Tchorski--------------------------------------
Tchorski
Les fondeurs de cloches Granier

En ce printemps 2014, Lionel Dieu et Françoise Barraud ont mis à disposition un enregistrement du fondeur Robert Granier. Cet enregistrement sonore est aussi précieux du point de vue historique que passionnant du point de vue technique. Nous le mettons à disposition ci-dessous afin que tout un chacun puisse en profiter !

Lionel Dieu est un médiéviste. Il est président de l’association Apemutam (Association pour l'étude de la musique et des techniques dans l'art médiéval). Il est aussi impliqué au sein du site sonnailles.net. Une sonnaille est pour rappel une cloche de bétail constituée par des éléments de tôles soudées ou rivetées. Les clarines sont des cloches coulées, et donc généralement plus lourdes.

La fonderie Granier est une fonderie française de cloches et sonnailles, dont les fondements sont anciens. Les origines de l’activité remontent à 1605. En cette époque, un certain Guillaume Granier équipait les troupeaux de moutons de sonnailles. C’est en cette période là également que le fondeur s’installe à Saint-Gervais sur Mare, un village situé dans le département du Hérault, au nord de Béziers. Plus précisément, le fondeur se trouvait aux Nières, car on y trouvait le charbon à fleur de sol. Il suffisait de l'extraire à la pioche. On y trouvait aussi une excellente argile. Ces deux raisons ont participé à la facilitation de l'artisanat des Granier. Les matériaux étaient facilement disponible.

L’activité perdura presque tout le temps de l’artisanat en ce lieu. En fin du 20ème siècle, la famille se voit toutefois contrainte de déménager l’activité à Hérépian, un village situé un peu plus au sud-est, afin de faciliter la question des transports.

La fonderie Granier est hautement représentative de l’art campanaire en pays de Languedoc. Ils fondirent des cloches parfois d’assez fort tonnage (Béziers, 4 tonnes, Montpellier), des sonnailles, des grelots. Les Granier ont fondu 240 cloches d’église. L'activité principale fut longtemps la cloche de troupeau, ce n'est qu'assez tardivement que se greffa l'activité campanaire religieuse.

L’activité des Granier est aussi connue du fait de la transmission du savoir et des traditions ancestrales. Il fut créé un musée à Hérépian (fermé en 2005), et il existe encore un musée à Magalas, dans lequel nombre d’objets issus de la fonderie sont visibles. A ce titre, signalons que le premier carillon de Marcel Michiels Junior se trouve présent à cet endroit !

Cet enregistrement de 53 minutes comporte le témoignage de Robert Granier, fondeur. On y entend aussi Eliane Granier, femme de François Granier. Ce dernier est décédé en 2012 à l'âge de 92 ans.

Nous rappelons l’existence de cette vidéo tout autant remarquable, qui est une rencontre avec le fondeur François Granier. Cette vidéo a été réalisée par Jérôme Boutié. Les photos d'annonce du site (page d'accueil) sont de lui.


Un témoignage précieux du fondeur François Granier.

ACCUEIL