Tchorski
Tchorski
La mine d'Halanzy (2/3)


Au sol, on voit encore la trace de la brouette, qui était utilisée en vue de sortir le minerai.


Cette trace serpente sur plus ou moins 50 mètres.


Le secteur est assez compliqué à visiter car les galeries sont nombreuses.


Certains quartiers sont en piliers tournés classiques.


Tandis que d’autres possèdent de magnifiques et rarissimes piliers à bras.


On se croirait presque dans une carrière du pourtour parisien. Ca ne manque vraiment pas de charme.


Plus loin dans la mine et désormais dans des quartiers plus modernes, nous voici à l’entrée de la galerie K.


Un vaste mur en pierre sèche est très esthétique.


Plus loin dans la mine, le mur possède une assise taillée.


Puis ça débouche sur ce très beau front de taille.


Les traces de creusement à la lance sont visibles en bien des lieux.


Un magnifique croisement de galeries, sur le roulage principal.


Le roulage est protégé des remblais et des effondrements latéraux avec des tôles de berlines.


Des visiteurs ont dessiné des lampes.


Cette galerie longue et belle se dirige vers la mine d’Halanzy proprement dite.


Le tournant y est tout particulièrement magnifique.


Un essai de mise en lumière avec la lampe à gaz.


Ou bien carrément en contre-jour. C’est très esthétique.


Le mur qui fait la frontière entre la Belgique et la France. Et oui, même sous terre il y a des frontières.


Un curieux puits avec une échelle, le tout fortement concrétionné.


Nous voici désormais en secteur français, donc dans la mine du Coulmy.


Les bélemnites sont très nombreuses. Il s’agit comme bien souvent uniquement des rostres.

SUITE >