VOYAGE DANS L'ÉLOIGNEMENT
LES MONTS LOZÈRE
LE GRAND TERRITOIRE DES ALOUETTES

Monts Lozère

Un récit de randonnée peut se révéler barbant. C'est chose sûre. Encore un parmi tant d'autres dirions-nous ! En principe, ce genre de compte-rendu pourrait se borner à un envoi en privé à des amis, voire à la limite une description détaillée sur un forum MUL. Ce qui me pousse à publier le récit de ces promenades, ce sont principalement deux aspects : premièrement ce sont des terres très peu parcourues. Cela permet de mettre en valeur des lieux dont l'aspect est méconnu. Deuxièmement la promenade a fait l'objet d'un regard artistique, notamment la réalisation d'un paysage sonore. Le compte-rendu vient en quelque sorte étayer le parcours sonore, qui se révèle être en réalité l'aspect principal de cette randonnée. C'est de ce fait de la sorte que je publie le rapport.

Le document se structure en plusieurs parties disponibles les unes après les autres, sur une structure totalement comparable à l'épopée causse Méjean en 2015. Avant tout, le compte-rendu en tant que tel. Ensuite, les photos, qui permettent de bien illustrer le parcours et dernièrement le paysage sonore. Si le parcours du Méjean faisait appel à des souvenirs d'enfance, ici ce n'est nullement le cas, ou seulement dans des parties restreintes : le Blandas en 1996.

Ainsi c'est de la sorte que ci-dessous, vous trouverez le compte-rendu de cette randonnée, réalisée en fin avril et début mai 2016. Ce compte-rendu est accessible en cliquant sur le Puech de Mariette.

Puech des Bondons

Au cours de ce séjour, 559 photos ont été réalisées. Elles sont disponibles ci-dessous, où chaque petite image permet d'accéder aux lieux parcourus.

Jour 1 – 167 photos – (Presque) du mas de la Barque, Génolhac, à la Cham des Bondons. Les paysages granitiques sont extraordinaires et baignés d'une magnifique lumière.
Jour 2 – 172 photos – De la Cham des Bondons, lieu magique, jusqu'au Mont Gargo au coeur du causse Méjean.
Jour 3 – 50 photos – Du Souc, bergerie désaffectée du Méjean jusque Trèves. Le parcours est extrêmement pluvieux et il fut de la sorte quasiment impossible de réaliser la moindre photo.
Jour 4 – 35 photos – De Trèves à Homs, petit hameau du causse Campestre. Le climat fut extrêmement venteux et là encore, ce fut difficile de réaliser des photos.
Jour 5 – 135 photos – De Campestre-&-Luc à Montdardier. Le soleil a baigné le causse Campestre et le causse Blandas de lueurs printanières enchanteresses.
Tout le parcours sans tri de jours – 559 photos – Les images sont disponibles en suivant ce lien.


Jour 1

Jour 2

Jour 3

Jour 4

Jour 5

En février-mars 2015, j’avais effectué une rando MUL au travers du causse Méjean, que j’avais sillonné en long, en large et en travers, par grand amour pour ces terres. Un album de paysages sonores en avait été tiré. Cette année 2016, une nouvelle rando lozérienne a eu lieu et elle concerne de même les causses. Ce parcours traverse :
- Les Monts Lozère. Le terme « Les » parce que c’est une longue chaine de petits monts granitiques. Il n’y a pas qu’un seul Mont Lozère. Le point culminant est le Sommet de Finiels. Il ne se distingue en rien de ses voisins, sauf par ses montjoies.
- Les Petits Causses. L’année 2015, j’avais axé le parcours sur le grand causse Méjean et le grand causse du Sauveterre (très dénudé en certains lieux). Cette fois-ci, j’ai complété par les petits causses : le causse Noir, le causse Bégon, le causse Campestre et le causse Blandas.

Les paysages sonores sont présentés de manière indistincte étant donné qu'il s'agit de toute manière, partout, de territoires désertiques. De ce fait, c'est un déferlement de nature non loin d'être uniforme.

 

Les titres sont :

01 - Navas, au pied d'un petit plan d'eau, les crapauds sont déchainés à l'arrivée de la nuit.
02 - Monts Lozère, le refuge de l'aigle. Une petite source presque entièrement gelée arrose les pentes du sentier.
03 - Monts Lozère, au mont Cassini, un petit ruisseau dévale les pentes au travers des herbes et des rochers.
04 - Sur les hauteurs de Finiels, le vent s'abat bruyamment sur un pin noir d'Autriche, qui essaie de résister aux assauts.
05 - Lanuejols, au cours d'un long dimanche après-midi pluvieux, un chien seul s'ennuie au loin.
06 - Monts Lozère, les superbes sources du Tarn ; En aval, lorsque le Tarn est déjà ruisseau.
07 - Monts Lozère, les superbes sources du Tarn ; En amont, à la source principale.
08 - Monts Lozère, jeux avec les gravillons granitiques.
09 - Malbosc, il est tôt le matin, les vaches réclament leur botte de foin à force de grands meuglements répétés et jusqu'à ce que l'éleveur vienne. C'est un jeu d'usure.
10 - Sauclières, deux pins noirs ont leur tronc qui frotte, cela provoque des craquements audibles d'assez loin.
11 - Un enclos à vautour, les charognes y sont déposées. J'ai enregistré en ce lieu les sons du vent déchaîné et de la tempête de neige, dont les lourds flocons frappent tout ce qu'ils trouvent.
12 - Causse Campestre, Homs. Durant la nuit, le vent en colère s'évertue à tenter de démolir la toiture d'une écurie. Durant toute la nuit, la tempête aura rugi avec une fureur féroce.
13 - Monts Lozère, le bruit des pas feutrés dans les bruyères, au Signal des Laubies.
14 - Les Bondons, des bombus bourdonnent bruyamment dans les haies d'aubépines.
15 - La Rigalderie, les criquets sont en forme sous un soleil de fournaise.
16 - Blandas, le son des lauzes, si particulier : fluté, chantant, presque une note de piano. Elles sont ici sollicitées au sommet du Puech Aouro.
17 - Monts Lozère, au contraire des causses, ces monts sont granitiques. Je sollicite ici ces pierres, qui crissent, qui frottent et qui grincent. Elles ne vivent pas les mêmes sentiments que les lauzes.
18 - Sauclières, un petit ruisseau traverse une combe, loin dans la forêt.
19 - Nant, le vent s'amuse comme un fou dans les fils électriques et donne de bien fameuses notes de musique.
20 - Navas, le vent dans un sapin au sommet de la Serre de la Labagne. Bien entendu, le mont concentre les vents les plus agités, du coup ça remue pas mal dans les branchages.
21 - Trèves, la sonnerie des cloches à 7h00. Un petit chien, Lola, vient sentir l'enregistreur.
Durée totale : 65:45 mn.

ACCUEIL