine de la chimie, avec la fabrication et l’enfutage de nombreux solvants. Il est possible de décrire l’usine selon trois pôles : une section administrative à front de rue, un laboratoire de recherche et développement, une usine de fabrication et d’enfutage comportant aussi un laboratoire.

Cette entreprise possédait un client principal, américain, cumulant 82% des ventes. Lorsque ce client s'est désisté, la société s'est retrouvée dans une situation de facto très difficile. La direction et le personnel se sont battus de toutes leurs forces afin de résister, mais le coup de massue est inévitablement tombé. Un certain nombre de calendriers sur place s’arrêtent en avril 2013. La faillite fut prononcée en juin 2013.

Lors de l’aveu de faillite, 85 personnes perdent l’emploi. Il s’agit de 33 employés et 52 ouvriers. Les recherches nous ont permis de reconstruire la liste de ce personnel. Cette liste comporte 129 personnes. Il est normal que travail de mémoire dépasse légèrement les 85 personnes licenciées en 2013. En effet la liste que nous établissons tient compte de recrues établies entre 2003, 2005, 2012 et 2013. Malheureusement pour un certain nombre de personnes, nous nous basons sur un organigramme ne précisant que l’initiale du prénom.

Le personnel de cette entreprise était : ALLARD Christophe, ALPENCOURT M., AMORE Daniel, AMORE Lorenzo, APERS Serge, APLENCOURT Michel, ASPERS S., BARBA Dominico, BEAUMEZ Alain, BEEDLE Pascal, BERNIER David, BERTHOLOME Vital, BERTI Pietro, BILOTTA Antonio, BOGNANNO Michele, BONGIOVANNI Andrea, BOTTIGLIERI Giuseppe, BOUCHRED Jamal, BUFFIN Claude, BUSIN David, CAGLAR Ozgur, CAMBIER Pauline, CANDELIER A., CANGELOSI Giuseppe, CATTIAUX F., CAU Gino, CERULLO C., CHIARENZA Mikael, CICCOTELLI Giuliano, CICCOTELLI Luciano, CLAUS L., COLANGELO Mario, COLDEBELLA Philippe, CUTELLI Antonino, DEGROOT Edmée, DELFOSSE Didier, DELHAYE Michel, DEMAN F., DEMARET Jean-Pierre, DEMATTIA Dino, DERO David, DERYCK D., DESSAINTE Nancy, DI BENNARDO Calogero, DI GIUSEPPE Franco, DUBOIS Philippe, DUEZ Emmanuel, DUMONT Arnaud, FIORE Giuseppe, FIVET Henri-Jean, FRANCAVILLA Gaetano, FRANCOIS David, FRERE J.L., FREREJEAN Sébastien, FUCHS S., GIANSANTE Franco, GILLARD M., GILLE S., GODART Ginette, GOIES J.-P., GOIGOUX A.S., GONDFROID D., GONZALEZ LOPEZ Luis Mariano, GRIN Edwin, GUEGANT M., HAFHOUF C., HALMANS F., HUART Didier, HUMENIUK David, HUYGHE Olivier, KHAZRI Mohamed, LA RUSSA Pierino, LAURENT Alain, LAVERGNE S., LECLOUX C., LELOUTRE J.L., LION Olivier, LOGEOT Fabrice, LOMASTRO Marlène, LOUCKX C., MAHIEU Nathalie, MARZILLI Davide, MASTROMATTEO David, MATHY-MARLIER Joël, MELLERE Sandro, MENEGON Pascal, MERCHEZ Y.M., MEUNIER P., MOINY Patrick, MOULEUR Serge, NAVEAU J., NAWESI-MUKIN P., NONNE Giovanni, OSNOWSKI Jean-Luc, ÖZÜDOGRU O., PARRINELLO Olivier, PAUWELS Pascal, PERRI Paolino, PETIT Jean-Sébastien, PEZZEI Giovanni, PIGEOLET Philippe, PINT André, PITON Jacques, PLEHIERS M., PORIGNAUX Laurent, QUERTINMONT John, RAVEZ Philippe, REINA Gaetano, RIGA Raphael, ROMANI Fabien, ROMANI Giancarlo, RUSSO-MORTO Emmanuel, RUSSO-MORTO Vincenzo, SCOURNEAU R., SCRIVANO G., SIMON Jean-Paul, SLINGENEIJER DE GOESWIN Christophe, SOREL Renaud, SOTIAUX M., STRADIOT Cyrille, TERWAGNE G., TINNIRELLO V., TOURNAY Freddy, TRYPNYK Michael, VAN OPSTAL Marc, VAN WECHEM P., VANDERVEKEN C., VOS M., WOLFFERTS David.

Nous allons à présent visiter les ruines de cet établissement.


Le bâtiment administratif à front de rue.


Dans le zoning, les arrières révèlent rapidement des locaux à caractère plus technique.


Le fond du site est composé d’un ensemble comportant un laboratoire et une usine.


Les locaux sont très profondément ravagés du fait de l’humidité, laquelle a provoqué un effondrement des dalles de faux-plafond.


Le laboratoire de l’usine, placé directement aux abords du site de production.


Il permet l’analyse en continu des productions.


Les locaux administratifs sont empreints d’une grande tristesse.


Tous ces bureaux sont totalement vides.


Le laboratoire de recherche et développement.


Des coupelles permettant l’analyse des peintures.


Peu démantelé, il est malgré tout dans un état de dégradation avancé.


Ici aussi les dalles de faux-plafond n’ont pas subsisté.


La scène du crime.


L’escalier menant au bureau d’accueil sur l’ex entrée officielle.


Les locaux y sont dans un état de ravage totalement impressionnant.


Dans un local annexe, le vieillissement provoque de bien curieuses œuvres picturales.


La végétation regagne ses droits.


Et là encore, dans une seconde pièce, une identique œuvre d’art contemporain.


Une morille, en plein dans les bureaux. Qui est partant pour la manger ?


Vestige du temps passé.


Contraste entre le monde-d’avant et le monde d’après.


Les halls de fabrication sont tous éperdument vides.


Le fond des halls rejoint les bâtiments administratifs.


Vue globale de l’usine, ainsi nous quittons les lieux.

ACCUEIL