Tchorski--------------------------------------
Tchorski
Les cloches de Cortil (1/2)

 

Un très grand merci à monsieur Stéphane Colin pour l'organisation de l'inventaire et à monsieur Thierry Henkart pour sa présence. Avec la participation de Sandy De Wilde.

L'église Notre-Dame de Cortil

Cette église se situe dans le hameau de Cortil, elle est à distinguer de l'église Saint-Pierre de Noirmont. Ici nous concernant, c'est une assez vaste église pour le hameau, qui est construite sur un style néo-roman, sur les plans de l'architecte Petit-Darquenne. On lui doit aussi l'église de Walhain, qui est une copie quasi conforme de Cortil. C'est un architecte mineur. L'église fut débutée en 1899 et terminée en 1904. Cet édifice est réputé sans valeur architecturale. Pourtant, lors de la visite, nous avons trouvé que les lieux sont esthétiques, voire même relevant d'un charme bien affirmé. La voute en bois, en berceau, ajoute certainement un cachet, mais cela ne se limite pas à cette seule présence. Les vitraux sont jolis et amènent un cadre chaleureux, les couleurs sont bien choisies. Le comble, un peu particulier (cloisonné) est original et bien construit. Bref, il y a un petit air de séduction ! Elle succède à un édifice ancien, les premières mentions d'un sanctuaire datent de 1196. Il ne reste de ce premier édifice aucun vestige.

Il existe dans cette église des fonts baptismaux romans, au même titre que Gentinnes, datant ici du début du XIIIè siècle. La cuve est ornée de quatre têtes assez érodées. Les visages sont sembables et représentent un homme pensif, de manière très fort simplifiée. La matière est une pierre bleue. Le couvercle en laiton n'est pas d'époque. Nous donnerons quelques images de cet objet.

A propos du campanaire :

Les cloches sont au nombre de trois. Elles sont dans un clocher assez étroit, bien entretenu. Ce sont des Marcel Michiels Jr. Une est de 1949, les deux autres sont de 1952. Ce n'est pas une installation qui brille par son originalité, mais bien mises en valeur dans un beffroi simple et de qualité, ça en fait un ouvrage classique irréprochable. On devine sans aucun doute que ce sont des cloches de dommages de guerre, vu la date. Ces cloches sont actuellement tirées en volée par un système automatique.

L'irpa relève comme instrument enlevé en 1943 une Alfons Beullens de 1893. D'après le pesage, elle faisait 560kg. Assez étonnament, il n'y a pas d'autre instrument inventorié. Qui sait, il n'y avait peut-être qu'une seule cloche... Rien ne peut le garantir.

Vous pouvez écouter chacune des cloches ci-dessous :


L'analyse des harmoniques est la suivante :
CL1
Hum : 259,5 Hz. Prime : 523,5 Hz. Tierce : 633,5 Hz. Quint : 797,5 Hz. Nominal : 1069 Hz. Superquint : 1617 Hz. Oct. Nom. 2248 Hz. Note :C(2)+0. Nombre d’harmoniques détectées : 14.
CL2
Hum : 199 Hz. Prime : 390,5 Hz. Tierce : 486 Hz. Quint : ?? Hz. Nominal : 811 Hz. Superquint : 1213 Hz. Oct. Nom. 1681,5 Hz. Note : G(1)-6. Nombre d’harmoniques détectées : 16.
CL3
Hum : 222 Hz. Prime : 447 Hz. Tierce : 541 Hz. Quint : 673,5 Hz. Nominal : 913 Hz. Superquint : 1372 Hz. Oct. Nom. 1900 Hz. Note : A(1)+27. Nombre d’harmoniques détectées : 16.

L'accord de la sonnerie est donc : sol(1) - la(1) - do(2). C'est un grand classique.

Bibliographie
- Le patrimoine monumental de la Belgique, 2, Arrondissement de Nivelles. Mardaga.


Voici l'église de Cortil.


La nef à voute en berceau est superbe.


Nous allons grimper dans les hauteurs.


Avant de découvrir le clocher, nous ferons un petit tour dans le comble.


Il est cloisonné à chaque colonne.


Ca lui donne un aspect un peu particulier.


Un peu plus haut, dans la tour, des anciens moutons sont conservés.


Voici enfin les cloches.


Elles sont très difficiles d'accès.


Il n'y a quasiment pas de poutre où poser l'appareil photo.


Ce sont des Michiels Jr classiques.


Le système de volée est en rétro-mitigé.


Le médaillon est un visage de christ.


Ici, on se rend bien compte que l'accès aux cloches est compliqué !

SUITE >