--------------------------------------
Tchorski
Guide de reconnaissance des ornementations sur les cloches

Ce petit guide est dédié à faciliter la reconnaissance des rinceaux sur les cloches. Ce sont pour la plupart du temps des représentations simples, mais qui sans connaissance précise de botanique et de l'évolution de la représentation au fil des siècles, peuvent induire en erreur. Ce petit guide n'a pas pour vocation d'être exhaustif sur les blasons, les médaillons, les animaux, les saints, etc. Cela vaudrait sans résumer un livre de 500 pages au minimum. Si un peu de clarté est déjà jetée sur les rinceaux végétaux, ce sera un atout sur 90% des cloches, si ce n'est plus. Le reste de la reconnaissance est en réalité un peu plus du cas par cas. Pour ce qui est de la détermination de la typographie, j'ai rédigé un petit article sur la question ici.

Pour la personne qui veut approfondir la question, je mets à disposition ici le livre "A handbook of ornament", de Franz Sales Meyer (37 mégas). Le document est terriblement lourd à lire, mais il est d'une infinie complétude ! C'est une imposante bible, qui reprend chapitre par chapitre les différents types d'ornementations. C'est à la base dédié à la sculpture sur pierre. De très nombreuses ornementations sont cependant comparables et dès lors applicables aux cloches. Si des différences existent, il est aisé au lecteur de s'imaginer que la cloche est tronconique et qu'il suffit juste d'adapter la forme. A cela s'ajoute aussi que les représentations des cloches sont beaucoup plus plates, sauf pour les anses.

L'acanthe

Une grande partie des rinceaux de cloches sont de l'acanthe. Bien qu'aucun inventaire statistique n'ait été réalisé, il ne serait pas étonnant que plus de la moitié des cloches comportent de l'acanthe, que ce soit des anciennes ou des récentes. La plante a de grandes feuilles molles, qui meurent en hiver. Son apparence est assez caractéristique, surtout la grande inflorescence. Cette plante a servi d'ornementation dès le début de l'art roman. Ce qu'on en représente, surtout dans la fin de l'ère gothique, n'a plus grand chose à voir avec la plante originelle !

La palmette, c'est de l'acanthe. Dire que l'ornementation des rinceaux est une frise de palmettes n'est pas une erreur ni une approximation. C'est simplement une feuille d'acanthe répliquée l'une à côté de l'autre, feuille vers le bas, avec une représentation large et simplifiée. Nous en donnerons exemple.

Voici une représentation réaliste de l'acanthe. Il est important de préciser que c'est de l'acanthe molle. L'acanthe frisée et l'acanthe épineuse s'utilisent moins (ou pas) en ornementation.


L'acanthe

Ci-dessous, nous allons passer en revue les diverses variations que peuvent prendre l'acanthe sur les rinceaux de cloches. Les premières représentations sont celles qui se rapprochent le plus de la réalité. Dans la deuxième planche, la partie du milieu commence à posséder des représentations dites "palmettes". La troisième planche représente des feuilles d'acanthe enroulées. Cela n'a plus rien à voir avec la plante, mais c'est toujours le même nom. C'est une évolution, une stylisation à l'extrême.

Quelques remarques de dénominations particulières, aux fins de ceux qui souhaitent être très descriptifs :
1-2
3-4
5-6

Planche 1
1- Acanthe non stylisé, ou acanthe roman ; (feuilles pointues). On remarquera que ce style s'approche assez fortement de celui d'une acanthe épineuse, avec une représentation relativement fidèle.
2- Acanthe Renaissance ; feuilles rondes, inclinaison.
3-4- Acanthe dit Moderne. Le 4 est assez répandu en matière de cloches.

Planche 2
1- Acanthe roman intermédiaire renaissance. On remarquera l'absence de pointes, et la représentation relativement fidèle de l'acanthe molle.
2- Acanthe roman dit Florentin.
3- Acanthe dit Byzantin ; feuille d'acanthe épineuse : palmette.
4- Acanthe dit Romantique : palmette.
5- Acanthe dit Romantique, coups de brettés.
6- Acanthe Gothique.

Planche 3
Variations de rinceaux Louis XIV ~ Louis XVI. La stylisation est poussée à l'extrême, jusqu'à ce que la plante ne devienne plus reconnaissable. Pour garder une apparence agréable, le sculpteur a exercé son talent pour que la réussite technique soit totale. Les feuilles sont longues, fines, souples et molles. A la base, ces enroulements ont été créés dans l'écriture, et plus précisément dans l'enluminure. La représentation se fait fantaisiste et exacerbe le détail. Cela fut en vogue de la Renaissance jusqu'au XIXè siècle en sculpture. En matière de cloches, le style n'a pas dépassé la première moitié du XXè siècle, ce fut abandonné ensuite.
Si l'on décline les diverses possibilités de représentation de ces enroulements, voici le détail des dénominations : (ci-dessous, les gravures proviennent de La galerie Berger).


Rinceau Louis XVI.


Rinceau Renaissance.


Louis XIV, Régence.


Louis XVI.


Palmette Louis XVI.

En représentation fidèle, en palmette, en culot, en stylisation d'enroulement, en abstraction moderne, l'acanthe représente une part importante des décorations en ce qui concerne les rinceaux végétaux. Les autres plantes sont moins fréquentes.

Attention au piège ! Il existe une représentation assez proche de la palmette d'acanthe, et pourtant il s'agit d'un acrotère. Comment distinguer ? Très simple quand on le sait : l'acanthe est échancrée, l'acrotère ne l'est pas. Les "feuilles" de l'acrotère partent toutes de la base et ne sont pas subdivisées. Particularité supplémentaire : un enroulement est présent à la base.


Un acrotère.

Le framboisier - La vigne

Les deux plantes sont très distinctes dans la nature. En reproduction sur cloche, elles peuvent être difficiles à distinguer. En effet, il faut bien voir que le sculpteur représente sur sa cloche un végétal très petit (5 à 10 cm). Il n'a pas toujours le loisir de détailler le feuillage. Quelquefois aussi, les fruits sont représentés avec un manque de proportion, sinon ils seraient illisibles dans les rinceaux. De ce fait, les fruits sont immenses par rapport à de petites feuilles. Ci-dessous, voici les représentations des plantes fidèlement à la réalité.


Le framboisier


La vigne

Sur les cloches, quelles sont les astuces pour déterminer ?
- Si petits bazars enroulés (queue de cochon) > Vigne.
- Si feuille échancrée > Vigne.
- Si feuille ronde > Framboisier.
- Si fruit rond > Framboisier.
- Si fruit pointu > Vigne.
- Si tronc, si tonneau, si cultivateurs > Vigne.
- Si ondulant > plutôt du framboisier ; Si groupé en bosquet > plutôt de la vigne.


Exemples de rinceaux de vigne.

L'olivier - Le laurier

Les deux plantes sont très distinctes dans la nature, de par la forme de l'arbre (ou de l'arbuste) et la couleur des feuilles. En reproduction sur cloche, elles peuvent être très difficiles à distinguer. Je crois même qu'il faut avoir la modestie de dire qu'il est très compliqué de donner des affirmations. Ci-dessous, voici les représentations des plantes fidèlement à la réalité. Le laurier est le symbole de la gloire, l'olivier est le symbole de la paix. Si l'on a affaire à une cloche de la paix, pas la peine de chercher cent représentations, il s'agit d'olivier. En contrepartie, s'il s'agit d'un gros bourdon, il peut s'agir de laurier, mais rien ne permet d'affirmer catégoriquement en ce sens. Ce sont des pistes, des indices.


Le laurier


L'olivier

Les trucs et astuces qui permettent de distinguer les deux plantes, sur cloche uniquement !! Ce n'est pas valable en sculpture :

- Si les feuilles sont pointues mais relativement larges > Olivier.
- Si les feuilles sont pointues et étroites> Laurier.
- Si les feuilles sont rapprochées l'une de l'autre > Probablement du laurier.
- Si les feuilles sont écartées l'une de l'autre > Probablement de l'olivier.
- Si l'ensemble forme une guirlande dense > Probablement du laurier.
- S'il y a des fruits > Probablement de l'olivier. Les fruits du laurier sont moins souvent représentés.


Guirlande de laurier


Guirlande d'olivier

C'en est à peu près tout pour les plantes les plus fréquentes, bien que l'on puisse trouver des culots en papyrus, de la palme, du lierre, le blé, du chêne (assez fréquent), des roses, du houblon en lianes tombantes. Après, il est évident que tout est question de culture locale. Les représentations de ces dernières plantes sont en principe fidèles et peu sujettes à des confusions. Les rosiers peuvent être confondus avec les framboisiers, bien distinguer les fruits des fleurs.

Une autre représentation importante, mais hors végétation, c'est ce qu'on appelle la décoration Empire, mettant en avant des éléments de tapisserie, de drapés, de rideaux, de passementerie. Sans connaissances particulières, le vocabulaire peut se révéler extrêmement rapidement compliqué. Voici quelques bases qui aideront le campanographe.

Les rideaux

Drapé : les parties de tissus représentées, souvent en arcade pour les cloches.
Rideaux : le vrai terme est cantonnière pour toute la partie de drapé qui pend.
Embrasse : lien qui permet de resserrer et d'attacher les panneaux de rideaux.
Gland : partie du bout qui fait un pompon.

Les glands sont fréquemment utilisés, dans des guirlandes de fruits ou de laurier.


Glands dans des ensembles de passementerie

Les filets

Les filets sont les lignes qui font le tour de la cloche. Ces décorations peuvent parfois aussi brièvement ornementer les anses. Les filets ont eux aussi leur vocabulaire. Cela devient un peu prétentieux de vouloir décrire jusqu'aux filets, mais il faut bien dire que dans toute description de cloche, ou d'un quelconque objet d'ailleurs, plus c'est précis, plus c'est bien.

Les filets se déclinent en une multiplicité inimaginable de possibilités. Sur les cloches cependant, point de frise grecque ou autre complication dorique, ionique, etc. Ce sont généralement des lignes simples qui aident à structurer l'épigraphie.

- Le filet simple : une ligne.
- Le filet double : deux lignes.
- Filet à points : ligne constituée de points alignés.
- Cordon : il se peut tout simplement que ce soit une corde imprimée dans la terre.
- Astragale : comme un cordon, mais plus épais et très bien réalisé.
- Piécettes : le nom utilisé pour décrire une chaîne d'éléments circulaires.
- Olives : la même chose pour une chaîne, mais les éléments sont ovales. Si l'élément est long, ça s'appelle alors 'saucisse'. Je ne l'ai pas inventé !!!
- Godrons : plus spécifiquement pour les anses, forme ressemblant à la partie ronde d'une cuillère.
- Ove : plus spécifiquement pour les anses, forme ressemblant à un oeuf.
- Cabochons : principalement si les oeufs sont verticaux.

Après, les filets peuvent être plus compliqués, mais en matière de cloches, hormis les rais de coeurs et les joncs (situation intermédiaire étant donné que ça sert à guider), ils deviennent alors des rinceaux. Ci-dessous, les gravures proviennent de La galerie Berger.


Joncs enrubanés.


Rais de coeurs.

Ce petit documentaire ne vous aidera pas à affronter la terrible difficulté de l'héraldique, la multiplicité des représentations de saints, les cartouches, les rubans... En tout cas, pour ce qui concerne les rinceaux,
vous êtes en principe parés pour être un bon campanographe !

ACCUEIL