La cokerie d'Anderlues – Le témoignage des ouvriers

La cokerie d'Anderlues a ouvert en 1903 et n'a jamais cessé son activité. En 2002, face à la concurrence du coke chinois, l'entreprise s'est trouvée en difficultés. Le 31 juillet 2002, le conseil d'administration de la cokerie a acté le manque de 2 millions d'euros, facteurs conjugués à la crise du coke, la nécessité de moderniser l'outil de travail, le besoin d'épurer le site de pollutions, notamment au niveau de certains rejets d'eaux et de gaz. Après une période fort difficile, la décision de fermer tombe le 3 octobre. Après une grève des ouvriers le 23 octobre, la cokerie ferme définitivement le 30 novembre 2002, ce qui met au chômage 126 ouvriers et employés.

Le 7 mars 2009, nous avons fait revenir sur le site de l'usine les anciens ouvriers de cette usine, alors dans un alarmant état d'abandon et de délabrement. Ils nous donnent leurs émouvants témoignages.

 

Les titres sont les suivants :

0:00 - Intro réalisée par Ghislain Charlier. La cokerie peu avant sa fermeture.
2:32 - La cokerie en 2002. Ambiance sonore.
3:27 - Le témoignage de Valère Mennechez.
11.44 - Le témoignage de Freddy Derestiat.
17:58 - Le témoignage de Franz Butryn.
22:58 - Le témoignage de Ghislain Charlier.
26:06 - Le témoignage de Jacques Surin.
31:53 - Le témoignage de Michel Delhez.
36:03 - Le témoignage de Alain Debrichy.
41:12 - Le témoignage de Franck Hody.
46:05 - Le témoignage de Michel Ries.
51:37 - Le témoignage de Philippe Dubuisson.
57:48- Le second témoignage de Valère Mennechez.
64:24 - La cokerie en 2002. Ambiance sonore.

Durée totale : 65:38 mn.

Je profite une nouvelle fois de cette occasion pour remercier tous les ouvriers qui sont venus à la cokerie et qui ont accepté de témoigner auprès de nous. Les enregistrements ont été réalisés par Patrice Niset, grand merci pour sa patience et ses compétences afin d'effacer le marteau-piqueur et les avions !

Réalisation technique : Patrice Nizet, Geoffrey Ferroni, Nicau Elias, Carlo Di Calogero, Gilles Durvaux, Cedric De Keyser. Photos : Geoffrey Ferroni. Février-mars 2009.

ACCUEIL