La source de la Seine - Paysages sonores

Depuis février 2016, un vaste projet est en cours, consistant à enregistrer les ambiances de la Seine depuis la source jusqu’à son estuaire. Quatre CD sont envisagés, à savoir : la source de la Seine et la Seine-Amont en Bourgogne, la Seine en région parisienne, les boucles de la Seine Normande, l’estuaire de la Seine.

La dernière étape sera réalisée la première semaine du mois d'août 2017, de Source-Seine (en réalité depuis Poncey-Sur-L'Ignon) jusqu'à Nogent-Sur-Seine.


Introduction

Du 29 juillet 2017 au plus-ou-moins 6 août 2017, nous allons réaliser la dernière étape de notre parcours le long de la Seine : nous allons découvrir et partager avec vous les paysages de la source de la Seine. Cette étape aurait dû logiquement se placer en tout premier, mais il s’avère qu’elle est la plus difficile. Cela explique que nous avons commencé à l’estuaire au Havre en juillet 2016. Nous remontons le cours d’eau comme des saumons.

Cette dernière étape est à réaliser en bateau, étant donné qu’il y a très peu de chemins, voire pas du tout en bien des endroits. C’est totalement sauvage.

Nous allons commencer depuis le village de Poncey-Sur-L’Ignon. De là, 2 kilomètres d’une route de campagne va nous mener à la source de la Seine, située sur la commune de Source-Seine. C’est au nord de Dijon.

En utilisant très majoritairement le GR2, nous allons passer dans les communes de Chanceaux, Billy-Les-Chanceaux, Oigny, Orret, Duesme, Quemigny-Sur-Seine, Saint-Marc-Sur-Seine. Longueur de l’étape à pieds : 37,6 km. Au vu de la longueur, du portage et de la densité de sources sonores, nous allons y consacrer 2 jours.

A Saint-Marc, nous envisageons de mettre les deux bateaux à flots, en espérant qu’il n’y ait pas un étiage trop prononcé. Nous nous rendrons, par les eaux de la Seine, jusqu’à Troyes. Sans compter les méandres, et en envisageant un débarquement au square Michel Voix (Troyes), il est à envisager 101 km.

La longueur de cette étape sera d’environ 139 km.
C’est peu, mais la navigation ralentit considérablement l’avancée. Nous avons de plus une centaine de barrages à passer. Nous allons charioter les bateaux afin de contourner les barrages.


Le matériel

Cette randonnée cumule les difficultés. Etant donné qu’il s’agit d’un aller simple et non un aller-retour, il a fallu la concevoir en MUL, ce qui disons-le sans ambages est une difficulté considérable.

Afin de se protéger du froid de l’eau, j’ai opté pour une combinaison néoprène sans les bras. Epaisseur minimum, soit 3.2 mm. Elle devrait assurer une protection correcte pour un mois d’août, même si on commence tôt dans la journée. J’ai opté par une complétion avec des chaussettes néoprène. Ce matériel a été acquis au Garage Nautique de Jambes, Chaussée de Liège n°109 à 5100 Namur. Les conseils de Stéphan ont été intéressants.

Au vu du peu de fond, j’ai envisagé des grosses chaussures de rando, que je vais immerger. Comme il y aura peu de niveau d’eau, je compte que la nage soit opérée par poussage. Avec les pieds, on va chercher le fond et pousser l’embarcation. En réalité j’ai toujours procédé de la sorte en rivière.

Les embarcations sont des Itiwit 100, achetés à Décathlon. Je suis très peu fan de cette firme, mais je n’ai pas trouvé d’alternative évidente. Les bateaux Intex et surtout-surtout Sevylor ont été décevants jusqu’à présent. Le Itiwit a deux avantages :
- Un poids réduit, 3100 grammes. Il est dur de faire moins. Attention que le fabriquant annonce un poids de 2000 grammes, mais ce n’est assurément pas le cas !
- Un encombrement moyen et une impression première d’une certaine robustesse.
Espérons que ce soit un bon choix.

Les objets sont enfermés dans des sacs étanches, achetés chez Alpisport Namur et Seonee Ottignies. Les affaires dedans sont encore conditionnées en ziplock et le tout empaqueté dans un kit-bag qualifiable de non étanche mais assurant déjà une première pellicule de protection aux éclaboussures, étant donné que c’est fabriqué en bâche de camion.


La pesée du matériel

Le paquetage a été réalisé le 10 juillet aux fins d’une première évaluation. Le kit-bag sera porté sur le dos. Avec 11.500 grammes, il s’agit d’un portage globalement classique. Durant les 37 premiers kilomètres, le bateau sera porté à l’avant du corps. Le sac bleu s’avère assez adapté car étant relativement bas, la vue n’est pas bouchée.

La liste MUL est la suivante :

Portage
[total 1000 g]
Kit-bag - 1000 g

Couchage
[total 1330 g]
Sac de couchage - 1150 g
Bâche - 180 g

Utilitaire
[total 941 g]
Bruleur gaz - 66 g
Charge gaz - 372 g
Popote Titanium - 106 g
Fourchette - 16 g
Briquet - 14 g
Brosse à dent - 7 g
Dentifrice - 30 g
Gsm - 76 g
Cartes IGN - 146 g
Pastilles micropur - 2 g
PQ - 36 g
Papiers ID et 200  dans ziplock - 50 g
1 bic + 1 feuille CR - 20 g

Vêtements portage
[total 1126 g]
2 paires de chaussettes - 138 g
2 calbute - 168 g
2 tshirt - 322 g
1 veste imperméable - 210 g
1 pull léger - 288 g

Loisirs
[total 528 g]
Sac étanche - 34 g
Chaussette - 34 g
Enregistreur - 186 g
Moumoute - 36 g
Six piles - 162 g
Microcontact - 56 g
Ecouteurs - 20 g

Eau
[total 3000 g]
3,0 Litres - 3000 g

Nourriture
[total 3449 g]
8 For Me - 200 g
7 Twix - 358 g
7 Chabrior - 126 g
Vrac Café - 160 g
8 Ramen - 1005 g
2 Semoule - 400 g
1 pain - 450 g
1 emmental - 250 g
Molokor -500 g

Total MUL classique : 11.374 g


Batellerie
[total 3924 g]
Bateau - 3100 g
Kit de réparation - 10 g
Combi néoprène - 560 g
Chaussettes néoprène - 100 g
Sac étanche - 108 g
Mini corde - 10 g
Crème solaire - 36 g

Total batellerie : 3.924 g

Total 2 sacs : 15.298 g

Nous donnerons des nouvelles de ce séjour aux environs du 15 août 2017.

ACCUEIL