Tchorski
Tchorski
La mine de lignite (1/2)

 

Ces deux pages contiennent des photographies d'une mine de lignite située dans les Alpes françaises en pays de Savoie. Il s'agit un peu d'une surprise, dans le sens où ne disposions que d'un lot partiel d'informations à ce sujet. En réalité, le site est assez vaste, esthétique et riche en sympathiques découvertes. Nous proposons dès lors une petite ballade en photos.

L'identification du minerai en tant que lignite provient des documents historiques. Toutefois le minerai est si noir et si gras qu'on y verrait bien de la houille. On est ressortis de là tout de même assez noircis, même jusqu'au visage... Heureusement il y a un torrent juste à côté, encore que ça n'a pas arrangé les choses tant que ça (un peu effet barbouillage !)

Ce n'est pas très haut en bien des endroits, il va falloir un peu marcher en canard. Allez, suivez-nous quand même dans cette visite, vous allez voir que ça vaut la peine.


L'entrée est un petit ressemble-à-rien comme ça dans une falaise.


On voit que l'on plonge tout de suite dans le minerai, il fut donc exploité un affleurement.


L'entrée laisse à penser que ça ne va pas être dans un état parfait...


Mais globalement c'était en fin de compte pas mal.


En plus, bien des boisages sont encore debout, et ça aide pas mal à améliorer l'aspect.


Nous voici du coup dans chantier d'exploitation..


Invariablement, les galeries vont devenir de plus en plus basses, sur un vaste secteur
du coeur de l'exploitation.


C'est plutôt joli, et en tout cas en plein dans le houiller.


La personne donne l'échelle de l'exploitation.


Un bassin, afin de conserver de l'eau. Etait-ce destiné aux animaux de trait de la mine ?


Sans plan, le secteur pourrait paraitre assez dense.


En fait, c'est un régulier maillage de traçages qui s'enfonce dans la montagne.


Voici une vue rapprochée des lignites exploités.


Même si c'est un peu ancien, remarquez ce soin apporté à chaque partie de l'exploitation.


C'est la galerie principale de l'extrémité de l'exploitation. Après, plus loin ça se gâte, car la plupart
des galeries ont subi des compressions (et effondrements graduels) non négligeables.

SUITE >