L'estuaire de la Seine - Paysages sonores

De février 2016 à septembre 2017, un vaste projet a été mis en oeuvre, consistant à enregistrer les ambiances de la Seine depuis la source jusqu’à son estuaire. Quatre CD ont été réalisés, à savoir : la source de la Seine et la Seine-Amont en Bourgogne, la Seine en région parisienne, les boucles de la Seine Normande, l’estuaire de la Seine. .

Une première étape a été réalisée en juillet 2016, avec un parcours dans l’estuaire de la Seine, depuis Le Havre et jusqu’à Caudebec-en-Caux. Ce cheminement représente 68 km linéaires de cours d’eau sur les 777 km de la Seine. C’est finalement assez peu, mais il est de fait que les ambiances sont riches et très agréables. Un focus sur les lieux est vite apparu comme étant indispensable.

Si dans les 4 CD, les ambiances vont se révéler différentes, celle qui caractérise l’estuaire est sa dense industrie : Le Havre, Port-Jérôme, la navigation de fort tonnage. Toutefois, ces sonorités ne sont jamais seules. Il se trouve toujours la nature quelque part ; le bruit des flots se fait entendre, les grillons, les chevaux, un coq au loin, voire même des pépiements discrets dans les bruissements de roselières. Si tout est démesuré à l’estuaire, depuis la taille des bateaux jusqu’à la longueur des trains, le travail sonore s’est aussi attaché au minuscule, toute cette vie le long des berges : le banc d’Amfard, la Risle Maritime, le Marais Vernier.

C’est dans cette agréable atmosphère que nous vous invitons.

Réalisation : Vincent Duseigne & Nicolas Duseigne. Du 20 au 24 juillet 2016, du Havre à Caudebec-en Caux.
Technique : micro Binaural Lu-Hd, micros contact Audioatalia, hydrophone.
Villes et villages traversés en bord de Seine et de Risle : Le Havre, Gonfreville-l'Orcher, Honfleur, La Rivière-Saint-Sauveur, Fatouville-Grestain, Berville-Sur-Mer, Conteville, Foulbec, Saint-Samson-La-Roque, Marais-Vernier, Tancarville, Quillebeuf-Sur-Seine, Saint-Aubin-Sur-Quillebeuf, Trouville-La-Haule, Vieux-Port, Aizier, Vatteville-La-Rue, Saint-Nicolas-de-Bliquetuit, Caudebec-En-Caux. Au passage, le pont de Normandie, le pont de Tancarville, le pont de Brotonne.
Licence : CC-BY, Vincent Duseigne & Nicolas Duseigne.
Durée : 68:45 mn.

Le compte-rendu de cette promenade est disponible ci-dessous.
Toutes photos par Nicolas Duseigne.

Randonnée estuaire Seine
Le compte-rendu.
Photos estuaire Seine
Les photos.

Le CD est disponible sur Arte radio ci-dessous.

 

Le CD est disponible sur Youtube ci-dessous.

 

Les titres sont les suivants :
00:00 - Paris. Dans la gare Saint-Lazare, à l’approche des trains. Les billets sont compostés, ce qui marque symboliquement l’instant du début du voyage.
02:40 - Paris. Dans le train de Paris au Havre, l’annonce effectuée par le contrôleur qui informe de la destination finale du train et plus précisément, notre destination !
03:36- Le Havre. Au-delà du symbolisme, cette fois-ci, le voyage est véritablement débuté. Dans la rue du Général Hoche au Havre, un grisard se trouve au sol près d’une poubelle. Des goélands adultes sont mécontents que nous soyons stationnés (pédestrement) à la fois près du grisard et du garde-manger. Du coup, ça proteste à coup de grands cris.
05:28 - La Rivière-Saint-Sauveur. Un dragueur navigue constamment sur la Seine, afin de maintenir un tirant d’eau à 10 mètres. Son bruit sourd s’entend sur des kilomètres, presque jusqu’à la Risle.
11:20 - Fatouville-Grestain, la roselière. Les vents viennent s’éteindre dans une roselière, cela fait penser à une pluie si mélancolique. Pourtant, il ne s’agit que d’un petit vent joueur. En plein cœur des roseaux, une rousserolle effarvatte émet de petits pépiements craintifs.
15:44 - Berville-sur-Mer, les vaguelettes de la Seine en jusant.
18:00 - Marais-Vernier. Alors que le pont de Tancarville se fait visible, nous allons dormir dans une pâture. Les grillons et les sauterelles y sont déchainés, les foins viennent d’être faits. Le marais offre un repos paisible et intemporel.
19:36 - Le Havre, le pont François Premier. Un énorme-gigantesque bateau est à l’approche, il s’agit du Grimaldi Lines Grande Anversa, un roro. Le pont mobile d’un poids de 3300 tonnes est levé, afin de laisser place au bateau de 38.000 tonnes. Il a une capacité de chargement de 4600 voitures. Il fait un bruit terrifiant de machine surpuissante.
24:48 - Berville-Sur-Mer. A la jonction de la Seine et de la Risle se trouve une plage perdue dans des nuées de roseaux. Les vaguelettes font penser à la mer, tout comme le nom de la ville.
29:04 - Saint-Nicolas-de-Bliquetuit. Un pré, une myriade de vaches, quelques jeunes veaux au sol. Les vaches normandes, habituellement silencieuses, sont ici très mécontentes de notre présence.
31:44 - Quillebeuf-Sur-Seine. A la sortie de Quillebeuf et en direction de Trouville, un bateau pétrolier passe sur Seine. Son énorme sillage s’ajoute au flot.
37:52 - Gonfreville-l'Orcher, au banc d’Amfard. Il est bien tard dans la nuit. En plein cœur du marais, des grillons chantent paisiblement dans les hautes herbes.
40:00 - Vatteville-La-Rue. Nous avons dormi dans un pré, sur un épais lit de foin, le fauchage a eu lieu quelques jours auparavant. Au petit matin, les chevaux du pré attenant viennent nous voir. Ils nous disent : hey, vous avez de beaux lits ! Du coup, on leur sert le foin au-dessus des clôtures. Cronch-cronch ! Au loin, l’église de Vatteville sonne 7 heures.
44:40 - Conteville. Perdus au milieu des pâtures, nous approchons la Risle Maritime. En plein jusant, l’ambiance est tout à fait paisible. Une tourterelle des bois roucoule.
47:28 - Aizier. Les vaguelettes de la Seine viennent lécher la berge, avec des afflux cycliques.
49:38 - Vieux-Port. Nous sommes au pied d’un sémaphore, sur un large ponton en béton. Un bateau passe à grande vitesse, son sillage vient s’écraser dans les joncs, qui se mettent brièvement à onduler comme en pleine tempête.
53:11 - Aizier. En bord de Seine, un jardin possède une abondante volaille : coqs, poules, paons, c’est la surenchère à qui criera le plus.
54:48 - Quillebeuf-Sur-Seine. A hauteur de l’embarcadère du bac, le flot est en plein délire. La marée haute attaque la descente bétonnée avec un rythme impressionnant. Pour un peu en écoutant ces vagues, on se croirait à la mer. Mais en fin de compte, en cet instant-là, est-ce la mer ou le fleuve ?
59:04 - Berville-sur-Mer, à hauteur d’une gravière. Un bateau passe avec force du bruit dans les flots de la Seine. Le sillage vient s’écraser contre les berges.
1:03:20 - Berville-Sur-Mer. A l’approche de la Risle et en période de basse mer, les vagues longent la digue en béton et viennent s’échouer sur les marches d’un vieil escalier.
1:04:32 - Rouen. Un voyage dans les méandres de la gare, qui ne sont bien malheureusement plus les méandres de la Seine. Le train arrive à quai.
1:06:00 - Rouen. Cette fois-ci, nous sommes dans le train. L’annonce est effectuée par le contrôleur, tristement à destination de Paris. Symboliquement nous savons que cela marque la fin du voyage, nous quittons l’estuaire avec regrets.
Durée totale : 1:08:45.

L’entièreté des enregistrements réalisés est disponible sur la plateforme Aporee.

Aporee
Radio Aporee dans l'estuaire de la Seine (image lien).

Nous vous souhaitons tous deux un bon voyage sonore et photo dans l’estuaire de la Seine.

ACCUEIL