Tchorski
Tchorski
Les catiches de Faches-Thumesnil

Cette page est un petit documentaire sur deux carrières souterraines en tout-catiches de Faches-Thumesnil. Concernant les recherches généalogiques au sujet des carriers et la description globale des catiches de cette commune, vous pouvez vous rapporter à la racine du site. En effet, Faches-Thumesnil possède 35 carrières souterraines connues à l’heure actuelle.

La première carrière présentée est située au chemin des Margueritois. La carrière est un tout catiches de 140 catiches, dont chaque centre de catiche est numéroté avec un panonceau jaune fiché au sol. C’est une situation assez originale, les catiches étant habituellement plutôt taguées en rose EA EB EC FA FB FC, etc. Les lieux sont totalement rectilignes. Les catiches sont rejointes par des encadrements à dimension réduite. De longs enchaînements sont impossibles, l’ambiance est plutôt au cloisonnement. Il n’y a quasiment aucune inscription. Les lieux sont assez pauvres, malgré la présence d’un court secteur médiéval recoupé par les catiches modernes. C’est une déception car nous nous attendions à trouver les inscriptions d’Amand Liagre, que Bernard Bivert place à la Jappe.

La carrière est équipée de deux convergencemètres, pour une raison qui m’est encore inconnue car le bâti n’est pas affecté. Le secteur médiéval correspond à environ deux galeries, légèrement surélevées par rapport aux catiches. Les lieux sont bas de plafond. De nombreuses coulées de limon couvrent les murs.

Les inscriptions que nous avons pu relever sont :
Demessine Désiré 1900 Nord.
Et plus loin : 1897.
Nous estimons qu’il s’agit de Demessine Désiré Joseph, né vers 1875, marié à Loeil Lucie Victoire le 3 août 1919 à Lesquin.
Vu les deux dates, une période d’exploitation avoisinant 1900 est très probable. Il s’agit donc d’une exploitation pleinement récente. Concernant le petit réseau médiéval, nous n’avons strictement aucune idée de datation.

La seconde carrière présentée est située à la rue du Faubourg d’Arras. Ce site est un tout catiches bien aligné. C’est une excroissance « ouest » du site de la Croisette. Y naviguer est facile car il n’y a pas d’obstacle rampatoire. Le seul problème à noter, c’est l’afflux conséquent de catiches poubelles et des rejets de WC. C’est à tel point que l’ambiance est malsaine. L’ensemble doit posséder environ 150 catiches. Plus de la moitié se trouve lourdement polluée. Dans l’extrémité Est trouve une échelle à crinoline, qui est un modèle neuf impressionnant car pimpant.

La carrière ne possède aucune inscription. De ce fait nous n’avons pas de possibilité de la dater. Une estimation globale pourrait être 1850-1900, avec une tendance à penser tout de même qu’on avoisine la fin de siècle.

Le chemin des Margueritois


Les catiches sont assez peu ouvertes l'une sur l'autre, de ce fait l'ambiance est cloisonnée.


En bien des endroits, les aménagements de champignonnistes sont encore présents.


On y trouve même de petites portes.


Les catiches sont assez hautes et très étroites.


En certaines extrémités, il y a de beaux alignements.


La signature de Désiré Demessine, 1900 Nord.


Non identifié, étrange signature précédée de A.P.


Une vue entre deux catiches.


Un ancien puits à eau destiné aux cultures.


D'ailleurs, on voit bien les rayons de la barbe à capucin au sol.


Au fond de trouve une toute petite carrière médiévale.

La rue du Faubourg d’Arras


Le puits à eau est quelque peu moisi.


Normal, car les catiches poubelles sont légion.


Quelques secteurs ne sont pas touchés heureusement.


Une splendide nouvelle échelle vient d'être installée.


Une ancienne salle électrique.


Bel alignement de catiches.


En cet endroit, les goulots sont un peu plus larges.


La date 1879.


Boulanger 28 août.


Il subsiste de beau sabot. Objet porte-bonheur, ou bien l'animal descendait en vue des cultures ?


Un secteur plus vaste.


Une magnifique marque de tâcheron.

ACCUEIL