Tchorski
Tchorski
L'aciérie (1/3)

Cette page est une promenade photographique au sein d'une aciérie LD-AC inoccupée. A la suite d'une cessation d'activité, le très vaste site industriel se trouve sans devenir et fait l'objet d'un pillage intensif. En conséquence de ces déprédations, d'immenses lignes de rouleaux barbelés ont été installées. De ces lieux qui furent magnifiques et grandiloquents, il ne reste que ruine et mélancolie. Bien qu'il soit trop tard, de toute évidence, ces photos témoignent en mémoire de ce site qui a profondément marqué l'activité sidérurgique de la région.

Les initiales LD sont connues dans le monde de la sidérurgie, mais méritent quelques bribes d'information. Le procédé LD est une technique d'élaboration de l'acier par affinage avec de l'oxygène pur. Le procédé LD a été mis au point par deux sociétés sidérurgiques autrichiennes :
- L'une établie à Linz, la Vereinigte Oesterreichische Eisen und Stahlwerke.
- L'autre à Donawitz, la Oesterreichische Alpine Montangesellschafft.
Cela donne le procédé Linz-Donawitz.
Les initiales AC, moins répandues, signifient Arbed et Centre national de recherches métallurgiques.


Avant de prendre connaissance du site, la première embûche est celle des barbelés.


Ils sont destinés à empêcher les déprédations sur le site.
Pourtant ça a été un massacre à une échelle inégalée.


L'intérieur révèle de très vastes halls, quelquefois sombres, d'autres lumineux,
mais en tout cas toujours inégaux.


De ce fait, les photos sont difficiles, ce de surcroît que les installations sont fort démantelées.


Un rayon de soleil pénètre dans l'un des halls abandonnés.


Le train à chaud. Il s'agit très visiblement de coulée continue de brames.


En hauteur. Ce qu'on voit au sol est une myriade de câbles découpés et volés.


Une impression de gigantisme.


Au sein de cet environnement démesuré et gigantesque, le godet que l'on voit au centre est une poche, destinée à recueillir la matière en fusion, ou plutôt ici précisément, à la déverser dans la coulée continue.


L'aciérie est un très vaste volume dont les espaces techniques sont juxtaposés.


Les casiers des métallurgistes.


Une zone dédiée à la sécurité des travailleurs.


Hall industriel.


Stockage de flexibles.


Le permuteur de poches, disposé au-dessus de la coulée continue. On appelle aussi cet engin le tourniquet. Il permet d'effectuer une rotation de la poche, afin de la placer en position de coulée, après une rotation à 180°.


L'usine est baignée de bruits inquiétants au moindre coup de vent. Ca claque, gémit, frémit. A chaque pas on a la crainte de rencontrer des voleurs.


Près du poste de contrôle.


Le train à brames de la coulée continue. L'acier est d'abord coulé dans un répartiteur, qui alimente de manière homogène les lignes de la coulée continue. C'est le répartiteur qui sert de tampon pour ne pas interrompre la coulée lorsqu'une poche est vide et que le tourniquet effectue un demi-tour pour mettre une nouvelle poche d'acier liquide en position de coulée. Des systèmes de rouleaux de guidage, d'extraction et de redressement des brins d'acier sont placés au coeur de la coulée continue. Des gicleurs d'eau permettent la solidification graduelle de l'acier. Après une zone de redressement, l'acier sort horizontalement de la machine, sur le train que l'on voit ici. Le brin d'acier sortant de la machine de coulée est découpé en brames au moyen de chalumeaux montés sur des chariots. Les brames partaient ensuite au laminoir à chaud.


Au-dessus de la coulée continue. L'initialisation du procédé de coulée continue est réalisée à l'aide d'un mannequin.


Stockage d'imposants crochets de manutention, disposés en attente.


Ce que l'on voit à droite est un couvercle de poche. Ca permet de ralentir le refroidissement de la matière.

SUITE >