Tchorski
Tchorski
Goussainville Vieux-Pays (1/3)

Goussainville Vieux Pays

Cette page est un article assez original par rapport à la thématique habituelle de ce site. Il s’agit d’un sujet qui en principe aurait dû valser à la poubelle, ne convenant pas du fait d’un manque certain de cohérence et un peu de qualité parfois. Néanmoins, considérant la quantité colossale d’informations fausses diffusées sur internet, parfois comparable à de la propagande, il m’a paru important d’écrire et de décrire par là-même un fragment de vérité. Celle-ci est bien sûr cumulative et ne fait que s’ajouter aux autres points de vue. La propagande mise en œuvre exacerbe des tensions, à savoir qu’il s’agit d’une ville fantôme très largement abandonnée. D’autres disent que les nuisances sont tout simplement anecdotiques, les thématiques du genre Amityville et autres étant des fantasmagories de touristes mensongers. De tout cela nous allons partager un point de vue modéré et étayé d’arguments.

Il s’agit donc d’un reportage sur le site de Goussainville Vieux-Pays, parfois appelée Goussainville Le Vieux. C’est l’ancien centre de la ville éponyme de Goussainville, qui dans l’actuelle se trouve totalement déportée au nord du vieux village. L'ancien hameau se trouve à l’exact débouché de la piste 27L, affectée au décollage des avions de l’aéroport de Roissy. Au vu du fractionnement géographique engendré par la ligne de TGV, le hameau ferait quasiment partie, géographiquement parlant, de la ville du Thillay.

Goussainville Vieux-pays est constituée de quelques rues, à peu près au nombre de huit, dont certaines sont des impasses. C’est un des rares – si ce n’est unique – endroit de la région parisienne qui n’a pas évolué. Le site est ciblé urbex du fait qu’il est qualifié de village fantôme. C’est pour ainsi dire totalement erroné.

Lors de la construction de l’aéroport de Roissy, le village se trouve placé en zone de bruit considérable. Ce paramètre est connu d’office. Les villes de Louvres, Gonesse, Le Thillay, sont denses en habitat. Le seul trou en habitat est constitué par Goussainville, qui dès lors est l’inévitable site à sacrifier. De la sorte en 1973, les aéroports de Paris, souvent récemment abréviés ADP, proposent l’achat des maisons au double du prix. 137 maisons sont achetées, vidées, totalement murées et laissées de la sorte depuis lors. Cependant, 300 habitants refusent de partir. Commence l’histoire de Goussainville Vieux-Pays.

Internet fait courir la réputation que deux tiers des habitations sont ruinées, si ce n’est plus. C’est totalement faux. Il n’existe pas plus faux, ce qui de facto peut générer de la déception. Le Vieux-Village est habité. L’église prétendue ruinée a fait l’objet d’un colossal plan d’entretien et de restauration. Le parc est certes, entretenu au minimum, mais innombrables sont les lieux semblables. En réalité il s’agit d’un village dont un dixième environ des maisons est vide.

Le plus saisissant est la partie au nord-est de la rue Brûlée, donnant jonction sur la rue Gaudry. Ici s’y trouvent une quinzaine de maisons murées, dont un certain nombre sont en enfilade. Il est vrai que cela forme un paysage peu avenant. Les maisons sont accessibles depuis les jardins. Les intérieurs témoignent de petites maisons d’une architecture obsolète, dans un état de ruine et de délabrement total. Les assertions qu’il s’agit d’un village abandonné sont d’une exagération confinant au mensonge.

Les nuisances, parlons-en, car il y a fort à faire. La désertion du village est en partie une histoire de conjonction. Citons tout d’abord le cas du crash. Le 3 juin 1973, le Tupolev TU-144 CCCP-77102 s’écrase au sol lors d’une démonstration au départ de l'aéroport du Bourget. Le lieu du crash est l’actuelle rue Jean Berthaud, à Goussainville-Récente. Ce crash a contribué au départ des habitants, car un nombre conséquent, plusieurs dizaines de maisons, décide de quitter le village suite à cet évènement. Lors de cette occurrence tragique, une école est dévastée du fait que le supersonique se crashe dessus. Les habitants vivent un important traumatisme.

La même année comme précité, les ADP vident une part non négligeable du hameau, l’aéroport est mis en service en 1974. Les maisons sont laissées telles quelles. Notons qu’elles furent revendues en 2009 à l’euro symbolique à la mairie de Goussainville, laquelle n’a toujours pas engagé de démarche quant au site dans sa globalité, même si quelques projets sporadiques émergent. De la sorte il est laissé libre voie aux décollages, et tant pis si des irréductibles restent. Les démolitions sont bloquées de par un fait administratif. L'église Saint-Pierre-Saint-Paul est classée aux monuments historiques. Cette situation rend impossible toute démolition dans un rayon de 500m. Brève explication qui donne une lumière simple sur le pourquoi tout est figé de la sorte et la raison pour laquelle la mairie se retrouve empêtrée, comme tout le monde, dans un bon gros boxon juridique.

Les nuisances sonores sont énormes, avec un décollage environ toutes les trois minutes. Certains habitants s’y habituent, d’autres installent du quadruple vitrage. Un monsieur se promène avec casque et musique, une dame hurle au gsm en se bouchant l’autre oreille. Que pouvons-nous faire d’autre que de proposer une heure d’écoute du lieu ? L’enregistreur a été caché dans le cimetière. Voilà dès lors à quoi ressemble le paysage sonore de ce lieu. A vous de vous forger une opinion. L'heure complète est dédiée à l'absence de travestissement. Je n'ai pas enregistré qu'un seul gros porteur quadrimoteur histoire d'en rajouter de la tonne. C'est une ambiance normale d'une matinée normale de jour férié, un premier mai. J'ai volontairement évité les périodes notablement plus denses de 5 heures du matin et peu avant minuit.

Cela provoque une question toute simple : Comment peut-on encore habiter là ? C'est un vécu personnel, mais il en est de même en bord d'une autoroute, ce qu'on voit assurément partout. L'aviation certains s'en accommodent parfaitement, ce d'autant plus que les loyers sont moitié moins élevés que bien des patelins de Seine-Saint-Denis, ce département en simple exemple. Les riverains évoquent communément habiter là en connaissance de cause.

Goussainville Vieux Pays

Nous proposons une promenade dans ce vieux village en partie déserté. Certes au vu qu’il ne s’agit pas pleinement d’un village abandonné, il existe un manque de cohérence dans la présentation. Est-ce pour autant une raison d’abandonner le documentaire ? Si cela génère il est clair une difficulté, il reste intéressant de parler de ce cas particulier. Le sujet n’est ni plus ni moins celui d’une immersion, au sein d’un lieu qui reste difficile à vivre. Mettons-nous directement à la place des habitants. C'est en fin de compte bel et bien une vocation de description du patrimoine et des vies y afférentes.

Vous pouvez écouter l'ambiance du village ci-dessous. Une heure toute simple, au cimetière, de 8h28 à 9h28, le 1er mai 2018. Un micro orienté sur le ciel captant les décollages de la 27L, avec une captation de niveau faible, un micro orienté sur la 26L, avec un niveau de captation élevé car c'est éloigné.

 

Et en fait, au plus j'y travaille, au plus j'y suis attaché à ce morceau de patelin. J'ai trouvé qu'il y avait quelque chose d'incroyable là-dedans. J'ai écouté deux fois de suite la sonorité et bord d'ailes de merle, c'est touchant. Il réside quelque chose de purement particulier ici. Ca mérite qu'on en parle, autrement que par de la caricature.

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

Goussainville Vieux Pays

SUITE >