Tchorski
Tchorski
La mine aux Loups (1/2)

Cette mine fait partie du Mergelland. Il existe au sujet de ce site souterrain une abondante documentation, mais au vu de la mouvance urbex, je ne peux pas publier de recherches. En effet, cela ne ferait qu'attiser le vandalisme. De plus il s'agit d'un site spécialement fragile qui a déjà été victime de déprédations. De ce fait, afin de protéger, je suis donc contraint à ne pouvoir développer le sujet et me limiter à quelques informations de faible valeur.

Il s'agit d'une carrière fort ancienne, dont le creusement établi en deux sites distincts au départ, remonte à des temps médiévaux. Il n'est pas possible d'établir une datation, mais tout du moins les gravures aux murs sont typiques de cette époque. Au vu que la carrière a subi un surcreusement de 3 à 4 mètres, toutes les inscriptions intéressantes se trouvent à 5 mètres. C'est assez frustrant, mais au moins, ça a permis d'éviter les dégradations.

Assez vaste, elle totalise environ 8000 mètres de galeries, si l'on compte tous les diverticules. C'est assez grand. Le site est un peu complexe à parcourir et demande de l'attention. Certaines parties sont monumentales et les galeries atteignent en quelques endroits 10 mètres de hauteur. Autrement en moyenne on est plutôt dans les 5 mètres. Des puits aèrent les galeries ça et là. La taille est dédiée au bloc de construction, nulle marne extraite ici. Bien que des exceptions existent, la découpe est dans l'ensemble soignée.

Cette exploitation souterraine n'a jamais été utilisée à des fins touristiques et se trouve finalement être assez authentique - même si elle reste quelque peu méconnue de la population locale. Les traces d'occupation sont cependant présentes de partout : agriculture, culture de champignons, présence d'animaux. Le lieu a aussi servi de refuge durant la seconde guerre mondiale. Les inscriptions de carriers sont plus rares ou éventuellement absentes. C'est difficile à établir.

Un champignonniste des années 1920 a laissé une littérature très abondante aux murs, qui la plupart du temps se révèle sarcastique. Question ragots, l'écrivain n'est pas en retard et nombreux sont les villageois qui en prennent cher pour leur grade, le tout dans une syntaxe bien particulière ! A le lire, l'homme a l'air déchaîné !

Mais cela n'est pas le plus intéressant. Cette carrière est surtout passionnante pour ses inscriptions anciennes à foison : des dates, des pics de mineurs, des mignoles, des étoiles, des angelots, des tables de comptage, etc. Toutes sont difficiles à déceler en hauteur et demandent énormément d'attention.

C'est de la sorte que nous allons nous promener dans ce labyrinthe, creusé depuis des siècles. Les galeries serpentent sans aucune logique apparente, pourtant les blokteus ont recherché le meilleur tuffeau, rien n'est donc laissé au hasard. Laissons-nous guider par l'intuition.


C'est un grand souterrain, qui peut se révéler difficile à visiter au vu du développement anarchique des galeries. C'est vaste et parfois difficile à comprendre. Ce sont probablement plusieurs exploitations qui se sont recoupées au fil des siècles.


En étant attentif, on trouve des dessins anciens. Tous sont très en hauteur.


Une poule. Mais pour quelle raison ?


Ce n'est pas un sapin de noël mais une table de comptage.


Les carriers, illettrés, comptaient les blocs qu'ils sortaient, afin d'être payés.


Dans une des galeries qui semble être principale.


Les quartiers sont parfois splendides.


Des étoiles et des roues, très anciennes.


Des étoiles.


Une potence. Pourquoi tracer cela ? Etait-ce la crainte de cette situation répandue à l'époque ?


Tous les dessins anciens se trouvent tout en haut ! L'explication est simple, l'exploitation ancienne est en haut, puis ça a été recreusé.


Autant dire que ces gravures sont très dures à voir.


Des étoiles encore.


Ces photos sont faites au téléobjectif.


Justine Fraickin est folle après les garçons.


Vercheval, 1859.


Vers le fond de l'exploitation, des travaux qui semblent plus récents.


Alors là accrochez-vous !
Marie Roy est grosse elle doit veler pour Paques ça ne m'étonne pas mes chers lecteurs car moi je l'ai baiser au moins vingt fois derrière leur verrière (lieu dit) dri les corti Je vous assure qu'elle le fait admirablement voici mon nom bien que (...)
Le chemin Drî les Cortis existe et il est situé à Spa (de même à Saint-Hubert).

SUITE >