--------------------------------------
Tchorski
Les cloches de Rebaix (1/3)

 

Cette page est un documentaire sur les cloches de Rebaix, un hameau de l’entité de Ath. Un tout grand merci à Pascaline Flamme pour l’invitation, merci aussi à Mr Antoine Theunssens pour l’accueil. Coordination et aide au reportage : M. L'abbé Marc Lamotte.

 

L’église de Rebaix comporte trois cloches, une Chevresson de 1779 et deux Michiels JR de 1952. Ont été enlevées par les allemands en 1943 une non identifiée datant de 1803 et une Léopold Marquebreucq de 1862. Attention à l'erreur d'enregistrement concernant l’orthographe, la bonne orthographe est Léopold Marquebreucq et non la faute communément répandue : Marquebroeucq. La biographie des Chevresson est disponible ici (lien). Sous la salle des cloches se trouve une armoire comportant une jolie horloge cage. Elle a été étudiée par l’ACW.

La cloche Chevresson est d’une épigraphie assez discrète, ce qui n’est pas une chose étonnante pour ce fondeur : il possède effectivement une épigraphie de bonne qualité, mais souvent peu volumineuse. Cette cloche Chevresson a pour dédicace : MON NOM EST JACQUELINE JOSÉPHINE. PARRAIN : FRANÇOIS JOSEPH, MARRAINE: MARIE JACQUELINE DELIS. (…) CHEVRESSON (…IMON) MONT FAIT EN 1779. Là où ça nous pose un problème, c’est que Simon Chevresson n’existe pas. Nous pensons qu’il s’agit d’une possibilité d'erreur communément répandue de considérer que c'est le fondeur Simon Chevresson à l'origine de ces cloches ; la cloche ci-présente est une collaboration entre Joseph Simon, fondeur itinérant provenant de Illoud, et Nicolas Chevresson. La fille de Nicolas Chevresson, Marguerite Chevresson, se marie avec Joseph Simon en 1751.

Cette cloche est difficile à lire étant donné qu’elle est assez usée au niveau de sa dédicace. Elle a une sonorité passable. Le battant est en fer forgé, ce qui a une apparence désastreuse, mais c’est pourtant le signe de qualité. La cloche Chevresson est une cloche historique rare. Malgré sa faible qualité musicologique, ce qui est témoin du 18ème siècle et d’une indéniable perte de qualité en cette période, il est important de la conserver. En effet, il ne subsiste plus de Chevresson en nombre. Le système de volée en rétro-mitigé n’est pas du plus heureux, mais c’est de toute façon répandu dans l’entièreté du Borelais.

La cloche Michiels 1 a pour dédicace : J'AI ÉTÉ BÉNITE PAR MONSIEUR L’ABBE MATERNE POUR CHANTER LA GLOIRE DE DIEU, JE M'APPELLE MARTHE GEORGETTE. PARRAIN : GEORGES BONAMY, MARRAINE MARTHE MASY, FABRICIENS : GEORGES BONAMY, JULES VANBOQUESTAL, MARC CHEVALIER, MARCEL LEMAIRE, LEON BONAMY, CURE J. DEROUBAIX. La cloche Michiels 2 a pour dédicace : MARIETTE MARCELLE EST MON NOM DE BAPTÊME, AVEC MARTHE GEORGETTE NOUS REMPLAÇONS MES SOEURS ENLEVÉES PAR LES ALLEMANDS. PARRAIN : MARC CHEVALIER, MARRAINE: MARIETTE PIRSON. Ce sont deux cloches très classiques dans l’art campanaire de Marcel Michiels, les médaillons sont jolis.

Les harmoniques de ces cloches sont les suivantes :

CL1, Chevresson
Analyse /// Hum : 173 Hz - Prime : 364 Hz - Tierce : 415 Hz - Quint : 523 Hz - Nominal : 684 Hz - Superquint : 1025 Hz - Oct Nom : 1419 Hz.
Nb d'harmoniques détectées : 16
Si l'on compare la fondamentale à l'octave nominale : F#(1)-28, F(3)+27, il s'agit d'une cloche mauvaise. Elle a un son de casserole aux harmoniques assez riches mais brèves.

CL2, Michiels
Analyse /// Hum : 218 Hz - Prime : 430 Hz - Tierce : 530 Hz - Quint : 660 Hz - Nominal : 898 Hz - Superquint : 1356 Hz - Oct Nom : 1883 Hz.
Nb d'harmoniques détectées : 10
Fondamentale : A(1)-39.

CL3, Michiels
Analyse /// Hum : 262 Hz - Prime : 514 Hz - Tierce : 638 Hz - Quint : 786 Hz - Nominal : 1073 Hz - Superquint : 1599 Hz - Oct Nom : 2194 Hz.
Nb d'harmoniques détectées : 11
Fondamentale : C(2)-30.

La sonnerie est en Fa#(1), La(1), Do(2). C'est un accord osé. Par chance, ça reste relativement heureux.


Voici la belle église de Rebaix. De l'autre côté, la place est magnifique (Lien).


L'intérieur de l'église est d'un grand classicisme.


Dès l'entrée, on repère cet ancien contrepoids d'horloge monumentale.


Voici une vue d'ensemble de la sonnerie.

La cloche Chevresson


C'est une vieille édentée au profil de tulipe. C'est une belle cloche historique.


Sa robe est presque vierge de figures et autres décors.


Le palier.


La couronne. On y remarque la câle en bois, destinée à adapter la frappe du rétro mitigé.


Voici le décor, simple et efficace.


Le rinceau sommital est une végétation compliquée et stylisée.


En dessous, les palmettes sont dans la même veine.


Ici, on devine le nom de Simon.


Côté marteau, un rare décor. Photo faite en lévitation !


La date : 1779.


Le nom des Chevresson.


Le battant en fer forgé.


Le point de frappe commence à être bien usé, c'est inévitable...

SUITE >