Tchorski
L'art de la taille de pierre en Bretagne (1/12)

Les monstres, le bestiaire, les démons, l'enfer !
C'est ainsi que commençait le documentaire sur l'art de la pierre en Bourgogne. Lors d'un passage en Bretagne, nous avons relevé au hasard des promenades quelques-unes des plus belles sculptures. C'est un florilège de belles pierres. De manière certaine, c'est moins ludique que la Borgogne ; il n'y a pour ainsi dire quasiment aucun bestiaire. Cela mérite tout de même amplement le détour.

Ces quelques pages ne peuvent *vraiment* pas prétendre à l'exhaustivité. En effet, les enclos paroissiaux sont nombreux et la quantité de scuptures est somptueuse. Ces photos sont à considérer comme étant des promenades.

Dans l'ensemble, les pierres de Bretagne sont très-très abîmées. Déjà, le granite ne permet pas le détail du calcaire. De plus, les pluies ont tendance à fameusement éroder les visages. Ce n'est pas tellement que c'est d'une qualité inférieure à la Bourgogne. C'est assez différent, émouvant aussi quelque-part. On ressent bien la marque des hivers.

Ainsi, voilà une promenade en 270 clichés sur les statues les plus remarquables ayant émaillé nos parcours.

Dinan

La basilique Saint-Sauveur de Dinan possède quelques chapiteaux sur son portail. Ils sont très fortement errodés. Certaines statues ne sont plus lisibles.


Sur un pilier de l'église Saint-Malo de Dinan.

Saint-Malo


La cathédrale Saint-Vincent.


Elle témoigne du passé guerrier de la ville. Les gargouilles sont des canons.

Saint-Pol de Léon


Dans la cathédrale Saint-Paul, un grotesque.


Les dragons sont présents de manière fréquente à Saint-Pol. En effet, cela fait référence à Saint-Paul Aurélien et les deux dragons de l'île de Batz. Voir aussi la légende ci-dessous :

Le grand apôtre du Léon, saint Pol Aurélien, venait de vaincre un féroce dragon qui avait ravagé les environs du Faou, dont il était la terreur. Pol était arrivé près de l'endroit où s'élève aujourd'hui ce village qui doit au grand saint le nom de Lampaul, lorsque deux habitants l'abordèrent en lui disant qu'un petit du dragon, plus féroce encore que son père, dévastait les alentours, dévorant les bestiaux et les habitants. Le saint délia alors le basilic, qu'il avait dressé comme un chien docile. Il lui commanda d'aller chercher son faon et de le lui amener en ce lieu où s'éleva depuis la croix dite Croaz-Pol. Le monstre obéit aussitôt et saint Pol, ayant conduit les deux dragons dans un bois désert et écarté, mit un bâton en terre auquel il les attacha en leur défendant de quitter cette place et de faire du mal à qui que ce fût. Les deux animaux observèrent cet ordre jusqu'au moment où, épuisés, ils périrent faute de nourriture.

Roscoff


Sculpture sur la maison des Johnnies. Cela représente un johnny, vendeur d'oignons
rouges, qui partait en campagne de vente en Angleterre.


SUITE >