Tchorski
Tchorski
Le tunnel (2/4)

 


Cette galerie monte pendant 1,7 km, à partir de l'ouest, puis redescend vers l'est.


La porte du sas. L'ouverture du B est un pas de vis. Ca permet d'ouvrir graduellement pour égaliser les pressions. Sans cela, l'ouverture de la porte est difficile du fait de la surpression. Si on n'actionne pas cette 'vanne', le changement de pression est brusque et peut faire un peu mal aux oreilles.


Ici, nous nous tenons sur la voûte du tunnel routier.
Les toiles plastifiées blanches protègent les canalisations du feu.

Le dispatching

Voici quelques images du dispatching sécurité. C'est à cet endroit qu'un opérateur PC surveille l'ensemble du système. Des messages d'erreurs arrivent sur un terminal. Il juge si ce sont des incidents sans importance, des incidents mineurs ou majeurs. Ces lignes d'incidents sont envoyées de manière automatique ou par des agents techniques. Souvent, c'est un incident mineur, qui entraîne en chaîne plusieurs sources d'incidents sans importance. Corriger l'incident mineur corrige l'ensemble des problèmes, ce qui fait que les lignes d'incidents sautent par trois ou quatre. L'opérateur PC est la personne fondamentale pour la garantie de sécurité du tunnel, parce que c'est lui qui centralise tout.


De son installation, il peut visualiser l'ensemble du tunnel en un seul regard. S'il doit se focaliser sur un seul point, il peut alors modifier son installation pour prendre possession des caméras concernées.


Cette installation sur pc permet de voir s'il est nécessaire de prendre possession de certaines caméras plutôt que d'autres, c'est un aperçu global.

La salle des serveurs

Dans la salle serveurs maître du pc principal, les serveurs sont en redondance. On y trouve le central de téléphonie (PABX), l'interphonie + la diffusion des messages internes. L'interface radio est gérée là aussi. On y trouve aussi les serveurs et analyseurs DAI (distributeur d'image en temps réel). Via la matrice vidéo, on renvoie les images des caméras sur le diffuseur d'images. Spie a développé la salle et l'interface, c'est un développement spécifique. Le signal vidéo arrive en fibre optique, il est ensuite traité sur une matrice analogique, les images sont numérisées. Le réseau est sur deux boucles. En cas d'incendie de camion, on peut prendre la boucle de l'autre côté.

La salle centralise aussi la détection incendie linéaire, par câble sensible à la température. Il y en a dans les deux galeries : dans le tube circulant et dans la galerie de secours. En secours, le câble linéaire boucle par tous les refuges et toutes les sous-stations.

On trouve aussi les serveurs RAU, ce sont des automates redondants. Dans les métiers applicatifs, RAU = Réseau d'Appels d'Urgence. A tort, on appelle serveur la machine informatique "principale". En fait cette machine est cliente des PAU (Poste d'Appel d'Urgence). Quand un usager appuie sur le bouton, ça déclenche une session avec cette machine, qui gère aussi le dialogue avec l'opérateur, synoptique et son.


Voici la salle des serveurs.


Ils sont en racks. L'air froid arrive par le plancher technique et ressort par le haut de l'armoire.


Les arrivées de fibres optiques.


Les lignes de commande des caméras, elles indiquent au pc central qu'elles sont opérationnelles.


Les mesures de températures dans le tunnel.

SUITE >