Tchorski
Tchorski
Le viaduc (3/3)

En vue de compléter le documentaire assez ancien réalisé sur les structures de viaducs à caisson (disponible ici), nous allons nous promener dans une autre structure architecturale à poutre-caisson. C'est un très grand ouvrage, dont la hauteur et les portées sont mégalomaniaques. Son nom ne sera pas donné pour des raisons de préservation du patrimoine.

Vous pouvez écouter ce viaduc ci-dessous. Au contraire des autres ouvrages visités, celui-ci est dominé par la pluie et du coup, les sonorités d'évacuation de l'eau. L'ambiance n'en est pas moins barbare tout de même.


A la première pile du viaduc, le joint cogne dur.
Au coeur du caisson, le bruit de la circulation juste au-dessus.
Un imposant tuyau d'évacuation d'eau.
Les tuyaux aux formes bizarres rejettent l'eau vers la rivière située en-dessous.
Le même système 40 mètres plus loin.
A la culée du viaduc, une porte protège le caisson.
Sonorités du caisson depuis la culée, avec le vacarme du joint.

A cela s'ajoute que j'ai profité de ce viaduc, très longuement attendu, afin de composer une petite compilation des plus belle ambiances dans les caissons. Cet album comporte un joli nombre d'inédits, pour des ambiances dantesques. C'est un sacré voyage ! Il m'aura fallu 12 ans pour collecter les sonorités nécessaires. L'album est disponible en suivant le lien sur l'image.

Bridge field recording

Trève de blabla, partons désormais à la découverte de cet imposant ouvrage !


Sa silhouette barre le paysage sur des kilomètres, il est impossible à rater.


Il possède une structure classique de piles en béton précontraint et une architecture en poutre caisson.


Voici l'aspect du caisson à l'intérieur.


Tout du long de ses quelques 600 mètres, l'aspect va être très similaire.


Le viaduc aide au passage des impétrants, la rivière est un gros barrage dans le paysage.


Le caisson est cloisonné à chaque pile, ce qui distingue cet ouvrage des autres.


La longueur entre les piles est variable. La plus longue dépasse 160 mètres !
L'installation par poussage a dû être un fameux spectacle.


Les deux gros tuyaux noirs sont destinés à la collecte des eaux de ruissellement.


Les seules variations sont la couleur des éclairages.


Au coeur des augets.


Nous sommes ici au-dessus du fleuve.


De petits trous permettent de voir qu'on se trouve perché à une belle hauteur.


A l'avant-dernière pile.


Le viaduc entame un tournant, cela donne un joli spectacle.


C'est ici que l'on se dit que ce genre de visite vaut le détour, comment imaginer que l'on est
dans un pont d'autoroute ?


Demi-tour. Au revoir le viaduc.

ACCUEIL