Tchorski
Tchorski
La carrière des Lépreux

Cette page concerne une carrière souterraine d'exploitation du gypse, une pierre qui principalement a servi afin d'établir le plâtre. Le nom qui lui est donné est totalement faux afin de protéger des vandales ce fragile patrimoine. Malgré tout et sans y aller par quatre chemins, le site industriel est globalement dénué d'histoire. C'est en quelque sorte un parcours commun dépourvu de traces, de dates, de faits saillants. Étonnant au vu du nombre important d'exploitations ouvertes à plus ou moins deux pas de là. Il faut faire avec. Globalement de ce lieu nous ne savons rien ou presque.

Quant à une date d'ouverture de l'exploitation, c'est le mystère le plus intense. Indéniablement révolution industrielle, il est à supposer que ce fut un travail du début XXème siècle, au vu de l'aspect de la petite descenderie. Le réseau, pas immense en soit, offre un volume en piliers tournés dont la plus grande longueur avoisine vraisemblablement les 1000 mètres. Le réseau fut équipé en Decauville, dont quelques rares vestiges sont encore présents.

Le schéma d'exploitation est ordonné, le défruitement raisonnable. Cependant la très grande solubilité du gypse ainsi que sa fragilité entraînent la présence de nombreux fontis, notamment dans les secteurs de croisements, lesquels augmentent les portées. C'est rarement catastrophique, mais d'une règle générale peu avenant. Aucun bâtiment en surface n'est menacé de désordre.

En surface se trouvait un bâtiment industriel avec le traditionnel four affecté à la cuisson du gypse. A ce jour il n'en reste que des ruines globalement peu lisibles.

Les photos ont fait l'objet de peu de soin du fait d'un léger manque de temps. On remarquera tout de même, et c'est unique dans le gypse, la présence de souchevage dans les fronts de taille. C'est comme si l'on était dans une carrière de calcaire destinée à débiter du bloc. Était-ce dans le but de faciliter la sortie de la matière dans la descenderie assez pentue ? Ma foi, il s'agit d'une hypothèse plausible.

En route vers cet espace souterrain silencieux.


La descenderie. Elle amène à une bonne vingtaine de mètres sous terre.


La galerie principale au pied de la descenderie.


Dans un chantier. On devine les traverses.


Un front de taille, avec le dessin d'une croix : c'est mort c'est fini !


La croix est répétée. Voici les très curieux souchevages, comme on en voit dans les exploitations de pierre de taille. Or dans un four, le gypse est broyé !


Les stériles sont déposés sur le côté.


Cela forme de jolies allées.


Un quartier un peu plus conséquent.


La monotonie est de mise, mais c'est joli malgré tout.


Les voies étaient légèrement surélevées afin de ne pas subir les flaques d'eau.


Dans bien des galeries, les stériles sont amassés en milieu de galerie.


Le squat des Jean-Jean.


Jolie confortation.


Tout le béton a été appliqué avec les mains, on y voit des traces de doigts, sauf une soigneuse ligne horizontale. C'est très peu fréquent.


On va désormais aller vers le fond.

Décollement par plaque.


Globalement l'état des quartiers va aller en s'empirant.


Traces de flamme de lampes à acétylène.


Un très gros décollement, datant de l'exploitation.


Un puits étrange, en forme de bouteille.


Eventuellement une jonction sur un autre secteur. Malheureusement c'est colmaté avec de la glaise.

ACCUEIL